constance, auteur sur Grand-Mercredi

constance

belmondo mort film

Article

Mort de Jean-Paul Belmondo : 5 films à montrer à ses Petits-Enfants

Il a été fou, marginal, flic, animal, guignol, alpagueur, prêtre, solitaire, héritier, singe, et on en passe… Peu importe le personnage, Bébel, la star de votre jeunesse inspirera à coup sûr celle d’aujourd’hui.
Sa disparition le 6 septembre 2021 est plus que jamais l’occasion de lui rendre hommage. Voici un top 5 des films à revisionner en compagnie de ses Petits-Enfants. Vous verrez, ses cascades n’ont pas pris une ride !

L’homme de Rio, Philippe de Broca, 1964

Le deuxième classe Adrien Dufourquet est témoin de l’enlèvement de sa fiancée Agnès, fille d’un célèbre ethnologue. Il part à sa recherche, qui le mène au Brésil, et met au jour un trafic de statuettes indiennes.
Visionner un extrait de L’homme de Rio

Le cerveau, Gérard Oury, 1969

De Paris à Bruxelles, un train spécial va transporter les fonds secrets des nations de l’O.T.A.N. Des deux côtés de la Manche, deux individus cherchent à s’en emparer. Côté français, Arthur, petit truand débrouillard, assisté de son copain Anatole. Côté britannique, Le Cerveau, brillant escroc disposant d’une équipe de spécialistes et de moyens considérables….
Visionner un extrait du film Le Cerveau

Le Magnifique, Philippe de Broca, 1973

Un modeste écrivain tente d’achever le dernier épisode des extraordinaires aventures du héros qu’il a créé, celui d’un agent secret invincible, en prêtant à ses personnages les traits de ceux qu’il côtoie dans la réalité.
Visionner un extrait du film Le Magnifique

L’as des as, Gérard Oury, 1982

Jo Cavalier, entraîneur national, doit accompagner l’équipe de boxe aux J.O. de Berlin. Durant le voyage il prend en charge un enfant de dix ans poursuivis par la Gestapo.
Visionner un extrait de L’as des as.

Itinéraire d’un enfant gâté, Claude Lelouch, 1988

Sam Lion a été élevé dans le milieu du cirque puis a dû faire une reconversion forcée comme chef d’entreprise. Mais la cinquantaine passée, il se lasse de ses responsabilités et de son fils, Jean-Philippe, dont la collaboration ne lui est pas d’un grand secours. Il décide d’employer les grands moyens et de disparaître en Afrique.
Visionner un extrait de Itinéraire d’un enfant gâté. 

L’avocat de l’acteur l’a annoncé via l’AFP, ce lundi 6 septembre : Jean-Paul Belmondo, notre Bébel national, est mort à l’âge de 88 ans à Paris.

Il fallait bien que ça arrive. Ce lundi 6 septembre, Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français, Grand-Père de 6 Petits-Enfants a rendu son dernier souffle à Paris.
L’acteur, qui a réuni plus de 130 millions de spectateurs dans les cinémas au cours de sa carrière, « était très fatigué depuis quelque temps. Il s’est éteint tranquillement », a indiqué son avocat dans un communiqué de presse adressé à l’AFP.

Une carrière phénoménale

Né en 1933, le jeune Jean-Paul est d’abord féru de sport : la boxe et football seront sa passion jusqu’à son repos forcé dû à une tuberculose. C’est à cette période que le sportif réalise ce qu’il veut faire de sa vie : il sera comédien ou rien.
Il entre au conservatoire, monte sur les planches et joue dans quelques petits films, avant d’être repéré par Jean-Luc Godard (lui-même). C’est dans le film À bout de souffle que Jean-Paul Belmondo crève l’écran.
Sa « gueule », son bagou, son jeu, sa diction plaisent. Sa carrière est lancée. Il jouera dans des dizaines de films, tous plus cultes les uns que les autres : Un Singe en hiver, Pierrot le Fou, Le Magnifique, Borsalino, Le Guignolo, Le Prêtre, Flic ou Voyou, L’As des as, Le Marginal … Et on en passe !

Autant de films qui constituent le patrimoine officiel (c’est Grand-Mercredi qui l’a dit) des films de la vie de famille … À voir et revoir avec nos Petits-Enfants !

Bonne nouvelle dans la grande famille des people… Nelson Montfort va, lui aussi, entrer dans le cercle (très prisé) des Grands-Parents célèbres.

C’est via Instagram que la nouvelle s’est répandue : sa fille Victoria, actrice, a en effet posté quelques photos d’elle où l’on peut apercevoir les prémices d’un ventre de grossesse en cette fin d’été 2021. Elle écrit en légende “2021 definitely changed my life”, soit “2021 a vraiment changé ma vie”. Âgée de 33 ans, la jeune femme est en couple avec Hugo Cremaschi, comédien et auteur-compositeur, qui a de son côté annoncé la grossesse avec ces mots : “C’est à 3 que nous achevons ces belles vacances d’été, pour vous annoncer l’arrivée d’une petite diablesse, qui nous émerveillera dès la prochaine année avec toute sa tendresse.”

Une famille qui s’agrandit

Une belle nouvelle pour le présentateur à la retraite, qui n’a pas encore eu la chance d’accueillir de Petits-Enfants.
Lui et sa femme Dominique sont les parents de deux filles, Victoria et Isaure, âgée de 37 ans.
Si l’on ne doute pas de son bonheur à venir, le présentateur n’a pour l’instant pas réagi publiquement à la nouvelle.

À l’occasion de la sortie du film Le Sens de la Famille, nous avons eu la chance de rencontrer tout le casting et de leur poser toutes nos questions sur la vie de famille ! 

Découvrez l’interview d’Alexandra Lamy, Franck Dubosc, Mathilde Roehrich, Rose de Kervenoaël  et Nils Othenin-Girard, qui nous parlent de famille, de moments gênants et de transmission !

Le Sens de la Famille, un film de Jean-Patrick Benes, en salles depuis mercredi 30 juin ! Courrez-y !

Pour vous donner un coup de pouce lors de votre prochaine visite chez le fleuriste, on vous a listé la symbolique des 15 fleurs préférées des Grands-Parents, à enseigner à vos Petits-Enfants :

Le coquelicot : apaisement, consolation, ardeur timide ou inconstance
À offrir à un Petit-Enfant qui vient de se faire mal
À faire offrir par un Petit-Enfant timide à l’élu de son cœur

Le dahlia : reconnaissance
À offrir à votre gendre / belle-fille qui vous a offert de si beaux Petits-Enfants
À faire offrir par un Petit-Enfant à un(e) maître(sse) ou un prof génial(e)

L’hortensia : beauté froide, indifférence
À ne pas offrir à l’autre Grand-Mère
À faire offrir par un Petit-Enfant pour décliner une proposition amoureuse

L’iris : bonne nouvelle à venir, événement festif
À se faire offrir par une belle-fille ou une fille qui vous annonce la venue d’un prochain Petit-Enfant
À faire offrir par un Petit-Enfant à ses parents pour célébrer les grandes vacances

La jonquille : désir, mélancolie
À offrir à votre mari / femme
À ne pas faire offrir par un Petit-Enfant de moins de 18 ans

Le lilas : émotions, sentiments purs, maternité
À offrir à votre fille / belle-fille au retour de la maternité
À faire offrir par un Petit-Enfant à sa maman

Le lys : pureté, noblesse, amour chaste
À s’offrir à soi-même (on a encore le droit de se lancer des fleurs !)
À faire offrir par un Petit-Enfant aux parents d’un ami quand il est reçu

La marguerite : estime, confiance, amour timide, « m’aimez-vous ? »
À offrir à chaque Petit-Enfant pour jouer à “Il/Elle m’aime, un peu, beaucoup…”

Le muguet : bonheur retrouvé, joie et réconciliation
À offrir à un(e) vieil(le) ami(e) qu’on n’a pas vu depuis des années
À faire offrir par un Petit-Enfant à un(e) ami(e) avec qui il/elle s’est disputé(e)

L’œillet : audace, ardeur, liberté, ou malheur
À ne pas offrir, en général

L’Orchidée : fécondité, spiritualité, raffinement, mystère, ferveur
À offrir à votre enfant et à sa moitié en arrivant chez eux
À faire offrir par un Petit-Enfant qui veut laisser planer le doute auprès d’un(e) prétendant(e)

La pivoine : régénération ou sincérité des sentiments
À offrir et faire offrir à sa moitié

La rose : blanche, c’est le charme, l’innocence ou l’amour timide
rose, elle évoque la tendresse et la joie. Rouge, c’est une déclaration d’amour passionné. Orange, elle exprime le désir. Jaune, elle parle de jalousie ou d’infidélité.
À offrir, selon la couleur, à un(e) amoureux(se), un(e) ami(e)…

La tulipe : déclaration d’amour si elle est rouge, pardon si elle est blanche
À offrir en guise de paix à un(e) vieil(le) ennemi(e)
À faire offrir par un Petit-Enfant à son ennemi(e)

La violette : modestie, sensibilité, pudeur, pensées
À planter dans son petit jardin
À manger par un Petit-Enfant en bonbons à sucer !

Ne reste plus qu’à vous remettre à niveau avec notre cours de bouquets, et vous pourrez bientôt faire passer des messages secrets à vos Petits-Enfants en un seul bouquet de fleurs !

En matière de sujet, celui de la mère est sans doute l’un des plus inépuisables de tous les temps. Larmoyants, bouleversants, drôles, tendres et parfois mordants, voici notre sélection de livres sur la première figure de notre vie, celle de notre maman. Pour petits et grands, des classiques et des moins classiques :

Pour les grands :

  • Pour pleurer : Le livre de ma Mère, Albert Cohen, chez Gallimard
  • Celui qui voue un culte à sa mère : La Promesse de l’Aube, Romain Gary chez Folio
  • Le fleuri : Le camélia de ma mère, Alain Baraton chez Grasset
  • Le showbiz : Écoute-moi bien, Nathalie Rykiel chez Livre de Poche
  • L’indémodable : Le Château de ma Mère, Marcel Pagnol chez aux Editions de Fallois
  • Le passionnel : Attachement Féroce, Vivian Gornick chez Payot et Rivages
  • Le bouleversant : La Mère Morte, Blandine de Caunes chez Stock
  • L’aventurier : Et soudain la liberté, Evelyne Pisier et Caroline Laurent  chez Pocket
  • Celui pour qui ce n’est pas tout rose : Mémoires d outre-mère, Guy Bedos chez Stock

Pour les petits :

 

Avant d’être Grand-Mère, on est d’abord maman. Et c’est cette fête qui nous rappelle subtilement notre rôle auprès de nos enfants (en-dehors de nous garantir un beau bouquet de fleurs à exposer sur la table du déjeuner). Voici les films qui nous font rire ou pleurer sur le rôle de mère :

  • Mamma Mia, de Phyllida Lloyd : comédie devenue culte, ce film explore les liens si précieux qui unissent une mère à sa fille et comment ils se transforment, les enfants grandissant.
  • Tout sur ma Mère, de Pedro Almodovar : un film bouleversant sur la douleur d’une mère après la mort de son fils.
  • LOL (Laughing Out Loud), de Lisa Azuelos : la relation complice entre une adolescente et sa mère. Un film drôle et sensible.
  • Telle mère, telle fille, de Noémie Saglio : imaginez que votre mère, en pleine crise de jeunisme décide de tomber enceinte en même temps que vous… et sous le même toit !
  • Ma meilleure ennemie, de Chris Columbus : sortez les mouchoirs ! Ici il est question d’une maman atteinte d’un cancer, d’une belle-mère qui fait du mieux qu’elle peut et d’enfants pleins d’amours au milieu de tout ça. Un classique plein de tendresse.
  • Freaky Friday, dans la peau de ma mère, de Mark Waters : une adolescente et sa mère (qui ont une relation pour le moins chaotique) se réveillent un matin pour se rendre compte … qu’elles ont échangé de corps. A montrer d’urgence à ses Petits-Enfants proches de la crise d’ado.
  • Julieta, de Pedro Almodovar : une femme caresse l’espoir de renouer avec sa fille, qu’elle n’a pas vu depuis des années. Un film écorché sur la séparation, dont on ne sort pas indemne.
  • Mommy, de Xavier Dolan :  plein d’amour et de tendresse, ce grand film explore l’histoire d’amour entre une mère veuve et son fils atteint du TDAH. Magistral.

Bonus : la série Gilmore Girls est une série de type guilty pleasure qui raconte les aventures d’une mère et sa fille dans une petite ville es États-Unis. Entre histoire de cœurs et de boulots, c’est la relation entre les deux personnages qui est le véritable personnage principal de cette série.

Cela faisait des mois que je n’avais pas vu mon Grand-Père.

Nous n’étions pas fâchés, loin de là, mais entre mes enfants, mon quotidien et ma carrière, je n’ai jamais trouvé le temps de lui rendre visite. Sans parler des centaines de kilomètres qu’il fallait parcourir pour aller le voir. Mais ça, c’était avant, avant qu’il n’emménage dans une résidence située à quelques kilomètres de chez moi.

Quand j’ai appris la nouvelle, j’étais aux anges. J’allais enfin pouvoir rattraper le temps perdu et me rapprocher de celui qui a toujours été là pour moi.

Un samedi matin, j’ai laissé toute ma petite famille à la maison pour pouvoir avoir un moment en tête à tête avec mon grand-père. Je voulais que ça soit une surprise.

C’est le Jour J.

Je suis à l’entrée de la résidence. Je m’avance discrètement pour que l’effet de surprise soit total.
Dans les salons cossus où le directeur de la résidence, que j’ai mis dans la confidence, m’introduit, je l’aperçois. Ce qui me choque de prime à bord, c’est qu’il est en pleine forme !

Je ne m’y attendais pas.

Lui qui avait tendance à plutôt décliner, j’avais l’impression d’avoir un homme plus jeune devant moi. Les retrouvailles sont intenses et la surprise, totale. Confortablement installés dans le salon près de la cheminée, nous refaisons le monde. Et il me raconte ses journées. Intrigué, je l’ai interrogé sur son petit secret pour garder une allure de jeune homme. Il m’a alors raconté qu’une fois par semaine, un coach sportif se rendait à la résidence. Un coach sportif adapté à son âge. Il m’a dit qu’il était tellement bienveillant que ça lui donnait envie de se dépasser. Ces exercices physiques l’ont tellement bien remis en forme que mon Grand-Père s’est remis à pratiquer de longues marches. Lui qui ne marchait plus tellement, c’était une vraie joie pour lui !

En forme il l’était donc. Et moralement aussi ! Il n’a pas perdu son sens de l’humour. Alors il m’a taquiné et m’a demandé pourquoi je ne pratiquais plus de sport. Cela m’a amusé. Malgré le soin particulier que je mettais à camoufler les quelques kilos que j’avais pris, ils les avaient vite remarqués.

Ces retrouvailles ont généré chez moi un réel déclic. Si mon Grand-Père avait trouvé en lui les ressources nécessaires pour se remettre au sport, alors j’en étais aussi pleinement capable !

Quelques mois plus tard, c’est désormais ensemble que nous allons marcher une fois par semaine. Une marche dominicale qui me permet de constater chaque fois sa grande forme. Un jour, je serai bien obligé de lui avouer que c’est grâce à lui que j’ai eu envie de reprendre une activité physique.

Patrick, 58 ans

Découvrez d’autres belles histoires sur le site de Cogedim Club ! 

Je suis Grand-Mère de deux Petits-Enfants, deux merveilles que je dois à mon fils unique, Marc, avec qui j’ai la chance d’entretenir depuis son tout jeune âge une relation fusionnelle. Ensemble, nous avons partagé des moments inoubliables, des moments qui ont fait de moi une maman fière et épanouie. Malgré tout, il y a bien une ombre au tableau.

En effet, mon fils et moi sommes séparés de plusieurs milliers de kilomètres et cela depuis près de 5 ans où il a trouvé un travail à l’étranger. Malgré nos échanges quotidiens, c’est un manque immense puisque je ne revois Marc et sa petite famille qu’une fois par an, pour les fêtes de fin d’année. Rassurez-vous, je ne suis pas seule non plus le reste de l’année et loin de là.

Je me considère même comme chanceuse car j’occupe une résidence que je ne quitterais pour rien au monde. Un endroit chaleureux, situé dans un quartier paisible et où je suis entourée d’autres Grands-Parents avec qui, au fil du temps, j’ai noué des relations amicales. Le reste de l’année, ma famille, ce sont eux. Ils parviennent si bien à combler le manque qui m’habite.

Nous sommes fin octobre et bien que je tente de faire bonne figure, mon fils et mes Petits-Enfants me manquent terriblement. Je compte les jours qui nous séparent de nos prochaines retrouvailles, et bien que je puisse compter sur le soutien indéfectible des autres résidents, dans mon fort intérieur, je sens bien que le manque commence à prendre le dessus.

Mais à des milliers de kilomètres de-là, une surprise de taille se prépare. Mon fils est au-dessus de l’Atlantique, dans un avion. Il est sur le point de venir me retrouver ! Quelques heures plus tard, l’interphone de mon appartement sonne… Et moi qui n’attendais personne, croyez-moi les retrouvailles furent à la hauteur de la surprise, simplement inoubliables !

Le plus beau, c’est qu’il ne s’agissait pas d’un simple aller-retour en coup de vent. Marc est là en mission pour son travail pendant une dizaine de jours ! Et chance incroyable, son bureau est à quelques mètres de ma résidence. Nous avons donc pu dîner ensemble tous les soirs dans les charmants bistros autour de la résidence, déguster les meilleures clémentines de mon primeur, faire un tour chez le gentil libraire du quartier … Non, je crois pouvoir dire que Marc ne s’est pas ennuyé une seconde et a pu profiter de la richesse du quartier qui m’entoure.

Et surtout, j’ai enfin pu présenter mon fils aux nouveaux résidents qui ont enfin pu mettre un visage sur son prénom… Je parle tellement de mon fils unique et de ses enfants qu’ils ont été heureux de pouvoir échanger avec lui.

Armelle, 76 ans

Retrouvez plus de témoignages de résidents sur le site de Cogedim Club, résidences seniors.

Maintenant que vous avez fait un effort pour vous mettre sur Facebook, voilà que vos enfants ne vous parlent plus que d’un réseau social, et en boucle, qui plus est : Instagram.
Mais à quoi peut donc bien servir ce mystérieux réseau social aux millions d’utilisateurs dans le monde entier ? Et comment l’utiliser ? Suivez le guide !

À quoi sert Instagram ?

Instagram, c’est un réseau social lancé en 2010 et dont la vocation première est le partage de photos entre utilisateurs. L’entreprise a tellement bien réussi qu’elle a été rachetée par Facebook en 2012 (pour 1 milliard de dollars, soit près de 840 millions d’euros).
Sur l’application, vous pouvez constituer votre propre communauté (vous pouvez choisir qui a accès à votre contenu) et devenir membre des communautés des autres utilisateurs. Le réseau s’est aujourd’hui développé, et en plus d’une photo, vous pouvez publier une vidéo, un carrousel de photos et discuter avec les autres membres par message privé.

Comment créer un profil Instagram ?

Téléchargez l’application Instagram sur votre mobile (c’est un réseau social qui se vit mieux sur smartphone).

  1. Cliquez sur “Inscrivez-vous”
  2. Entrez vos informations : un numéro de téléphone et une adresse e-mail. Choisissez un nom d’utilisateur : il doit être unique et vous représenter. Par exemple “Mamie.Superstar”. Choisissez aussi un mot de passe.
  3. Entrez votre date de naissance (ceci est une barrière de sécurité : Instagram interdit son utilisation aux jeunes de moins de 13 ans. Il aide aussi l’algorithme à vous proposer de la publicité adaptée).
  4. Vous allez recevoir un code de confirmation par email : rentrez-le pour confirmer votre identité. Apparaît alors une liste de profils d’utilisateurs qui pourraient vous intéresser (en fonction de votre âge). A vous de choisir de les suivre ou non. Pour suivre un profil, comme celui de Grand-Mercredi par exemple, appuyez sur « s’abonner ».
  5. Construisez votre profil : en bas à droite, cliquez sur la petite icône profil. Là, cliquez sur l’icône et ajoutez une photo. Dans “modifier le profil”, vous pouvez modifier votre nom et votre “bio” (qui est une description de votre profil).

Comment faire une publication sur Instagram ?

  1. Parmi tous les réseaux sociaux, Instagram est sans doute celui sur lequel la photo et l’image sont reines. Afin de vous mettre au pas, il va falloir, vous aussi, publier des photos. Rendez-vous sur l’icône “+”, en bas, au milieu de votre écran (cette icône peut aussi se situer en haut à droite, en fonction de votre version de l’application).
  2. Là, vous pouvez décider de prendre une photo directement en appuyant sur le petit appareil photo, ou sinon, vous pouvez sélectionner une image directement dans votre pellicule.
  3. Une fois votre photo sélectionnée, vous pouvez la modifier à votre guise, grâce à des filtres, ou en faisant vos réglages à la main. Vous pouvez vous amuser à transformer vos images avec les différents paramètres que vous propose l’application.
  4. Choisissez ensuite votre légende : elle permet de décrire à vos abonnés ce que contient votre photo. Pour avoir un compte sympa, vous pouvez choisir un ton particulier pour vos légendes, comme une petite ligne éditoriale personnelle en faisant une blague à chaque fois par exemple. Ainsi, tous vos posts auront une unité !
  5. Vous pouvez aussi “taguer” les personnes qui sont sur la photo. Sélectionnez “identifier des personnes”. Vous pouvez mettre autant de “tag” qu’il y a de personnes sur la photo. Cliquez sur « publier » : et le tour est joué !
  6. Pour publier des vidéos, vous pouvez faire exactement la même manipulation. Sachez qu’il existe 3 types de vidéos sur Instagram : les IGTV (vidéo de plus d’1 minutes), les vidéos normales, et les reels.

Qu’est-ce qu’une story sur Instagram ?

Revenons d’abord à l’utilité des stories. La différence entre une story et une publication réside dans sa durée de vie. Une story est un contenu éphémère, que vos abonnés pourront voir uniquement pendant 24h, alors qu’une publication est un contenu permanent, qui apparaîtra à la fois dans le fil d’actualité de vos followers, mais aussi sur votre page Instagram. Vous pouvez bien sûr supprimer une publication à tout moment !
Mais alors, comment choisir de poster l’un ou l’autre contenu ?
Vous publierez une story pour faire part d’un moment, pour partager une petite joie, pour repartager le contenu d’un autre utilisateur, alors qu’une publication sera plutôt une jolie photo, une vidéo qui vous tient à cœur… Tout dépend de votre humeur, en fait, il n’y a pas de règles !

Comment publier des stories ?

  1. Pour publier une story vous avez deux options. Vous pouvez soit cliquer en haut à droite sur votre photo de profil, soit en bas au milieu (ou en haut à droite, en fonction de votre version de l’application).
    À nouveau, vous pouvez choisir : prendre une photo ou une vidéo sur le vif, ou partager une image que vous avez déjà enregistrée dans votre pellicule.
  2. Sélectionnez votre image (ou prenez votre photo). Apparaissent, en haut, des petites icônes blanches : elles vous permettent d’animer votre story.
    La petite flèche vous permet d’enregistrer votre story. La note de musique vous permet d’ajouter une musique à votre contenu. En cliquant sur les petites étoiles, vous pourrez ajouter un effet ou un filtre à votre photo. Le petit trait de “coloriage” vous donne la possibilité de dessiner sur votre image. La petite icône carrée vous permet d’ajouter des stickers et autres GIF à votre story. Et les Aa vous invitent à écrire sur votre image (vous pouvez choisir les polices et les couleurs).
  3. Une fois que vous avez ajouté plein d’animations à votre story, vous êtes prêt à la poster : appuyez sur la flèche en bas à droite et sélectionnez “ma story” ou les abonnés auxquels vous souhaitez envoyer votre contenu.

Sachez aussi que vous pouvez partager les contenus d’autres utilisateurs dans vos stories.

Que sont les stories à la une ?

Les stories à la une sont des stories que vous souhaitez mettre en avant de manière permanente (mais dans ce cas pourquoi ne pas faire tout simplement des posts, me direz-vous ? Eh bien, vous verrez qu’avec le temps, on arrive à faire la différence subtile entre un post et une story).
Les stories à la une apparaissent en haut du profil de la personne qui les a postées, dans des petits ronds. Vous n’avez qu’à cliquer dessus pour voir apparaître leur contenu !

Petit lexique Instagram

Hashtag : les hashtags sont des tag, qui vous permettent de catégoriser vos publications. Par exemple, si vous postez une image d’oiseau à la campagne, vous pourrez utiliser les hashtags suivant : #oiseau #campagne #nature #printemps. Vous pouvez inventer vos propres hashtags ou en utiliser certains qui existent déjà. Les hashtags se placent dans la légende (ou caption en anglais) de votre publication.
Quand vous faites une recherche sur instagram, vous pouvez faire une recherche par abonnés ou par tags : dans ce dernier cas, les publications les plus populaires contenant ce hashtag apparaîtront en premier.

Reel : les reels sont des petites vidéos de 15 secondes ou moins au format portrait. C’est un format de publication très populaire, notamment auprès des adolescents, qui peuvent développer leur créativité grâce à des outils de montage très simples.

Follower : les followers sont les personnes qui suivent votre profil, et donc voient apparaître vos publications dans leur “feed”, ou leur fil d’actualité.

Influenceur / euse : les influenceurs sont des personnalités qui ont un très grand nombre de followers et qui sont ainsi sollicités par des entreprises pour faire la publicité de leur marque et leurs produits. Les influenceurs plus connus en France sont SqueeZie, Cyprien ou encore EnjoyPhoenix : ils comptent tous plus de 5 millions de followers (!).

Algorithme : l’algorithme d’Instagram est très capricieux. C’est lui qui décide de qui va apparaître dans votre feed et lui qui décide si votre publication va performer. Sa performance est calculée sur l’engagement qu’elle reçoit : le nombre de likes, de commentaires et de partages. Plus vos contenus reçoivent d’interactions, plus ils seront poussés en avant par l’algorithme !

Quel réseau social choisir pour communiquer avec mes Petits-Enfants ?

Entre TikTok, Facebook, Instagram, Snapchat, Whatsapp, et j’en passe, difficile de s’y retrouver entre tous ces réseaux sociaux. Notre conseil ? Alignez-vous sur vos Petits-Enfants et voyez avec eux comment vivre votre rôle de Grand-Parent au mieux, même à distance !
Les statistiques sont formelles, les plus jeunes privilégient TikTok, les moins jeunes, Instagram, et les plus âgés, Facebook, sans aucun doute. En clair, demandez-leur simplement quels sont leurs réseaux préférés, et faites-vous aider pour créer votre compte / profil ! Sans ça, on vous a aussi prévu un article pour expliquer comment créer votre compte Facebook 😉 

Ce ne sont pas les Grands-Parents qui diront le contraire : les Français trépignent d’impatience à l’idée du déconfinement en vue.
Prochaine date importante ? Le 19 mai, jour de réouverture de la plupart des lieux prisés par les Grands-Parents en vadrouille avec leurs Petits-Enfants.

Alors on est allé interroger quelques centaines de Grands-Parents et on a dressé la liste ultime des endroits où vous rêvez de retourner avec vos Petits-Enfants :

  1. – Voir n’importe quel film au cinéma (même si c’est Pat Patrouille sur grand écran)
  2. – Admirer les Nymphéas de Monet au musée de l’Orangerie (ou n’importe quel tableau, vraiment, dans n’importe quel musée)
  3. – Boire une grenadine ou une limonade en terrasse (même s’il pleut des cordes)
  4. – Aller acheter leurs sandales pour cet été dans cette boutique que vous aviez découvert juste avant le deuxième confinement
  5. – Retourner à la piscine municipale (vous n’auriez jamais cru ça un jour… et pourtant !)
  6. – Applaudir dans une salle de théâtre (même si c’est la salle du Guignol du parc du coin)
  7. – Suer dans un cours de yoga pour petits et grands (bon, il faudra patienter jusqu’au 9 juin pour ça)
  8. – Visiter des monuments improbables (dans lesquels vous n’auriez jamais mis les pieds si on ne vous en avait pas privé si longtemps !)

Et vous, où brûlez-vous d’impatience de retourner ?

©ElizabethToll pour ©MilkMagazine

Depuis le début de la campagne vaccinale en France, plus de 5 millions de français se sont fait vacciner. « Si je suis vacciné(e), pourrais-je revoir mes Petits-Enfants ? » : alors que la solitude se fait de plus en plus pesante, et que l’éloignement au sein des familles pèse sur le moral, la question est sur toutes les lèvres.

C’est en tout cas la promesse faite dans ce nouveau clip publié sur le compte Twitter du Ministre de la Santé, Olivier Véran le 9 mars dernier. On nous promet le retour de la tendresse, des câlins et des embrassades qui nous manquent tant depuis maintenant un an.

Vaccin ou pas vaccin ? Ils témoignent

Certains Grands-Parents ont sauté le pas et expliquent profiter à nouveau de leurs enfants et Petits-Enfants. C’est le cas de Michèle (75 ans) et Henri (77 ans) qui expliquent revoir leurs Petits-Enfants adorés : “Maintenant que nous sommes vaccinés nous revoyons notre famille. Cela devenait long, nous avions vraiment hâte de les retrouver. Nous savons qu’il faut faire attention mais nous pensons avoir attendu assez de temps.” De son côté, Christiane (68 ans) témoigne “Je n’ai pas totalement confiance en ce vaccin qui est très récent. Mais quand cela sera possible, je vais tout de même aller me faire vacciner car je souhaite protéger mon Petit-Fils et aussi reprendre une vie normale !”.

D’autres restent plus méfiants et préfèrent attendre encore quelques temps, par manque de confiance envers le vaccin comme le dit Claudette (80 ans) “Personnellement je ne me suis pas encore faite vacciner. Je n’ai pas assez confiance et je pense surtout que nous n’avons pas encore assez de recul. En attendant, je téléphone beaucoup à mes Petits-Enfants pour garder le lien avec eux.

Qu’en est-il à l’étranger ?

Aux Etats-Unis, les personnes vaccinées ont le droit de se réunir avec leur proches, sans masque. La directrice des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Rochelle Walensky, a précisé que s’ils ne présentent pas de facteurs à risques face au Covid-19, “des Grands-Parents vaccinés, peuvent rendre visite à leur fille et sa famille, même si eux n’ont pas été vaccinés.” Le pays fait tout de même état d’exception car à ce jour, les autorités restent prudentes quant à la protection du vaccin contre le risque de transmission.

Si se laisser aller à la rêverie a de quoi nous mettre du baume au cœur, il faudra tout de même se montrer encore patient quelques temps. En effet, il est encore recommandé d’appliquer scrupuleusement les gestes barrières car même si le vaccin semble protéger les individus des formes graves, des études scientifiques sont toujours en cours.

Et vous, comptez-vous vous faire vacciner ?

Le 16 mars, date anniversaire du premier confinement, on nous interdisait de sortir de chez nous, on nous privait de nos libertés et de notre plus grande joie : notre famille. Le 1er confinement était annoncé.
Un an après, 4 Grand-Mères se souviennent de l’allocution présidentielle. Et de ce qu’elle a changé dans leur vie.

J’étais choquée. Devant la télé, mon mari et moi n’avons pas réalisé tout de suite,” raconte Paule, 74 ans. Cette Grand-Mère de 6 Petits-Enfants a mis quelques jours avant de prendre toute la mesure des annonces du gouvernement. “Au départ, c’était tellement irréel… Je me suis dit que ça passerait vite.
Un sentiment partagé par de nombreux Grands-Parents : “Quand nous avons entendu le discours d’Emmanuel Macron, nous n’avons pas tout de suite saisi ce que cela signifiait. Je pensais surtout au côté logistique des choses : aller faire les courses, faire du sport… Je n’ai pas pensé immédiatement à l’impact du confinement sur ma vie familiale.”, explique Jeanny, 68 ans.
D’autres, au contraire, ont pris conscience immédiatement du fait qu’elles ne verraient plus leurs Petits-Enfants. C’est le cas de Marthe, qui a aussitôt appelé sa fille : “J’avais besoin de mettre en place un rituel immédiat. Nous sommes tombé d’accord : un appel par jour pour maintenir le lien entre mes Petits-Enfants et moi. Et, surtout, pour que je ne me sente pas trop seule. Depuis mon divorce, j’habite seule, mais j’ai d’habitude toujours du monde à la maison.

Des mesures sanitaires à intégrer

Comme tous les Français, les Grands-Parents ont dû apprendre à composer et à s’adapter au confinement. Attestations de sortie, gel hydroalcoolique, masques, distanciation … Les Grands-Parents ont appris à vivre avec ces nouvelles règles et mesures sanitaires : “Pour moi, ça n’était pas compliqué d’intégrer les gestes barrières à mon quotidien. Ce qui a été difficile, en revanche, c’est de ne plus pouvoir serrer mes Petits-Enfants dans mes bras.”
Un constat partagé par toutes les Grand-Mères qui ont accepté de témoigner. Pour elles, l’interdiction de voir leurs Petits-Enfants a été la mesure la plus difficile à accepter. “Le ciel m’est tombé sur la tête quand j’ai compris que je ne verrai plus mes Petits-Enfants.”, raconte Myriam. “En un an, je les ai vus 5 fois et, presque à chaque fois, de loin.”
Si la plupart des Grand-Mères ont très peu vu leurs Petits-Enfants depuis les premières annonces gouvernementales, certaines ont continué comme si de rien n’était : “Pour moi, voir mes Petits-Enfants est vital”, commente Jeanny. “J’ai tout de suite convenu avec mes enfants que ce serait moi qui les garderais après l’école quand on serait déconfiné. Et, depuis, c’est ce que nous faisons. J’ai décidé de prendre le risque, plutôt que d’être privée de mon bonheur. Et jusqu’ici, je n’ai pas eu de problème.”

Un nouveau confinement qui inquiète

Alors que la menace d’un troisième confinement plane sur de nombreuses régions en France, les Grands-Parents se préparent de nouveau à être privés de leurs Petits-Enfants. “Si cela doit arriver, je n’ai pas peur. Nous avons l’habitude, maintenant : WhatsApp, les visios, les histoires du soir à distance… On a trouvé plein de manières de continuer à s’aimer, même de loin. Mais je me languis vraiment du jour où je pourrai à nouveau m’investir réellement dans mon rôle de Grand-Mère,” admet Paule.
Car c’est bien cela qui inquiète les Grand-Mères d’aujourd’hui, qui n’ont plus l’impression de véritablement jouer leur rôle de “Grand-Mère veilleuse”.

Et vous, vous souvenez-vous de l’annonce du premier confinement ?

Crédits image : ©bondarillia pour Canva Pro

Interrogée sur son rôle de Grand-Mère et sur sa relation avec ses Petits-Enfants, Sylvie Vartan s’est confiée dans une interview accordée à S, le magazine de Sophie Davant.

À 76 ans, Sylvie Vartan est l’heureuse Grand-Mère de 3 Petits-Enfants : Ilona et Emma Smet, filles de David Hallyday et d’Estelle Lefébure, et Cameron Smet, fruit de l’union du chanteur avec Alexandra Pastor.
« Je suis mère et Grand-Mère, c’est un peu pareil en fait pour moi. Il paraît que, quand on est Grand-Père ou Grand-Mère, on est beaucoup plus coulant. Moi, non. J’aime tous mes enfants de la même manière, avec les mêmes exigences. Je leur dis les mêmes choses. Je n’ai pas un langage réservé à l’un et pas à l’autre », a-t-elle confié lors de son interview avec le magazine S.

Si la chanteuse estime ne pas faire de différence entre ses enfants et ses Petits-Enfants, elle n’en reste pas moins extrêmement fière de ces derniers. « Nos trois Petits-Enfants ont tous une fibre artistique. Cameron est passionné de musique, Ilona est une immense peintre. Emma suit des cours d’art dramatique », racontait-elle en 2018 au Figaro.

Aujourd’hui, ses Petits-Enfants ont encore grandi, et notamment Cameron : « [C’]est un colosse, il mesure pas loin de 1,80 mètre ! », raconte-t-elle, avant d’ajouter une anecdote : « Quand il était petit, d’une manière tout à fait ingénue et tout à fait simple, alors qu’il m’avait vue me préparer, il m’a lancé : ‘En fait, Mimi, tu dois aller faire Sylvie Vartan, là !’ Je lui ai répondu : ‘Exactement' ».

Des confidences qui ne sont pas sans rappeler celles que nous pourrions faire, nous aussi, au sujet de nos Petits-Enfants !

Un bon livre, c’est comme un ami, qui vous accompagne pour toute la vie.
Et un bon ami, c’est un repère, une balise dans les tempêtes de la vie.

Voici, Mesdames et Messieurs, la liste des 15 livres qui seront les meilleurs amis de vos Petits-Enfants. Quelles que soient les tempêtes que lui réserve l’avenir, ces livres seront toujours leur porte de sortie.

  1. Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry
    Pour apprendre l’importance de savoir regarder avec le cœur.
  2. L’étranger, Albert Camus
    Pour se souvenir que tout n’a pas toujours de sens … Et que c’est peut-être bien comme ça.
  3. La vie devant soi, Romain Gary
    Pour découvrir que l’amour n’a pas d’âge, de religion, de sexe ou même de classe sociale. En bref, que l’amour ne connaît aucun obstacle.
  4. Orgueil et Préjugés, Jane Austen
    Pour découvrir que l’humour et l’ironie peuvent nous sortir de tous les pas de la vie.
  5. Les Trois Mousquetaires, Alexandre Dumas
    Pour rappeler l’importance du courage et de l’amitié.
  6. L’attrape-Cœur, J-D. Salinger
    Pour comprendre l’importance des mots.
  7. Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway
    Pour découvrir la puissance de la nature – à laquelle s’oppose l’optimisme de l’homme.
  8. Le tour du monde en 80 jours, Jules Vernes
    Pour travailler son flegme et son envie de découvrir le monde.
  9. L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera
    Pour comprendre que l’être humain est toujours libre de ses choix.
  10. La nuit des temps, René Barjavel
    Pour vivre la plus belle des histoires d’amour.
  11. Rebecca, Daphné du Maurier
    Pour frémir de peur et frissonner de plaisir.
  12. Paroles, Jacques Prévert
    Pour mettre un peu de poésie dans le quotidien.
  13. Les Misérables, Victor Hugo
    Pour ne pas passer à côté de ce monstre de la littérature.
  14. La Gloire de mon père, Marcel Pagnol
    Pour savourer la restitution des souvenirs d’enfance de l’auteur et se replonger dans les siens.
  15. L’écume des jours, Boris Vian
    Pour apporter de la magie et du soleil dans le cœur des Petits-Enfants.

Et selon vous, quel est LE roman à transmettre à son Petit-Enfant ?

Le coup de cœur de Grand-Mercredi ?
Un podcast qui vous plonge au cœur de la vie de nos aînés. Des histoires pleines de nostalgie, des souvenirs pleins de tendresse et des rêves éternels… C’est la promesse de la Minute des Résidents, que vous pouvez retrouver juste ici.

Dans le premier épisode, Nicole, 89 ans, nous raconte ses souvenirs de Noël et délivre un message plein d’espoir pour tous les Grands-Parents. 5 minutes inspirantes, qui nous font découvrir un pan de vie de personnalités uniques.

Enfin, nous avons quitté 2020 et ses mauvaises ondes. C’est l’occasion de se reprendre en main et de se donner 3 bonnes résolutions pour débuter l’année en beauté, le cœur en joie !

#1 Conserver le lien avec nos proches

Si cela n’a pas été facile, cette année, avec la situation sanitaire, cela ne nous a pas empêché de trouver des solutions magiques pour sauver nos liens familiaux et amicaux. Cette année, gardons contact, même de loin ! Si se voir quotidiennement ne sera pas tout le temps possible, organisons davantage de rendez-vous en visio, jouons ensemble à distance, racontons-nous des histoires, appelons nous pour papoter de nos vies, pour rire et pour nous dire “je t’aime”.

#2 Garder la pêche et la banane

Oui, nous n’avons pas beaucoup bougé en 2020… Les voyages nous manquent, mais les balades sont là, à portée de main. Chaussons nos baskets direction le grand-air ! Marcher, courir, flâner, rêver, penser, chanter, même près de chez soi… Il y a tant de solutions pour garder le moral et la forme, toute l’année. C’est bon pour le corps et pour l’esprit, alors chassons les mauvaises ondes et prenons enfin notre futur en main !

#3 Vivre d’amour et de rêves

Cette année, on la sent bien chez Grand-Mercredi. Et notre devise est : vivre nos rêves, et surtout, ne rien s’interdire ! Dans la mesure du possible, partez à l’aventure de vos envies, de vos amours, de vos passions. Reprenez votre plus belle plume et écrivez à vos Petits-Enfants par exemple. L’écriture ressoude les liens et réchauffe les cœurs. Testez-vous à la peinture, au tricot, au sport, aux poèmes…Bref, ne vous refusez rien et vous verrez, la vie n’en sera que plus belle !

Vous aimerez aussi...