kevin, auteur sur Grand-Mercredi

kevin


Article

Je monte mon « petit resto solidaire » en 6 étapes

Dans la chanson de Cabrel, c’est « une cabane au fond du jardin ». Chez vous…ce sera une table éphémère, à dresser pour de parfaits inconnus et dont la nappe s’envolera à la fin de l’été.
« Maître d’hôtel ? La carte, s’il vous plaît ! »

  1.  À initiative unique, nom unique. Commencez par baptiser votre bistrot estival (Ô Petits-Enfants / La table de Granny…)
  2.  Sous la tonnelle ou en terrasse, une grande table, quelques chaises, et la vaisselle de famille bien sûr! Si on choisit un thème (bord de mer, campagne chic…), c’est encore mieux.
  3.  Dans votre brigade : vos Petits-Enfants en tenue de service (sommelier, chef de rang, plonge…)
  4.  Décider d’un menu unique à 15€ par personne (10€ pour les enfants). N’inventez rien : choisissez des recettes que vous maîtrisez !
  5.  Passez le mot aux amis de vos amis, aux touristes croisés sur la place du village (âmes généreuses, ne pas s’abstenir).
  6.  Après le dessert et avant de replier le parasol, mettez de côté la recette de ce festin très spécial et reversez-la à une association que vous aurez choisie avec vos Petits-Enfants.

On parie combien que, dans 1 mois, tout le monde fait la queue devant le portail ?

Avec

Coup de grâce : la reconstruction d’une héroïne

Que faire quand on a tout perdu ? Renoncer ou tout recommencer ? Ce sont les questions abordées dans le dernier roman de Danielle Steel, Coup de grâce, que vous aurez du mal à laisser de côté une fois que vous l’aurez commencé.

ENTRE COUPS DURS ET COURAGE
une héroïne au destin extraordinaire

Dans ce roman, il est question d’une vie idyllique qui bascule… celle de Sydney Wells, alors qu’elle perd soudainement son mari, et remet tout en question. Elle va alors devoir affronter une série d’événements où il lui sera demandé de se battre, pour garder la tête haute et préserver coûte que coûte sa dignité et surtout une vie normale, alors que son héritage se retrouve compromis.

Mais dans Coup de grâce, il est moins question de tristesse que d’espoir, puisque Sydney Wells, personnage persévérant et plein de ressources, nous montre qu’il est possible de se relever et de faire face aux aléas de la vie : est-ce en travaillant, en retrouvant l’amour…? Un roman inspirant pour tous les Grands-Parents.

Un univers impitoyable

Comme toile de fond, Danielle Steel choisit le monde si singulier de la mode, qui a son lot de secrets et de convoitises certes, mais aussi une part plus sombre, où la concurrence et la manipulation font rage. C’est dans cette atmosphère tendue que Sydney, vaillante et déterminée, peut enfin réaliser son rêve en exerçant son métier de styliste avec passion, entre New York et Hong Kong, où l’amour fait aussi son retour…

Mais, dans un monde où les strass et les paillettes ne sont qu’une façade, arrivera-t-elle à prendre sa place ?

Il suffira de quelques mots pour vous laisser tenter… Écoutez cet extrait, et dévorez vite la suite !

Coup de grâce, aux éditions Pocket

est disponible en librairie le 12 août 2021.

avec

Vous n’entendrez a priori plus jamais cette expression. Vive le SMS ! Dans votre antenne familiale, vous avez décidé de ne communiquer que comme ça. On vous y aide avec ces 5 échanges de SMS familiaux.

On a récupéré 10 téléphones DORO (des smartphones comme des téléphones classiques), confiés par certains de nos lecteurs. Et ce qu’on y a trouvé était tellement génial qu’on a voulu tout de suite le partager avec vous.
Des sms plus jolis les uns que les autres, qui décrivent la vraie vie de famille d’aujourd’hui : on ne pouvait pas passer à côté d’un petit décryptage.

échange N°1

échange N°2

échange N°3

échange N°4

échange N°5

Bien sûr, on n’oublie pas que rien ne remplace le son de la voix :
un petit coup de téléphone de temps en temps, ça fait aussi du bien avec son téléphone DORO !

Profitez-vous véritablement de son potentiel pour échanger avec
vos proches ? Faites notre test (pas plus de 2 minutes, c’est promis !).

En bonus : un heureux gagnant remportera un smartphone DORO 8050 (d’une valeur de 209 €) !

Consultez ici le règlement du jeu concours.

Cet été est indéniablement celui des retrouvailles en famille. Vous trépignez d’impatience à l’idée de faire avec vos Petits-Enfants tout ce que vous avez prévu avec enthousiasme. Mais dans votre joli programme… avez-vous laissé une petite place… pour les livres ?
Cet été, partez en livre…

Jusqu’au 25 juillet, le Centre National du Livre fête le livre pour la jeunesse, avec son festival “Partir en Livre” qui a cette année pour thème “Mer et Merveilles”.
Une jolie occasion de placer la lecture au cœur des activités de l’été, pour développer l’imaginaire de vos Petits-Enfants, lors de vos escapades à la plage, au camping ou à la montagne !

Et quoi de mieux que de lire dans un environnement propice à la détente et
au bon temps ?

Et quoi de mieux que de lire dans un environnement propice
à la détente et
au bon temps ?

Profitez de ce moment et de ce festival pour donner à vos
Petits-Enfants l’envie de lire !

Et pour aller plus loin, que diriez-vous d’organiser de petites discussions littéraires, où chacun raconte aux autres membres de la tribu les aventures qu’il aime, les personnages qui l’accompagnent, ou les inspirations que l’on puise au fil des pages ?

Cet été, la lecture offrira l’opportunité de beaucoup de voyages !
Avec un programme riche et inspirant !

Pour sa 7ème édition, le festival sera présent dans toute la France sur de nombreux lieux de vacances et propose plusieurs temps forts : des parcs d’attractions littéraires, des rencontres avec les auteurs, des activités en plein air, des lectures immersives… Et bien d’autres surprises…

Et pour encourager les petits lecteurs de chaque famille à s’évader dans les livres, des milliers de Chèques-Lire sont offerts tout le long de l’évènement !

Et pour retrouver toutes les activités et voir celles qui sont proches de chez vous ou de votre lieu de vacances, c’est par ici :

Grand-Mercredi vous souhaite de prendre la vague de la lecture, et de magnifiques moments littéraires en famille !

Qui sommes-nous ?

Créée en 1994, la Fondation Ronald McDonald a pour mission de prendre soin des enfants hospitalisés et de leur famille. Elle permet aux enfants hospitalisés de rester entourés de leur famille grâce à la construction et la gestion de lieux de vie proches et au sein même des hôpitaux. En France, il existe 9 Maisons de parents à proximité des principaux hôpitaux pédiatriques et une Parenthèse, au niveau du service de néonatalogie du Centre Hospitalier d’Arras.

Conscients de l’importance de créer une prise de conscience collective sur le sujet de la solidarité et du partage vis-à-vis des enfants hospitalisés, nous nous sommes associés à la Fondation Ronald McDonald pour créer les Mercredis Solidaires.

Les  « Mercredis Solidaires » c’est un rendez-vous mensuel solidaire qui favorise de beaux moments de partage entre Grands-Parents et Petits-Enfants. Vous retrouverez ainsi chaque mois une activité solidaire à faire avec vos Petits-Enfants, ainsi que des actualités sur l’action de la Fondation.

Offrez un sourire à des milliers de Petits-Enfants hospitalisés !

Dans la vie, il y a un temps pour tout. Un temps pour rire avec ses Petits-Enfants. Un temps pour les aimer. Un temps pour réfléchir et un temps pour agir. Prenez le temps. Et quand vous serez prêts, pourquoi ne pas vous engager dans une association proche de chez vous pour soutenir et aider les familles de milliers d’enfants hospitalisés ?

  • Si vous voulez consacrer quelques heures par semaine à donner le sourire à plein de Petits-Enfants
  • Si vous êtes à la retraite et vous ne savez pas comment occuper votre temps libre lorsque vous ne voyez pas vos Petits-Enfants
  • Si vous souhaitez vivre une expérience enrichissante et épanouissante
  • Si vous voulez aider une association qui ait du sens, pour vous et pour les autres
  • Si vous êtes conscients qu’on peut donner sans aimer, mais qu’on ne peut jamais aimer sans donner…

Alors engagez-vous en tant que bénévoles dans une association proche de chez vous et donnez un peu de votre temps pour semer de la joie dans les cœurs :

Vous habitez près de Arras, Bordeaux, Grenoble, Lille, Limoges, Marseille, Nantes, Strasbourg, Toulouse, Villejuif, proposez vos services à la Maison de parents ou la Parenthèse proche de chez vous en la contactant directement ici. Si vous n’êtes pas à côté de ces villes, des milliers d’offres de bénévolats sont disponibles ici.

Offrez un sourire à des milliers de Petits-Enfants hospitalisés !

Dans la vie, il y a un temps pour tout. Un temps pour rire avec ses Petits-Enfants. Un temps pour les aimer. Un temps pour réfléchir. Et un temps pour agir. Prenez le temps. Et quand vous serez prêts, pourquoi ne pas vous engager dans une association proche de chez vous pour soutenir et aider les familles de milliers d’enfants hospitalisés ?

  • Si vous voulez consacrer quelques heures par semaine à donner le sourire à plein de Petits-Enfants
  • Si vous êtes à la retraite et vous ne savez pas comment occuper votre temps libre lorsque vous ne voyez pas vos Petits-Enfants
  • Si vous souhaitez vivre une expérience enrichissante qui vous fasse grandir
  • Si vous voulez aider une association qui ait du sens, pour vous et pour les autres
  • Si vous êtes conscients qu’on peut donner sans aimer, mais qu’on ne peut jamais aimer sans donner…

Alors engagez-vous en tant que bénévoles dans une association proche de chez vous et donnez un peu de votre temps pour semer de la joie dans les cœurs :

Vous habitez près de Arras, Bordeaux, Grenoble, Lille, Limoges, Marseille, Nantes, Strasbourg, Toulouse, Villejuif, proposez vos services à la Maison de parents ou la Parenthèse proche de chez vous en la contactant directement ici. Si vous n’êtes pas à côté de ces villes, des milliers d’offres de bénévolats sont disponibles ici.

Comme le disait si bien Baden Powell, la meilleure manière d’atteindre le bonheur est de le donner aux autres….

L’activité solidaire du mois

Montrez à vos Petits-Enfants que ce n’est pas compliqué de penser aux autres et de les aider, ils peuvent facilement faire naître un sourire chez un enfant malade et le rendre heureux.

Imprimez cette carte solidaire en autant d’exemplaires que vous le souhaitez, remplissez-les et envoyez-les à la Maison ou la Parenthèse Ronald McDonald la plus proche de chez vous, afin qu’elles soient distribuées aux familles d’enfants hospitalisés. On oublie souvent à quel point ils seront touchés de savoir qu’un autre enfant qu’ils ne connaissent pas pense à eux.

Cette carte peut vraiment devenir LE rayon de soleil de leur journée, celui qui leur donnera la force d’affronter leur hospitalisation. On parie que vos Petits-Enfants, eux, seront fiers et ravis de pouvoir ainsi aider un autre Petit-Enfant malade grâce à cette petite action toute simple.

L’activité solidaire du mois

Montrez à vos Petits-Enfants que ce n’est pas compliqué de penser aux autres et de les aider, ils peuvent facilement faire naître un sourire chez un enfant malade et le rendre heureux.

Imprimez cette carte solidaire en autant d’exemplaires que vous le souhaitez, remplissez-les et aller les porter ensemble auprès de la Maison ou la Parenthèse Ronald McDonald la plus proche (ou envoyez-les à l’adresse : à renseigner) afin qu’elles soient distribuées aux familles d’enfants hospitalisés. On oublie souvent à quel point ils seront touchés de savoir qu’un autre enfant qu’ils ne connaissent pas pense à eux.
Cette carte peut vraiment devenir LE rayon de soleil de leur journée, celui qui leur donnera la force d’affronter leur hospitalisation.

On parie que vos Petits-Enfants, eux, seront fiers et ravis de pouvoir ainsi aider un autre Petit-Enfant malade grâce à cette petite action toute simple !

Comme une potion magique … C’est ainsi que Sylvie Uderzo, fille du dessinateur de génie Albert, a nommé l’exposition qui lui rend hommage. Elle-même commissaire de l’exposition, Sylvie Uderzo a accepté de se confier sur son père, sur leurs relations et sur la potion magique qui a fait de son père, et d’elle, des bourreaux de travail, généreux et passionnés.

C’est à la réception du Musée Maillol, où se tient l’exposition Uderzo, Comme une potion magique, que nous avons rendez-vous avec Sylvie Uderzo. On nous signale qu’elle est en train de se garer et que l’on peut patienter dans la librairie. Là, c’est le monde du dessinateur qui s’étale sous nos yeux : tous les albums d’Astérix y sont réunis, entre autres Tanguy et Laverdure et Oumpah-Pah.
Quelques minutes plus tard, c’est une femme enjouée qui débarque, et discute avec la libraire. “Madame Uderzo ?”. 

Sous sa casquette étoilée, Sylvie Uderzo semble un poil stressée quand nous lui annonçons que nous allons probablement parler de famille, de transmission, et de sa relation avec son père. Pourtant, très vite, la confiance prend le pas, et cette femme fascinée par son papa se dévoile. Aussi dense que le travail d’Albert Uderzo, et aussi fluide que le caractère de sa fille, notre rencontre balaye la vie de l’artiste, sa vie, sa famille, et bien-sûr son rôle de Grand-Père et Père. Une rencontre suspendue et vivifiante, à l’image de la potion d’Astérix. 

Pouvez-vous nous présenter l’exposition et votre volonté derrière cette exposition ?
Pouvez-vous nous présenter l’exposition et votre volonté derrière cette
exposition ?

Avec ma mère, nous souhaitions rendre hommage à mon père. Il est parti en mars 2020, en plein premier confinement : évidemment les hommages étaient impossibles. Nous avons reçu beaucoup de courriers charmants de lecteurs, d’admirateurs, qui réclamaient de ne pas laisser “Monsieur Uderzo” partir dans l’anonymat. Mais vu les circonstances, nous ne savions pas comment nous y prendre. 

Et puis, nous avons pensé à une exposition. Je voulais présenter tout son travail, et surtout l’avant Astérix : peu de personnes connaissent les vrais débuts d’Albert Uderzo. Surtout les jeunes générations, qui ne lisent qu’Astérix.
Je souhaitais que l’on puisse comprendre qui était mon père, et combien le dessin a été une vocation de la première heure pour lui. Je voulais que l’on voit qu’il était extrêmement doué, et qu’il y avait un artiste et surtout un homme derrière Astérix.

Votre père travaillait beaucoup. Est-ce une valeur qu’il vous a transmise, à vous ? 
Votre père travaillait beaucoup. Est-ce une valeur qu’il vous a transmise,
à vous ? 

C’était un travailleur forcené, en effet. C’est ce que j’ai voulu montrer à travers cette exposition : la détermination et la volonté de ce jeune homme. Il voulait absolument faire du dessin humoristique, mais il a su s’adapter à tous les styles, travailler sans relâche, avant de toucher les étoiles avec Astérix.
Il m’a fait comprendre que, dans la vie, il fallait travailler. Mon père venait d’une famille modeste d’immigrés italiens. Moi j’ai eu beaucoup plus de chance, grâce à la carrière de mon père. Mais ce n’est pas pour ça que je me suis reposée sur mes lauriers, et j’ai commencé à travailler très jeune aussi, à 21 ans.

Quel père était-il ? 

C’était un papa génial.
Il m’a inculqué des valeurs très profondes : la générosité, la simplicité, l’humilité. Malgré l’évolution d’Astérix, mon père est resté le même homme qu’au début du succès. Il a gardé les pieds sur terre, du début à la fin. Lui, ce qu’il aimait, c’était être en famille, à la campagne, proche de la nature.  Et puis c’était un homme très bon, qui n’avait pas d’idées arrêtées ou toutes faites. Il me connaissait par cœur. C’est plus mon papa qu’un artiste, pour moi. Il a donc fallu que, pour l’exposition, je me détache de l’affect, sinon, c’était trop dur, avec sa disparition. Je ne voulais pas avoir un regard complètement à côté de la plaque.
Il a fallu que je me mette à la place des lecteurs, c’était un sacré travail ! 

Cela vous a-t-il permis de vous mettre à distance ?

Oui, et cela m’a même permis de faire mon deuil. C’est assez incroyable. Je m’en suis rendue compte il y a peu de temps. Les débuts de l’organisation de l’exposition étaient durs sur un plan émotionnel. Et puis très vite, c’était tellement génial, et l’équipe était tellement chouette … Cela m’a vraiment aidée. Parce qu’en fait, ici, il est vivant, pour moi. 

Quelle valeur ressortent dans ses œuvres, qui le représentent lui ? 

La générosité. Il n’a jamais compté. Quand il avait un objectif, il s’en donnait vraiment les moyens. Il ne comptait pas les heures, et il donnait jusqu’à ce qu’il soit content de son travail. Il se faisait d’abord plaisir, avant d’essayer de faire plaisir aux gens qui pouvaient voir ses dessins. Et même avec René Goscinny, c’était vraiment quelque chose qui était important. Quand ils commençaient à travailler à un futur album, René venait avec une idée, chez mon père, et ils s’enfermaient dans le bureau et on entendait des éclats de rires. Parce qu’ils étaient convaincus qu’avant tout, il fallait qu’ils s’amusent, avant de pouvoir amuser les autres.

Vous lisiez ce que faisait votre père ? Que préfériez-vous ?

Oh oui ! J’aimais beaucoup Oumpah-pah. J’ai dû le découvrir pratiquement en même temps qu’Astérix. Je m’y suis mise parce que mon cousin, qui venait à la maison, préférait lire des Astérix et des Oumpah-pah, que de jouer avec moi.
Dans Oumpah-pah, vous retrouvez pratiquement tout ce qui a fait Astérix !
Et puis mon père recevait tous les illustrés : Tintin, Spirou, Pilotes… Donc je lisais beaucoup de BD.

Vos enfants ont-ils, eux aussi, lu les œuvres de leur Grand-Père ?

Oui, bien sûr ! Mon fils aîné, qui a 32 ans aujourd’hui, a tellement lu Tanguy et Laverdure qu’il est devenu pilote de ligne !
Petit, il voulait être pilote de chasse. Il a toujours été fou d’aviation. Mais la lecture de Tanguy et Laverdure a certainement confirmé sa vocation. Je pense que c’est le cas de beaucoup de garçons à cette époque, d’ailleurs. 

Quel Grand-Père était votre père pour vos enfants ?

Gaga. Totalement gaga. C’était un Grand-Père génial. Je crois qu’il leur aurait tout passé. Heureusement que je veillais ! Tout ce qu’il m’avait inculqué, les bonnes manières, etc… Tout a sauté avec ses Petits-Enfants ! Tout était possible. Il leur manque beaucoup, beaucoup. Ils ont d’ailleurs découvert beaucoup de choses sur lui grâce à cette exposition – notamment ses dessins de jeunesse. Ils ont été subjugués.

Votre père s’inspirait-il de sa propre vie familiale dans son œuvre ?

Pas toujours, parce qu’il était tenu aux scripts et aux scénarios de René Goscinny, ils avaient donc un œil sociétal pour raconter leurs histoires.
Mais Falbala, c’est ma mère, pour mon père. Parce que c’est une très jolie femme, qui a le nez en trompette, des yeux extraordinaires…

Vous avez en revanche déclaré qu’Astérix était votre frère de papier ?

Oui, déjà parce que c’est l’enfant de mon père. Je suis fille unique, donc je l’accepte comme frère de papier, avec beaucoup de fierté.
Mais j’ai deux frères : il ne faut pas oublier Obélix !

Lequel des deux préférez-vous ?

Ils n’ont rien à voir, l’un et l’autre… Rien à voir ! Astérix est malin, relativement sérieux – même s’il sait s’amuser. Obélix est bon enfant, fait des bêtises, tombe amoureux, aime la bonne bouffe…  On va vers celui qui, bizarrement d’ailleurs, a un peu plus de défauts plutôt que vers celui qui est presque parfait.
Alors, peut-être pour sa rondeur, Obélix.

Mon père aussi aimait les deux, mais il avait un petit faible pour Obélix.

En fait, René voulait un personnage petit et malin.
Papa a donc créé Astérix en un quart d’heure – ils étaient très en retard pour la parution du premier numéro de Pilote. Et c’est papa qui lui a proposé un acolyte, comme il l’imaginait : grand et fort. René a accepté et c’est comme ça qu’est né Obélix. Pourtant, il ne devait pas apparaître dans les albums suivants. Mais papa s’est attaché à ce personnage.

Votre papa et René Goscinny étaient très amis. Voyez-vous la relation entre Astérix et Obélix comme un miroir de leur relation à eux ? 

Quelque part, oui. L’amitié entre Astérix et Obélix est indestructible comme celle qu’entretenaient René et mon père. Leur alchimie était extraordinaire ! Que ce soit sur le plan privé et professionnel. Ils se respectaient l’un l’autre, pour leur génie respectifs.

Qu’avez-vous retiré de cette relation en grandissant ? 

Ça aide, de voir une ambiance comme celle-là pour grandir… C’était presque une cellule familiale finalement. René faisait totalement partie de la famille, je l’appelais même Tonton René. Ils étaient adorables avec moi : ils ne me mettaient pas de côté. René me faisait des blagues – enfin il faisait des blagues à tout le monde. Il était toujours dans l’humour, continuellement, donc c’était génial pour grandir.

Votre oncle, Marcel, était aussi dessinateur. Pensez-vous qu’il y a quelque chose dans votre famille, chez vos Grands-Parents, vos arrières-Grands-Parents, qui a pu provoquer ce goût pour l’art ?

Je n’en sais rien. Il y a vraiment quelque chose de profondément artistique dans la famille Uderzo. Mes tantes dessinaient et peignaient à merveille. Je pense que les origines italiennes ont peut-être quelque chose à voir avec ça… Mon arrière-Grand-Père, lui, faisait des parquets. Il était tellement doué qu’il a réussi à monter sa propre entreprise. La société existe toujours. Ils font des parquets insensés ! Comme dans les palais vénitiens de l’époque.

Avez-vous, vous-même hérité de cette fibre artistique ?

Oui, je dessine et je peins. C’était ma volonté, pas celle de mon père. Je dessinais dans mon coin, et j’allais lui montrer ce que j’avais fait. Ce n’était pas en miroir de ce qu’il faisait. J’étais beaucoup plus réaliste, pas du tout BD.  Aujourd’hui, je peins encore pour moi. J’aurais trop peur de montrer ce que je fais – en comparaison avec tout ce qu’a fait mon père !

Et vos enfants ont-ils aussi reçu ce don ?

Mon fils aîné a des facilités. Mais lui, c’est plus mécanique. Et le deuxième, il ne sait même pas colorier entre deux traits. Ça va sauter une génération j’espère, parce que, lui, c’est une catastrophe ! Mais il a d’autres talents, je vous rassure…

À l’occasion de cette exposition, vous avez écrit : “rendre un hommage à sa formidable carrière nous a paru être très vite une obligation, un besoin, une nécessité. Comme une potion magique.”

Oui, cette potion magique, si on avait pu l’avoir pendant toute cette pandémie, je pense que, dans le monde entier, on aurait bien pris une petite louche ! Avec ma mère, nous sommes tombées sur cette photo, où avec son air malin, papa pose avec une louche… C’est comme ça que le nom de l’exposition nous est venu. Il faut que cette expo donne un coup de fouet, un coup de joie, un coup de sourire, un coup d’humour, un coup de potion magique aux spectateurs.

Vous avez beaucoup de chance de pouvoir partager tout cela avec les lecteurs d’Astérix …  

C’est une grande chance, même un privilège. Et puis, d’enfin rencontrer le public, ça me fait chaud au cœur. C’est une très belle histoire, c’est incroyable.  J’ai beaucoup de chance de pouvoir parler de mon papa comme ça.

Quel est le message que vous adressez à votre père à travers cette exposition ? 

J’ai envie de lui dire, si toutefois il peut m’entendre, ce dont je suis presque sûre, que j’avais raison … (rires). Car il y a quelques années, je lui avais proposé d’organiser une exposition de tout son travail. Il m’avait ri au nez, pensant que personne ne s’y intéresserait. Il m’avait même dit : “Mais ma fille, c’est parce que tu es ma fille que tu trouves que c’est intéressant. Moi, je suis sûr que ça ne va intéresser personne”. Aujourd’hui, je lève la tête et je lui dis “Tu vois, papa, non seulement les gens s’intéressent à ton travail, mais en plus ils sont heureux de mieux te découvrir !”. 

Donc, je suis sûre qu’il est heureux. 

avec

Pour parler du métier si particulier des auxiliaires de vie, mais aussi pour mettre en lumière les personnes aidées autant que les personnes aidantes, nous avons passé un petit moment avec Asmaa Chemaa, qui travaille dans le secteur du service à la personne depuis maintenant 11 ans.
Pas de doute, c’est une
vraie vocation ! Aujourd’hui, elle travaille dans une des agences Ouihelp, au poste d’adjointe à la direction générale grand Ouest. Elle accompagne donc les aidants, les aidés, et les auxiliaires de vie sur tous les aspects de leurs métiers. On espère que ces paroles sauront éclairer tous les Grands-Parents aidants !

C’est le fait de ne plus être autonome. C’est quelqu’un qui ne peut plus faire sans aide ce que de nombreuses personnes font au quotidien s’en même s’en rendre compte : se lever, se laver, se nourrir, se déplacer, s’habiller…  Une dépendance peut être physique, mais aussi psychique, et parfois être les deux. Nous apportons donc notre aide sur tous ces aspects, mais pas sur la partie médicale, qui reste entre les mains des médecins ou des infirmiers.

Cela change beaucoup de choses dans leur quotidien ! Certains vont emménager chez leur proche, d’autres vont se déplacer et leur consacrer parfois plusieurs heures dans leur semaine. Et puis n’oublions pas que beaucoup le font également pour leurs Petits-Enfants !

Malheureusement, certains aidants vont donc se retrouver obligés de faire l’impasse sur certains de leurs loisirs, sur leur vie sociale, parce qu’un proche dépendant passe souvent en priorité. Cela peut même aller jusqu’à réduire ou stopper son activité professionnelle. C’est aussi une grande source d’angoisse et de fatigue.

Certains aidants qui ne vivaient pas à proximité de leur proche dépendant se sont retrouvés à ne plus pouvoir s’occuper d’eux pendant de longs moments, et cela a été très compliqué pour eux. Dans ce cas là, ils ont passé le relais à des professionnels, et continuent encore aujourd’hui à fonctionner comme ça. À l’inverse, d’autres aidants qui faisaient appel à des auxiliaires de vie pour s’occuper de leur proche ont souhaité le faire eux-même pendant la crise, afin d’éviter de multiplier les contacts avec de trop nombreuses personnes, et ainsi limiter les risques de transmission du virus.

Oui effectivement, car ça peut être vécu un peu comme un abandon : certaines personnes pensent pouvoir tout gérer, et l’idée de faire appel à quelqu’un d’externe peut être source de culpabilité. 

Parfois aussi, c’est le proche qui refuse d’être aidé par quelqu’un d’autre, qui appréhende que l’on rentre dans son intimité. Nous mettons alors en place notre accompagnement de façon très progressive, afin que chacun puisse se sentir à l’aise petit à petit. 

Nous avons été sollicité par une personne aidante, qui gérait tout, son travail, sa fille, les besoins de sa mère. Elle lui faisait sa toilette tous les soirs à 19h, anticipait ses repas pour le lendemain… Elle n’en pouvait plus, et lorsqu’elle a fait appel à nous, sa mère lui a fait comprendre sa réticence à l’idée que quelqu’un d’autre s’occupe d’elle, se sentant abandonnée et surtout ayant peur que sa fille ne passe plus la voir chaque jour. 

Finalement, cette dame âgée a accepté notre aide, et sa fille a continué de lui rendre visite chaque soir. Mais cette fois, c’était pour dîner ensemble en terrasse…

Avant la mise en place de l’aide, les équipes Ouihelp prennent le temps de rencontrer le proche dépendant, pour cerner ses besoins et comprendre le type d’intervenant que l’on va pouvoir proposer. Nous prenons vraiment en considération le caractère du bénéficiaire, les activités qu’il aime faire…

Pour que les personnalités du bénéficiaire et de l’auxiliaire de vie s’accordent du mieux possible. Comme c’est toujours le même intervenant qui vient au domicile, il est essentiel qu’il y ait une bonne entente ! Si le lien ne se crée pas comme prévu, il est tout à fait possible de changer d’intervenant.

Nous nous assurons également que l’appartement du bénéficiaire ne présente pas de risque pour sa sécurité, et nous faisons des recommandations si besoin. Par la suite, nous faisons des visites régulières afin de vérifier que tout se passe bien, et réadapter l’accompagnement si nécessaire.

Vous souhaitez en savoir plus sur Ouihelp ? Découvrez leur site !

Découvrez l’astuce infaillible pour un aller sans retour en direction de votre enfance avec vos Petits-Enfants. Prenez place à bord du train, le voyage va commencer… Plongez dans les livres audio Liz et Grimm et revisitez les contes qui vous ont vu grandir à travers le quotidien d’une petite fille Liz et son copain le chat, Grimm.

Spécialement conçus pour les Petits-Enfants, ces livres audios revisitent les contes de fées afin d’aider chaque Petit-Enfant à surmonter ses peurs et petits tracas. Ils abordent de façon ludique, drôle et tendre des notions essentielles : l’amour, l’amitié, la patience et des problèmes liés à notre époque !

Un soir, en ouvrant son cahier de maths pour ses devoirs, Lise trouve une lettre d’amour glissée dans son cahier. Elle est de Paul, un petit garçon de sa classe qui a les oreilles décollées : Liz trouve qu’il ressemble à un éléphant ! Grimm va lui expliquer qu’il faut aller au-delà des apparences en lui racontant l’histoire d’amour d’une petite fille modèle, Emma et d’un bad boy, Ricky !

L’avis Grand-Mercredi

Inspiré du conte de Charles Perrault Riquet à la houppe, cette histoire nous rappelle qu’on ne voit bien qu’avec le coeur et qu’il ne faut pas se fier aux apparences qui sont souvent trompeuses, surtout lorsqu’il s’agit d’amour…

Liz vient d’apprendre que sa chanteuse préférée, Josie, a été à l’école dans la même qu’elle ! Un copain lui a même proposé de s’asseoir à la table que Josie occupait. Grimm va lui apprendre à se méfier des beaux parleurs en lui racontant sa rencontre malheureuse avec le chat Bottine.

L’avis Grand-Mercredi

Ce clin d’œil au fameux conte du Chat Botté, aide chaque Petit-Enfant à ne pas croire trop facilement ce que les autres racontent afin de se méfier de l’injustice.

Liz a décidé de bouder car elle veut devenir vétérinaire pour soigner les animaux mais ses parents lui ont dit qu’il fallait d’abord aller à l’école. Son fidèle Grimm va l’aider à faire la part des choses et à prendre son mal en patience en lui racontant l’histoire de Marisa, la belle endormie du bois d’Awa, en plein cœur du Brésil…

L’avis Grand-Mercredi

Inspiré de La Belle au bois dormant de Charles Perrault, cette histoire aide chaque Petit-Enfant à comprendre que tout vient à point à qui sait attendre et que la patience est une qualité à acquérir dans la vie !

Retrouvez Féfé, membre du célèbre collectif Saïan Supa Crew, dans le rôle du chat Grimm, et Mélodie Orru, la voix française de Natalie Portman et Keira Knightley, dans le rôle de Liz ! Ces deux comédiens ont réussi le pari de rendre l’écoute de ces contes agréable et ludique grâce à leur ton malicieux, joyeux et dynamique !

Retrouvez tous les titres de la collection Liz et Grimm, exclusivement en livre audio, chez Lizzie. Découvrez la collection complète juste ici.

Retrouvez tous les titres de la collection Liz et Grimm, exclusivement en livre audio, chez Lizzie. Découvrez la collection complète juste ici.

avec

Comme 8,3 millions de personnes en France, vous aidez un proche dépendant. En plus d’être vous même Grand-Parent, vous avez ce rôle essentiel et magnifique, pour lequel vous vous dévouez jusqu’à plusieurs fois par semaine. Décidément, vous êtes sur tous les fronts ! Alors si vous avez mérité de prendre un peu de temps pour vous, vous ne pourrez en profiter que si vous êtes assuré de laisser votre proche entre de bonnes mains…

Les Grands-Parents sont les piliers de la famille. Ils ne cessent jamais de prendre soin de leurs enfants, ils s’occupent de leurs Petits-Enfants, et pour certains d’entre eux, ils veillent aussi sur un proche dépendant.  Alors s’absenter sur une longue période pour des vacances en laissant ce dernier est au pire exclu, au mieux, source d’appréhension. Il y a en effet cette réticence, parfaitement compréhensible, de bousculer ses repères, de changer ses habitudes… et si on choisit de faire appel à une aide à domicile, on est souvent pas très à l’aise avec le fait de ne pas la connaître. 

Rassurez-vous, nous avons trouvé une solution pour vous permettre de partir en vacances avec vos Petits-Enfants, en comptant sur Ouihelp, qui a choisi de donner une nouvelle vision du métier d’aide à domicile :  personnalisée et humaine. Parce que vous pourrez vous consacrer pleinement à vos plus jeunes et en profiter, seulement si vous savez vos aînés correctement accompagnés durant votre absence !

COMMENT ?

En proposant à chaque famille la même aide à domicile, et ce quelle que soit la durée de vos vacances, afin de pouvoir créer une véritable relation stable. Parce que c’est aussi comme cela que se construit la confiance. 

Les aides à domicile Ouihelp sont formées en fonction du besoin de vos proches. Elles peuvent ainsi aussi bien gérer les courses, aider à la toilette, au ménage et à la préparation des repas, mais aussi accompagner votre proche dans ses sorties et ses activités. Tout cela en étant formées pour s’adapter aux éventuelles pathologies. 

Vous pouvez faire appel à Ouihelp de 2h par semaine à 7 jours sur 7, selon les besoins de votre proche. Que ce soit chaque semaine… Ou juste de manière plus ponctuelle !

CAHIER D’ACTIVITÉS SPÉCIAL ÉTÉ

Et parce que le moment des vacances des Grands-Parents aidants peut aussi être un moment d’isolement pour les proches dépendants, Ouihelp a conçu un cahier d’activités spécial été, comprenant 44 pages d’occupations, à faire seul, ou avec l’auxiliaire de vie. Partez l’esprit tranquille, votre proche est entre les meilleures mains.

Ouihelp  recherche donc une personne adaptée, tant par son profil que ses compétences, aux besoins de votre proche. Une fois la relation créée, un suivi régulier est mis en place afin de veiller au confort de chacun.

CE QU’ON AIME ?

Son côté humain et connecté ! Sans compter sur la volonté de créer un sentiment de vie de famille. Vous comprenez mieux, maintenant, pourquoi ce service nous parle particulièrement chez Grand-Mercredi !

Pour pouvoir répondre du mieux possible à vos attentes et à celles de votre proche, un rendez-vous est programmé avec les équipes Ouihelp, gratuitement. Vous êtes ensuite conseillé et accompagné sur les questions administratives et financières.

Vous pouvez ensuite tout suivre depuis votre espace client : les interventions, les frais ainsi que les contacts avec votre auxiliaire de vie et votre conseiller.

UNE AIDE PERSONNALISÉE

Vous pouvez donc partir en vacances le cœur léger, tout en gardant un lien avec votre parent dépendant. Savourez ce moment, et laissez-le savourer sa nouvelle rencontre, bien plus qu’une simple aide ! Pour prendre contact avec un conseiller Ouihelp et définir une aide personnalisée, c’est juste ici.

Les gommettes Apli, des gommettes qui ont tout bon !

Cet été, réalisez TOUS les rêves de vos Petits-Enfants !

Chers Grands-Parents, les rêves de vos Petits-Enfants sont à portée de main grâce aux gommettes magiques de chez Apli. Eh oui, ces petites gommettes ont un pouvoir incroyable : elles permettent à chaque enfant de s’immerger dans un monde imaginaire tout en développant sa créativité et sa motricité !

Si les activités de gommettes sont aussi populaires c’est parce qu’elles favorisent l’apprentissage de la maîtrise de l’espace, des formes géométriques, des couleurs, des tailles et des dimensions mais également le développement de la créativité.

L’art de la gommette requiert en effet de la concentration et en stimulant la psychomotricité, elle développe la zone de la logique. Les activités avec des gommettes sont également idéales pour améliorer la psychomotricité de vos Petits-Enfants et les faire gagner en dextérité. En effet, les enfants apprennent à se servir de leurs doigts en manipulant la gommette, en la décollant de son support et en la positionnant au bon endroit…

Les gommettes : la clé de la porte vers un monde imaginaire

Les gommettes sont l’activité idéale pour aider votre Petit-Enfant à se créer de façon autonome des aventures dans des mondes imaginaires et ce, dès son plus jeune âge. En effet, étant trop petit pour lire seul, il a besoin de pouvoir laisser libre cours à son imagination et les gommettes sont idéales pour cela ! Le fait de choisir des couleurs et des formes va lui permettre d’exprimer ses idées et ses humeurs pour créer quelque chose de personnel. C’est un exercice idéal pour aider les enfants à s’exprimer autrement qu’avec des mots et prendre confiance en eux !

Les meilleures idées d’activités avec des gommettes

Plan de travail 12@4x-8

Avec

Comme Petit Bateau, nous sommes persuadés de l’importance du rôle des Grands-Parents dans la transmission des valeurs écologiques auprès de leurs Petits-Enfants. C'est pourquoi Grand Mercredi a créé "Les Tricolos", (contraction de “tricot” et “écolo”) pour sensibiliser tous les Grands-Parents au prêt-à-porter éco-responsable et s’engager avec eux pour préparer ensemble le monde futur de nos Petits-Enfants.

S’engager pour la protection de la planète et la préservation de la nature, c’est s’impliquer pour consommer mieux.

 

C’est pour cela que depuis toujours, Petit Bateau pense, crée et commercialise des vêtements qui résistent au temps et aux modes. Petit, on portait l’iconique body ou le fameux maillot de corps alias le tee-shirt côtelé blanc. 50 ans après, la marque n’a toujours pas quitté nos placards et semble bien partie pour nous accompagner durant toute la vie. Comme disait Coco Chanel, la mode passe mais le style, jamais !

Si Petit Bateau suit toutes les familles depuis autant d’années c’est notamment grâce à la résistance de ses vêtements. Les tee-shirts iconiques conservent leurs couleurs et leurs formes même au fur et à mesure des lavages*. Confectionnés en matières naturelles (lin, coton, ou mélange des deux), les iconiques tee-shirts par exemple, sont encore en partie tricotés dans l’usine historique de la marque. En effet, la machine inventée par Petit Bateau dans les années 60 pour festonner le point cocotte en point serré est encore utilisée aujourd’hui !

 

Ainsi, être durable, c’est résister au temps mais aussi aux changements de style et c’est bien pour cela Petit Bateau traverse les saisons et les années avec vos Petits-Enfants.

* 125 lavages à 40° blanc couleurs – 800 tours)

Ainsi aucun détail n’est laissé au hasard, la marque s’assurant à chaque étape de la solidité de ses produits. Les vêtements les plus respectueux de l’environnement sont avant tout des vêtements durables : plus un vêtement est porté, plus l’impact écologique de sa fabrication est diminué. Les vêtements Petit Bateau sont donc pensés pour accompagner votre Petit-Enfant durant toute son enfance et une fois devenus trop petits, leur vie est loin d’être finie ! Au contraire, ils iront vivre de nouvelles aventures auprès d’une petite sœur, un cousin, une amie…

Avec

Petit Bateau l’a compris : les Grands-Parents ont un rôle primordial dans la transmission des valeurs écologiques auprès de leurs Petits-Enfants afin de co-créer ensemble, le monde qu’ils habiteront demain.

Et comme on sait que ce n’est pas toujours évident à transmettre, on vous a déniché tout un tas d’astuces imparables pour prolonger la vie des vêtements de vos Petits-Enfants tout en vous amusant avec eux !
Avec les tutos Petits Bateaux, tout devient rigolo !

Découvrez un tas de tutos astucieux, faciles, ludiques et écolos pour apprendre à fabriquer une veilleuse, un potager, une jolie boîte pour ranger ses culottes, un super bac à rangement pour ses jouets et même… un vase pour les tulipes de Mamie !

Inspirés de l’approche Montessori, ces tutos aident à développer l’autonomie de vos Petits-Enfants et à faire du rangement un vrai moment de jeu ! Plus d’excuses pour ne pas recycler vos sacs et boîtes cadeaux Petit Bateau et devenir un as du bricolage et du recyclage en famille !

Votre Petit-Enfant s’est ENCORE roulé dans l’herbe (SOS, ça s'enlève comment une tâche d’herbe ??!) et le nombre de trous dans ses chaussettes rivalise avec ceux d’une passoire ? Pas de panique. Avec allô vêtement bobo, découvrez un tas d’astuces faciles pour prolonger la vie de vos vêtements et ceux de vos Petits-Enfants.

Que vous souhaitiez faire un ourlet, rallonger des manches de tee-shirt, enlever des tâches d’herbe, de sueur ou de gras, remplacer une fermeture éclair ou réparer un jean usé, on parie sur deux choses. La première c’est que vous y trouverez votre bonheur et la deuxième c’est que vos Petits-Enfants seront ravis d’avoir un jean customisé avec le patch qu’ils auront choisi !

Avec

Vous avez passé de longues heures à dévorer les nombreux succès littéraires de Patricia Cornwell ?

Bonne nouvelle ! Vous n’avez pas fini de vibrer, puisqu’une nouvelle saga de l’auteure fait sa sortie, et promet à son tour son lot de rebondissements, dans un tout autre univers… Courez sans attendre lire Quantum et Orbite.

Une nouvelle héroïne,
pour de nouveaux frissons garantis

Après avoir fait évoluer le personnage culte de Kay Scarpetta, Patricia Cornwell nous présente la capitaine Calli Chase, qui a tout pour devenir incontournable à son tour.

Spécialiste de mécanique quantique et enquêtrice en cybercriminalité, elle détient un rôle primordial dans la protection de la planète.

Quantum, le premier opus de la saga, paru au Livre de Poche, plonge Calli Chase au cœur d’un sabotage d’une mission top secrète, et dans la recherche de sa sœur jumelle disparue… Dans Orbite, nous retrouvons la capitaine au cœur d’une enquête contre la montre due à un programme top secret hors de contrôle, qui cherche dans le même temps à élucider le mystère de sa propre existence, qui semble pré-déterminée depuis sa naissance…

Quantum, le premier opus de la saga, paru au Livre de Poche, plonge Calli Chase au cœur d’un sabotage d’une mission top secrète, et dans la recherche de sa sœur jumelle disparue

Dans Orbite, nous retrouvons la capitaine au cœur d’une enquête contre la montre due à un programme top secret hors de contrôle, qui cherche dans le même temps à élucider le mystère de sa propre existence, qui semble pré-déterminée depuis sa naissance…

Un univers propice au suspense

Cybercriminalité, robotique, conquête spatiale et nouvelles technologies constituent le décor passionnant de cette nouvelle saga.

Très bien documentée, l’intrigue vous plongera dans cet univers si intriguant de la NASA et de ses secrets, comme si vous y étiez !

L’auteure vous immerge, tout en restant très accessible, pour une lecture agréable et haletante, que vous ne pourrez plus stopper. Bienvenue dans un univers qui change de l’ordinaire, pour une intrigue savamment montée.

On doit bien l’avouer, les Petits-Enfants risquent d’attendre le goûter un peu plus longtemps, tant la lecture de cette saga est prenante ! Ouvrir Quantum et Orbite, c’est entrer dans une intrigue qu’on est pas prêt d’oublier, grâce à une héroïne remarquable.

Patricia Cornwell,
une référence du roman thriller à l’international

Patricia Cornwell est considérée comme une auteure incontournable du genre. Ces 25 dernières années, ses romans ont figuré au top 10 des Best sellers en France.

Pour cette nouvelle saga, elle a effectué deux ans de recherches au sein de la NASA, des services secrets américains, de Scotland Yard et d’Interpol.

Quantum, paru au Livre de Poche et Orbite, aux éditions Jean-Claude Lattès,
sont disponibles en librairie

Quantum, paru au Livre de Poche et Orbite, aux éditions Jean-Claude Lattès, sont disponibles en librairie

Crédit photo : ©Patrick Ecclesine

Créée en 1994, la Fondation Ronald McDonald a pour mission
de prendre soin des enfants hospitalisés et de leurs familles qui vivent des moments difficiles.

Créée en 1994,
la Fondation Ronald McDonald a pour mission de prendre soin des enfants hospitalisés et de leurs familles qui vivent des moments difficiles.

Maisons Ronald McDonald, Parenthèse Ronald McDonald : ces mots ne vous disent rien ?
Découvrez comment à travers un dispositif bien pensé, la Fondation améliore chaque jour
le quotidien de milliers de familles et de Petits-Enfants !

Maisons Ronald McDonald, Parenthèse Ronald McDonald : ces mots ne vous disent rien ? Découvrez comment à travers un dispositif bien pensé, la Fondation améliore chaque jour le quotidien de milliers de familles et de Petits-Enfants !

La Fondation Ronald McDonald permet aux enfants hospitalisés de rester entourés de leur famille grâce à la construction et la gestion de logements proches des hôpitaux appelés Maisons Ronald McDonald.

De grandes maisons conçues pour que les familles s’y sentent comme chez elles. Elles permettent ainsi de maintenir l’équilibre affectif de chaque enfant hospitalisé, facteur décisif dans la réussite de son parcours de soins, en évitant qu’il ne soit privé de ses proches (parents, grands-parents, frères, sœurs…).

En aidant les parents à rester à proximité de leurs enfants, les Maisons Ronald McDonald permettent d’éviter de rajouter aux parents et à l’enfant des difficultés organisationnelles liées à la séparation. Elles permettent également de bénéficier d’un hébergement chaleureux et à moindre coût, d’échanger et de se soutenir entre familles accueillies, afin d’apporter tout le réconfort nécessaire à l’enfant hospitalisé.

Pour continuer à accompagner les familles d’enfants hospitalisés, la Fondation Ronald McDonald a également développé la Parenthèse Ronald McDonald, un espace d’accueil joyeux et de décompression qui aide les familles et les jeunes patients à faire face aux longues journées passées à l’hôpital. Et pour aller plus loin, elle soutient également sur l’ensemble du territoire français, des projets d’associations qui œuvrent dans le soutien à l’enfance et à la parentalité.

Conscients de l’importance de créer une prise de conscience collective sur le sujet de la solidarité et du partage vis-à-vis des enfants malades, nous nous sommes associés à la Fondation Ronald McDonald pour créer les Mercredis Solidaires.

Les Mercredis Solidaires c’est un rendez-vous mensuel solidaire qui favorise de beaux moments de partage entre Grands-Parents et Petits-Enfants. Vous retrouverez ainsi chaque mois une activité solidaire à faire avec vos Petits-Enfants, ainsi que des actualités sur l’action de la Fondation.

L’une des missions de chaque Grand-Parent est de transmettre à ses Petits-Enfants la volonté de se tourner vers les autres. Apprenez-leur que chaque action, même les plus petites, a son importance et apportez en famille votre pierre à l’édifice ! Des petits gestes qui sensibilisent à la solidarité et sont d’un grand soutien pour les autres.

L’OBJECTIF DE CETTE ACTIVITÉ ?

Des milliers de jouets s’entassent dans la chambre de vos Petits-Enfants et ils ne s’amusent pas avec la moitié. Montrez à vos Petits-Enfants que, plutôt que de les jeter, on peut les donner à un enfant malade et faire un heureux.

Faites donc un tri avec eux et aller porter ensemble leurs anciens jouets et faires-en don à une association près de chez vous afin que d’autres enfants puissent en bénéficier. On parie que vos Petits-Enfants seront ravis de pouvoir aider d’autres enfants qui n’ont pas la chance d’être en bonne santé ou qui n’ont pas l’argent nécessaire pour s’acheter des jouets.

Crédits photos ©Fondation Ronald McDonald

ARTICLE 1 :
Le “Promoteur” est Grand-Mercredi (81108305400023) dont le siège social est situé à l’adresse suivante : 8 rue de l’Hôtel de Ville, 92200, Neuilly-Sur-Seine.

ARTICLE 2 :
Le concours est ouvert aux résidents de France âgés de 18 ans et plus, excepté les employés de Grand-Mercredi et leurs proches ainsi que toutes personnes en relation avec l’organisation ou le jugement du concours.

ARTICLE 3 :
Ce concours ne demande pas de frais d’entrée ou d’obligation d’achat.

ARTICLE 4 : 
En participant à ce concours, le participant accepte l’ensemble de ces termes et conditions.

ARTICLE 5 :
L’accès au concours ainsi que la participation se font via commentaires sous ce post Facebook. 

ARTICLE 6 :
La date de fin de participation est fixée au 6 juin 2021 à 23H59
Après cette date, les participations au concours ne seront pas comptabilisées.

ARTICLE 7 :
Aucune responsabilité ne sera acceptée en ce qui concerne des participations non-reçues pour quelque raison que ce soit.

ARTICLE 8 :
La règle pour participer au concours est la suivante :
Répondre dans les commentaires à la publication du post jeu concours en indiquant sa réponse au jeu proposé dans le post. 

ARTICLE 9 :
Le promoteur se réserve le droit d’annuler ou modifier le concours ainsi que ses termes et conditions sans préavis en cas de catastrophe naturelle, guerre civile ou militaire, acte de Dieu ou tout non-respect des lois et règles en vigueur. Le promoteur se réserve également le droit d’annuler le concours en cas de circonstances ou problèmes majeurs hors de son contrôle. Les participants seront informés des changements éventuels dans le concours par le promoteur.

ARTICLE 10 :
Le promoteur n’est pas responsable de la qualité et description du lot proposé au gagnant par une tierce partie impliquée dans le concours.

ARTICLE 11 :
Le gain est le suivant :
3 livres audio Lizzie “Célestine du Bac de Tatiana de Rosnay”, chacun ayant une valeur de 20,99 euros. 

ARTICLE 12 :
Les gagnants seront définis comme suit :
Au hasard par un logiciel, à partir de la liste des participants/gagnants et vérifié par le Promoteur.
Les 3 gagnants seront notifiés par email et/ou Facebook et/ou courrier dans un délai de 5 jours après la date de fin du concours. Si les gagnants ne peuvent pas être contactés ou ne réclament pas leur lot dans un délai de 3 jours après l’annonce, le promoteur se réserve le droit de retirer le lot du ou des gagnants pour l’attribuer à un ou des gagnants de substitution.

ARTICLE 13 :
Le promoteur informera les gagnants de la date et du lieu où le lot peut être collecté / livré.

ARTICLE 14 :
La décision du promoteur sur tous les aspects du concours est finale et aucune discussion ne sera entamée.

ARTICLE 15 :
Le concours ainsi que ses termes et conditions sont régis par les lois françaises. Tout litige devra être sujet à une procédure judiciaire auprès des tribunaux établis en France.

ARTICLE 16 :
Les gagnants acceptent que leur participation, leur nom et leur image soient utilisés publiquement sur les supports du promoteur. Toutes les données personnelles des gagnants ainsi que celles des autres participants ne seront utilisées qu’en accord avec la législation de protection des données en vigueur en France et ne seront en aucun cas transmises à une tierce partie sans consentement préalable.

ARTICLE 17 :
Le promoteur s’engage à envoyer les lots dans un délai de 5 jours aux gagnants.

ARTICLE 18 :
Les noms des gagnant seront disponible, dans un délai de 5 jours après la date de fin du concours, par email à l’adresse suivante : courrier@grand-mercredi.com

ARTICLE 19 :
Ce concours n’est pas sponsorisé, soutenu, administré ou associé avec Facebook, Twitter et tous autres réseaux sociaux. Les informations sont uniquement transmises au promoteur et seront utilisées sous la Politique de Confidentialité disponible sur le site internet du Promoteur ou sur demande.

Avec

Vous êtes friands de romans historiques, qui relatent des histoires humaines, avec émotion et finesse ?

Alors Grand-Mercredi a trouvé vos prochaines lectures, celles qui sauront vous embarquer avec ferveur !

Découvrez sans plus attendre la saga familiale Le Bonheur des autres, et le roman Les belles fermières,
qui seront sans conteste vos prochains livres de chevet !

Partez à la découverte de ces personnages attachants dans des histoires où s’entremêlent sensibilité individuelle et courage dans une période historique forte.

Un saga passionnée

qui place la famille au cœur des péripéties de la vie

Avec la saga Le Bonheur des autres, c’est dans un contexte de crise économique que Richard Gougeon vous emmène dans le Canada troublé du XXème siècle, en vous présentant une épopée familiale que vous ne pourrez plus lâcher.

Le premier tome fait voyager son lecteur entre le village rural de Rivière-au-Renard où habite la famille O’Brien, et Montréal, pour suivre avec passion Le destin de Mélina, belle jeune fille battante qui œuvre sans répit à défendre son amour avec Antonin dans des conditions de vie tumultueuses.

Si vous n’avez pas encore succombé à ce premier roman, nous vous offrons un extrait à dévorer

Avec la saga Le Bonheur des autres, c’est dans un contexte de crise économique que Richard Gougeon vous emmène dans le Canada troublé du XXème siècle, en vous présentant une épopée familiale que vous ne pourrez plus lâcher.

Le premier tome fait voyager son lecteur entre le village rural de Rivière-au-Renard où habite la famille O’Brien, et Montréal, pour suivre avec passion Le destin de Mélina, belle jeune fille battante qui œuvre sans répit à défendre son amour avec Antonin dans des conditions de vie tumultueuses.

Si vous n’avez pas encore succombé à ce premier roman, nous vous offrons un extrait à dévorer

Après ce premier succès, la saga se poursuit avec Le revenant. Cette fois, le roman s’ouvre à Montréal, où vous retrouvez l’héroïne, plus déterminée que jamais à se démener pour subvenir aux besoins de ses filles.
Mais le passé de sa propre famille la rattrape, et Mélina doit quitter la ville pour retrouver sa Gaspésie natale afin d’y régler une épineuse question d’héritage…

Ce deuxième volet, loin d’être de tout repos, dépeint des personnages toujours plus puissants, confrontés à leur destin et pris entre leur famille et la guerre.

Avec l’arrivée des beaux jours , les aventures de Mélina tombent à pic
et vous promettent de bons moments de lecture ensoleillée !

Pour plonger pleinement dans cette histoire, retrouvez le deuxième tome Le revenant, chez Les Éditeurs Réunis,

disponible en librairie
dès le 20 mai.

Un roman

débordant de caractère

Les belles fermières met en scène une famille canadienne confrontée à une période incertaine de l’histoire de son pays : son entrée dans la Seconde Guerre mondiale.
Alors que les hommes du clan sont envoyés au front, les femmes restées sur leur terre vont devoir prendre en main la ferme, dans un quotidien laborieux.

La fiction dépeint les portraits de huit sœurs toutes plus passionnées les unes que les autres, au but commun : la survie et la prospérité de leur affaire familiale.
Bien que isolées et laissées à elles-mêmes, les femmes font preuve de solidarité pour maintenir leur vie à flot, jusqu’à ce que les aspirations et les valeurs de chacune ne viennent révéler des conflits…

L’auteure Marjolaine Bouchard nous présente ainsi avec émotion et humanité des héroïnes aux personnalités débordantes de féminité et de courage, auxquelles on s’attache avec tendresse.

Pour commencer à vous imprégner pleinement de l’histoire, nous vous offrons un extrait à lire.

Pour commencer à vous imprégner pleinement de l’histoire, nous vous offrons un extrait à lire.

Un roman plein de charme, paru chez Les Éditeurs Réunis,

à retrouver en librairie
et en ligne dès aujourd’hui.


Rencontre

Interview Dr Marie-Adélaïde Vincent – médecin gériatre à Lyon

Retour progressif à la vie « normale » : les Grands-Parents vont-ils enfin pouvoir embrasser sereinement leurs Petits-Enfants ?


Rencontre

Interview Dr Marie-Adélaïde Vincent – médecin gériatre à Lyon

Retour progressif à la vie « normale » : les Grands-Parents vont-ils enfin pouvoir embrasser sereinement leurs Petits-Enfants ?

Mercredi 19 mai 2021 – ça y est nous y sommes ! A l’heure où le retour à la vie « normale » pointe le bout de son nez et où la vaccination progresse, les Grands-Parents peuvent-ils enfin tomber le masque sereinement avec leurs Petits-Enfants ? Le vaccin permet-il de reléguer les gestes barrières aux oubliettes ? La vaccination des Petits-Enfants est-elle d’actualité ? Pour faire le point sur ces questions, nous avons rencontré le docteur Marie-Adélaïde Vincent, médecin gériatre à Lyon.

Propos recueillis par Ombeline Degermann.

G.M.


En ce jour tant attendu de la réouverture des terrasses de cafés, des musées et cinémas – les Grands-Parents doivent-ils attendre d’être vaccinés pour emmener leurs Petits-Enfants manger une glace en terrasse ou au cinéma ?

MAV : Nous espérons qu’aujourd’hui tous les Grands-Parents soient vaccinés ! Et s’ils n’ont pas pu l’être, ce qui peut arriver, nous ne pouvons quand même pas les priver de voir leurs Petits-Enfants ! Le lien familial est primordial, surtout après ces mois de confinement. Il faut respecter les gestes barrière au maximum et faire preuve de bon sens : on évite les rencontres si les Petits-Enfants ont le nez qui coule ou sont malades !

G.M.


Les Grands-Parents peuvent-ils commencer à oublier les gestes barrières avec leurs Petits-Enfants au quotidien ?

MAV : Je ne crois pas qu’on puisse dès à présent faire complètement fi de ces gestes, même si l’envie est là, il paraît encore bien risqué d’embrasser et de câliner. Il est préférable de trouver d’autres moyens de témoigner son affection, néanmoins chacun prend ses responsabilités et on ne peut pas interdire les gestes d’amour !

G.M.


La vaccination dispense-t-elle du respect des gestes barrières ?

MAV : Non malheureusement je ne pense pas qu’on puisse s’en affranchir à l’heure actuelle malgré la vaccination.

G.M.


La vaccination pour les Petits-Enfants va-t-elle devenir d’actualité ? Quelle est la position du corps médical sur cette question ?

MAV : La société française de pédiatrie estime qu’étant donné le risque faible pour les enfants de développer une forme grave (même chez ceux atteints de pathologies chroniques), leur faible contagiosité et l’absence de données d’efficacité et tolérance du vaccin dans cette tranche d’âge, la vaccination n’apparaît pas nécessaire à ce jour.

G.M.


Après plus d’un an de crise sanitaire, pouvons-nous encore craindre une 4ème vague ?

MAV : Bien sûr, nous la craignons tous. Je ne sais pas s’il y aura une 4ème vague mais il va falloir apprendre à vivre avec la Covid au quotidien encore un moment.

G.M.


Un conseil, une recommandation, un mot à transmettre à tous les Grands-Parents de France ?

MAV : Pour que vous profitiez de vos Petits-Enfants et qu’eux-mêmes profitent de vous : continuez à prendre soin de vous !

Vous aimerez aussi...