Archives des été - Grand-Mercredi

Article

Le casse-tête des menus de l’été, enfin résolu !

Même secondée par une armada d’âmes charitables prêtes à en découdre avec le TurboMix et le liquide vaisselle, la préposée n°1 à l’intendance en été, c’est vous ! En plus du gîte et des câlins, vous offrez souvent le couvert. Mais qui – oui, qui? – vous avait prévenue que, plus la famille s’agrandirait, plus vous alliez devoir composer avec :

  • les intolérances alimentaires des uns (« Le gluten, je peux pas, ça me fait gonfler »),
  • le régime des autres (« Ca vous dérange de mettre le sel à part? »
  • les prérogatives des parents («Protéines + fibres, oui. Protéines + féculents, non »)
  • ou des blocages multiples et variés (volailles innocentes, fruits à noyau, abats…)

Réponse : personne. Profitez donc des grandes vacances pour torpiller le règne des douze menus par jour et partir à la conquête d’appétits nouveaux ! Notre coup de pouce en 5 recettes à piocher dans des livres absolument indispensables (si vous ne voulez pas devenir chèvre) :

Pour convaincre votre nouvelle belle-fille (qu’elle est tombée dans la bonne famille)
Plutôt que d’opter pour la cuisine moléculaire avec votre bâton-mixeur comme seul ustensile, jouez-la efficace, en piochant dans le livre d’une Italienne pur jus, Luana Belmondo. Son poulet du dimanche aux agrumes est celui d’une vraie mamma. Comme vous! Des recettes faciles à faire pour toutes la famille.

Pour surprendre le chef de la tribu (très attaché à son steak au poivre/frites du jeudi soir)
De retour d’une virée en mer ou d’une balade en montagne, votre Grand-Père de mari pourrait dévorer un boeuf! Oui mais ce soir, il se régalera d’un fondant veau jardinière ou d’une poitrine de veau roulée à la tapenade. Le boucher-star Hugo Desnoyer le jure, la main sur le billot, avec son livre réservé aux carnivores !

Pour apprendre un basique à vos petits-enfants (sans repeindre la cuisine)
Les coquillages s’entassent dans le seau de plage ? Opération recyclage ! Du beurre, du sucre, de l’eau et du sirop suffiront à les transformer en roudoudous d’antan. Avantage n°1: séchage express et arc-en-ciel de couleurs ! Avantage n°2: le Petit Nicolas de Sempé aussi adore ça.

Pour un dîner improvisé entre voisins (en évitant la salade de tomate/mozzarella)
Pas le temps de nouer votre tablier : il va falloir faire vite et bien ! Prenez ces poivrons farcis ricotta/olives, par exemple. 5 ingrédients, 10 minutes de préparation. Et même 5 minutes de rab’ pour vous mettre de la crème après-soleil avant de passer à table! La bible culinaire de l’année, première du genre à vous simplifier la vie.

Pour relooker la traditionnelle BBQ party (en défi « zéro chipo »)
En fin de parcours estival, les légumes grillés ne feront de mal à personne ! Promis : vous pouvez même vous attendre à une standing ovation quand la plancha sera vidée de sa polenta grillée au pesto et de ses brochettes de chou fleur sauce ranch !

Tous les grands-parents lisent cette newsletter,
et vous ?

(et c'est gratuit !)



Le grand départ ! Pour la première fois – ou la seconde, ou la dixième…! – vous partez en vacances avec vos petits-enfants.
Quelle que soit la façon dont vous voyagez, il y a 5 incontournables que vos petits-enfants doivent avoir dans leur sac. Suivez le guide!

1. Un petit bloc-notes et un crayon (pas trop pointu) : les plus petits gribouilleront ou colleront des gommettes (élues « meilleur moyen de leur faire passer le temps » en 2016).
Les plus grands s’en serviront pour dessiner le paysage et vos « presque ados » pour le transformer en carnet de bord !
Vous êtes bien placées pour le savoir : vacances = souvenirs ! Ce carnet de notes pourrait bien leur permettre d’immortaliser leurs vacances.

Le petit plus : quand ça chahute trop, tout le monde se met en « mode silence’ et chacun, dans son coin, écrit ou dessine quelque chose dans son carnet. Aux autres cousins de deviner ce qui s’y trouve.

2. Un goûter à déguster à toute heure ! Des petits biscuits secs qui ne font pas de tâches et qui ne donnent pas mal au cœur.

3. Leur livre préféré. Quand on part avec sa Grand-Mère en week-end ou en vacances, on « devient grand ». Dîtes-leur bien de glisser dans leur sac, avant de partir, leur livre préféré.
Les plus petits choisiront, avec l’aide de leurs parents, un livre sonore (restant à espérer que leur choix se porte sur des extraits de Mozart plutôt que sur les cris des animaux de la ferme !)
Les moyens un livre d’images
Et, les plus grands, leur roman préféré.
Ainsi, dans le train ou en voiture, vous pourrez demander à chacun d’entre eux pourquoi ils ont choisi ce livre, et s’ils peuvent le raconter aux autres.
Mieux encore : pendant les vacances, ils en liront un extrait pour tous à la veillée (et les petits appuieront sur les touches de leur livre musical).

4. Un jeu intelligent qui met tout le monde d’accord (il existe et va changer vos vacances).
Le dictionnaire des bonnes manières pour les enfants (…et les autres)
Profitez du trajet pour réviser tous ensemble vos bonnes manières : ce n’est pas un luxe ! Si vous conduisez, relisez-le avant de partir (10 minutes à peine) et interrogez-les comme sur le ton de la maîtresse d’école : hilarant et tout indiqué pour une remise à niveau des notions du Grand-Père (s’il est dans les parages).
Disponible ici

5. De la musique ! Je ne vous apprends rien : quel que soit l’âge, quelle que soit la génération, le chant ne connaît pas de frontières.

– A 2 ans, les comptines (demandez à vos enfants d’enregistrer sur votre téléphone la playlist des comptines spécialement conçue pour vous ici)
– A 4 ans, des chansons
– A 10 ans, des grands classiques
– Au delà… généralement, ça se corse! Laissez-les faire.

Avant chaque grand départ, voiture ou train, munissez-vous :
– D’écouteurs à brancher à votre téléphone
– De titres préalablement chargés sur votre téléphone
Si vous n’êtes pas à l’aise avec ces manipulations techniques, appelez Allô Grand-Mercredi au 01 41 38 92 52 ou demandez à vos enfants de vous donner un coup de pouce.

Notre petit conseil :
– Avoir une playlist de comptines pour les plus petits : ici
– Avoir une liste de chansons françaises pour chanter tous ensemble ici 
– Et pour plaire aux ados, téléchargez la musique que vous voulez leur faire découvrir : The Beattles, David Bowie ou Eagles…
Fermez les yeux et imaginez tout ce petit monde entonner en chœur « Hotel California » !

En voiture Simone !

Tous les grands-parents lisent cette newsletter,
et vous ?

(et c'est gratuit !)



A la rentrée, vos petits-enfants n’ont qu’une envie : jouer à la maitresse ! Janod et Grand-Mercredi vous ont concocté pour tous les âges, les jouets qui font grandir !

1. Table Musicale Confetti (à partir de 1 ans)

2. J’apprends les Formes (à partir de 2 ans

3. Ardoise murale Splash (à partir de 3 ans)

4. Puzzle Géant de sol « ABC » (à partir de 4 ans)

 6. Magnetibook Alphabet (à partir de 5 ans)


7. Puzzle Géant « Carte du Monde » (à partir de 6 ans)

Tous les grands-parents lisent cette newsletter,
et vous ?

(et c'est gratuit !)



  • La Baule. La Fraiseraie (62, avenue du Général de Gaulle). Un artisan, un vrai. Parfums classiques ou carrément originaux.
  • Saint-Jean de Luz. Txomin (54, rue Gambetta). Glacier du cru, aussi réputé pour sa « krakada » (gaufre à la pâte briochée).
  • Cannes. Vilfeu. (18, rue du Bivouac Napoléon). Inratable avec sa devanture bleue et rose ! Un must pour les enfants.
  • Biarritz. Maison Dezamy (11, rue des Halles). Au lait basque, la glace vanille a déjà un autre goût ! Pour les curieux en mal de fraîcheur, tenter le sorbet…tomate-kiwi !
  • Le Crouesty. L’Igloo (13, place des Huniers). Cornets customisés à la nougatine ou au chocolat, glaces italiennes ou classiques, mais toujours artisanales : un passage obligé sur le port !
  • Quiberon. La Cour d’Orgères (Bd Plein ouest – Quai des Saveurs). Il y a 25 ans, ce spécialiste des confitures s’est lancé dans la fabrication de glaces. Le résultat est à l’image du savoir-faire : légendaire !
  • Bonifacio. Rocca Serra (17, quai Companetti). Ses petits pots bleu frappés d’un corail rouge ont fait le tour de la planète. On vient de loin pour son sorbet à la clémentine corse et sa glace à la châtaigne.
  • Saint-Rémy de Provence. La Fabrique givrée (48, rue Carnot). Le pamplemousse rose et le pomme/safran cohabitent joliment dans un décor design, ce qui rend la sortie encore plus « in ».
  • Arcachon- Le Moulleau. O Sorbet d’amour (5, avenue Notre-Dame des Passes). Réputé sur toute la côte Aquitaine, ce glacier propose plus de 120 parfums mais aussi une carte de desserts glacés à partager en famille.
  • Noirmoutier-en-l’Ile. Tutti Frutti (24, Grande-Rue). Il faut parfois s’armer de patience avant de pouvoir goûter aux glaces de Stéphane. Mais quelle récompense après une bonne journée de plage !
  • Ile de Ré. La Martinière (17, quai de la Poithevinière, à Saint-Martin de Ré). Les puristes y vont spécialement pour une glace : celle au caramel à fleur de sel…de l’Ile de Ré !
  • Trouville. Chez Martine Lambert (172, bd Fernand Moureaux). Ni colorant, ni conservateur, ni arômes artificiels…. mais des goûts inoubliables !
  • Carnac. L’Igloo (58, avenue des Druides). En proposant quelque 180 parfums, le glacier L’Igloo a fait le pari qu’aucun membre de la famille ne résiste. Gagné !
  • Saint-Lunaire. Chez Gloubi-Boulga (22, rue de la Grève). Les connaisseurs le jurent : leur cornet en gaufrette est le meilleur de toute la côte !
  • Saint-Malo. Sanchez (9, rue de la Vieille Boucherie). Un vrai poète que ce glacier qui met de la violette, de la framboise de ronce et même du gingembre confit dans ses bacs ! LE rendez-vous malouin par excellence !

Voilà, mesdames ! J’espère que vous aurez une pensée émue pour moi cet été en dévalisant ces adresses, qui n’ont rien de superflu dès lors que l’on s’occupe de ses Petits-Enfants en vacances. A ce sujet, vous arrive-t-il aussi de vous demander si vous avez pensé à TOUT avant leur arrivée chez vous ? Si oui, je serais très curieuse de savoir ce qui vous soucie le plus. Pourquoi ? Parce que si Grand-Mercredi et moi pouvons vous être utiles d’ici 15 jours, de grâce, dîtes-nous de quoi vous avez besoin pour aborder votre été de Grand-Mère. Et ne pas être dépourvue, lorsque le soleil sera venu… ! Mon adresse pour mémoire : courrier@grand-mercredi.com

Vous le savez : c’est mon coup de cœur de l’année si l’on veut se faire plaisir. Avec son mari, Katy – maman et sur le point de devenir Grand-Mère comme vous et moi – a imaginé des lieux parfaits où chacun n’a plus qu’à se laisser porter. Que l’on ait 0 ou 15 ans, 50 ou 70 printemps, il y a dans ces maisons tout ce qu’il faut pour  jouer, faire du sport, profiter de la sieste, déjeuner/dîner tard, faire garder les bébés, soigner les bobos, donner des petits pots, se balader avec un guide, etc… Un peu comme chez vous, sauf que vous n’avez rien à faire sinon PRO-FI-TER. Il y a même des « enchanteurs » pour organiser les activités les plus géniales qui soient avec vos jeunes troupes.

Cette année, pour Paul, mes Petits-Enfants et moi, direction l’une des maisons d’été de Katy et Jacques, mes idoles. Villa romaine incluant les visites guidées pour partir à la découverte de la Ville éternelle et en apprendre un rayon dans les musées ? Mas catalan au pays de Dali avec randos ultra-organisées et tapas à l’arrivée ? Pause bucolique entre golf et piscine au Domaine de Châteauneuf en Provence ? Ou ferme lombarde au bord d’un lac avec coucher de soleil à dos de cheval? Je les adore toutes….Reste à savoir laquelle choisir!

Je ne vous dirai rien pour mieux savourer mes vacances incognito. Mais si vous apercevez des ados épanouis, des Petits-Enfants aussi bronzés que reposés, et que résonnent partout leurs rires enfantins, c’est que je ne suis pas loin ! Pour réserver, contactez directement les maisons de Katy et Jacques juste ICI

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

L’été est tout proche, il fait chaud, on a envie de frais, et vos petits-enfants aussi ! Voici quelques idées givrées et amusantes qui rafraîchiront vos petits chéris les jours de grande chaleur.

1. Organiser une partie de « prison-glaçon »
La compét’, ils adorent ça ! Qu’à cela ne tienne. Corser le jeu en demandant à chacun de congeler son jouet préféré (figurine de super-héros, balle arc-en-ciel, petite voiture…) dans un saladier ou un plat rempli d’eau et placé la veille au congélateur. Démouler les captifs dans le jardin et dégainer les pistolets à eau. Le premier qui réussit à libérer machin-chouette de sa prison de glace en l’aspergeant a gagné.
Pour celles qui n’ont pas eu le temps de s’équiper, arrosoirs et tuyau d’arrosage feront d’excellents jokers. Et si en plus ils peuvent arroser les plants de tomates, c’est Grand-Pa qui aura tout gagné !

2. Les propulser dans l’arc-en-ciel
Les yeux plissés, vous en traquez avec eux après chaque averse. Et, tous, vous voulez croire que ça porte bonheur.
Pour leur en faire voir de toutes les couleurs, inutile d’attendre le prochain grain. Avec un peu d’entraînement, vous parviendrez sans peine à positionner le tuyau d’arrosage (version pluie fine) dos au soleil pour qu’un pont aussi chamarré qu’impalpable apparaisse pile à leurs pieds. A eux de le traverser en formulant un voeu… à garder secret bien sûr !
En revanche, inutile de lutter contre les parents qui tenteront, lors de l’appel du soir, de soutirer quelques infos…

3. Réaliser avec eux des boissons rafraichissantes
– Milkshake aux framboises (1 barquette de framboises fraîches, 4 boules de sorbet à la framboise, 40 cl de lait et 2 cuillères à soupe de sucre).
– Milkshake à la banane (3 bananes mûres, 60 cl de lait, 2 boules de glaces à la vanille, 2 cuillères à soupe de sucre).

4. Faire une bataille d’eau
Si vous avez un jardin c’est l’activité à faire ! Remblissez des ballons d’eau et c’est parti ! Qui sera le plus mouillé ?
N’hésitez pas à instaurer des règles pour éviter des débordements comme : « PAS SUR LES PARENTS ET LES GRANDS-PARENTS » par exemple !!

N’oubliez surtout pas de vous hydrater, c’est important. Assurez-vous que vos petits-enfants boivent au moins 1 verre d’eau toutes les heures.

Tous les grands-parents lisent cette newsletter,
et vous ?

(et c'est gratuit !)



Il fait beau, il fait chaud : Grand-Mercredi déclare la saison des glaces officiellement ouverte !

Question : comment éduquer le palais de vos petit-enfants (mission à plein temps que l’on vous confie) tout en innovant un peu ? Réponse : en leur prouvant qu’il y a une vie après Berthillon et Häagen Dazs. Voici donc notre sélection de 6 très bons glaciers parisiens.

Glace médaillée
C’est LA glace qui fait parler d’elle en ce moment dans le petit milieu de la gastronomie. A l’origine : deux amis, Emmanuel Ryon, artisan glacier sacré « Meilleur Ouvrier de France » et Olivier Ménard, pâtissier haut gradé passé par Pierre Hermé. Boutique avec labo au sous-sol, glaces de compétition. Que du bon.
En plein Marais pour se balader à pied sans les voitures le week-end.

Pour faire simple
15, rue Sainte Croix de la Bretonnerie (IVe)
Plus d’info, cliquez ici
Tél.: 01 49 96 98 33

Glaces très « bio-nnes »
Bio et bons, les frozen yogurts des 2 Vaches – le restaurant de déjeuner façon cafétéria cosy et jolie, de la marque éponyme qui fait des yaourts – sont faciles à manger dans leur petit pot, légers, pas sucrés. Ils se couvrent de toppings sains à base de fruits, de céréales… ou de billes au chocolat Valhrona. Pour leur en mettre plein les mirettes, prévoyez d’y déjeuner à l’étage inférieur autour du très rigolo tapis roulant sur lequel circulent petits burgers, croques, plats du jour et salades fraîches. Cela vous évitera la corvée de McDo et votre éthique alimentaire sera sauve.

Pour faire simple
Restaurant Aux 2 vaches
17 bis, boulevard Haussmann (IXe).
Tél.: 01 44 35 26 42.
Plus d’info, cliquez ici

Glaces historiques
José Martinez, glacier à Montreuil, est une institution locale. On se presse devant ses deux camions de génération en génération. Du coup, la mairie lui a même demandé d’en ouvrir un troisième. On y trouve 25 parfums faits maison avec du bon lait entier et de la purée de fruits ! On peut même, en saison, manger des glaces à la pêche de Montreuil, qui proviennent des magnifiques « mûrs à pêche » locaux. Allez vous y promener, glace au vent, ils font partie d’un site de 30 hectares… au cœur de la ville.

Pour faire simple
Place Jean-Jaurès à Montreuil ou
Plus d’info, cliquez ici

Glaces japonaises
Le délicieux salon de thé Toraya a rouvert ses portes après travaux. On peut y déguster des glaces subtiles et délicieusement « exotiques », typiques de la gastronomie japonaises. Sésame noir, thé vert matcha, haricot rouge… Délicieuse plongée pour éveiller les jeunes palais à d’autres saveurs que fraise-choco, pendant que vous profiterez du raffinement particulier de ce salon de thé.

Pour faire simple
10, rue Saint-Florentin (Ier).
Tél. : 01 42 60 13 00
Plus d’info, cliquez ici

Glaces italiennes
Stratégiquement situé en plein Marais, Pozzetto attire de longues files de gourmands dès les premiers rayons de soleil. Et pour cause, ses 12 parfums artisanaux onctueux généreusement servis à la spatule (la boule est proscrite) font fondre même les plus frileux (gianduja, pistacchio, fiordilatte).

Pour faire simple
39, rue du Roi-de-Sicile (IVe)
Tél. : 01 42 77 08 64

Glaces familiales
Le très recommandable chocolatier « A la Mère de famille » propose aussi… des glaces. Ce qui est tout à fait de saison, convenons-en (bien que le chocolat, d’après nous, se déguste sans modération toute l’année lorsqu’il est de qualité). Classiques et maîtrisées, les glaces de cette illustre maison sont parfaitement délicieuses. Très bon cornet aussi !

Pour faire simple
Neuf boutiques parisiennes. Trouvez la plus proche de chez vous
Plus d’info, cliquez ici

Emmener vos petits-enfants marcher dans la montagne l’été c’est un peu comme les emmener au beau milieu des aventures d’Heidi. Tout y est.

Le grand air, les herbes hautes, les jolies fleurs sauvages qu’ils n’auront jamais vues auparavant, les promenades interminables et toutes les surprises magiques que réserve la montagne !
Les surprises de la montagne chez Grand-Mercredi c’est ce qu’on aime le plus. Un ruisseau, un nid d’oiseau, un troupeau de chèvres ou encore un berger qui rentre ses moutons.

Chez Grand-Mercredi, on dit que les vacances à la montagne l’été, c’est un peu les vacances de l’aventure. On y découvre la vraie vie, celle de la nature.

Alors qui de mieux placés que vous, grands-parents pour les emmener à la montagne l’été ? Pour prendre le temps de découvrir avec eux les petites et grandes choses de la nature.

 

Vous souvenez-vous de votre premier été au bord de la mer ?
Certainement pas, vous étiez trop petit(e).
 
Les Petits-Enfants peuvent aller au bord de la mer dès leur plus jeune âge , et c’est bien là toute la magie de ces vacances.
Des vacances où les plus petits de votre tribu découvrent les joies du sable, où les jeunes bambins courent partout sur la plage, derrière un ballon,  mais aussi derrière le grand-père. Pour les ados, c’est souvent les vacances de l’amour….
 
En réalité, à la plage, c’est un peu les vacances de tout le monde !

Les vacances approchent ? Soit. Je vais vous simplifier la vie. Exactement comme je le fais pour mes meilleures amies…et pour moi. Sans avoir besoin de personne, sans tout booker des mois à l’avance ni compter sur mon gendre.

Voici trois plans parfaits « idylliques » testés et approuvés par une Grand-Mère exigeante (moi) qui pense aux autres (vous), et censés contenter tous les budgets/envies.
Mieux : celles qui ont déjà tout prévu pour cet été pourront utiliser ces adresses à la Toussaint, puisque vous et moi savons pertinemment que nous serons de « garde ».

Prêtes ?

1. Idéal en dernière minute : La Baule
J’ai ratissé toute la côte pour trouver cette perle, simple mais efficace, en toute saison. Plage à portée de sandales (50 mètres entre la terrasse de l’hôtel et la chasse aux crabes), chambres familiales, prix tout inclus, équipement au zénith et situation en plein centre. Pour ne rien vous cacher : depuis que je lui ai parlé de cet hôtel, mon amie Sybille se damnerait pour venir avec moi et mes petits-enfants ! Elle n’a pas tort car y aller à plusieurs est encore plus sympa !
Et pour cause, ils ont pensé à tout : des activités à faire avec nos petits-enfants… et parfois sans, si nous, les grands-parents, voulons souffler un peu. L’hôtel organise même des petites sorties culturelles pour les adultes pendant que les Petits-Enfants s’amusent avec leurs petits copains de plage en toute sécurité. Enfin, tout est compris évidemment. Parce que pendant les vacances, on ne compte pas ! ( sauf les coquillages) A réserver ICI

2. Magique en famille « nombreuse » : Les maisons de Katy et Jacques
Vous le savez : c’est mon coup de cœur de l’année si l’on veut se faire plaisir. Avec son mari, Katy – maman et sur le point de devenir Grand-Mère comme vous et moi – a imaginé des lieux parfaits où chacun n’a plus qu’à se laisser porter. Que l’on ait 0 ou 15 ans, 50 ou 70 printemps, il y a dans ces maisons tout ce qu’il faut pour        jouer, faire du sport, profiter de la sieste, déjeuner/dîner tard, faire garder les bébés, soigner les bobos, donner des petits pots, se balader avec un guide, etc… Un peu comme chez vous, sauf que vous n’avez rien à faire sinon PRO-FI-TER. Il y a même des « enchanteurs » pour organiser les activités les plus géniales qui soient avec vos jeunes troupes.

Cette année, pour Paul, mes Petits-Enfants et moi, direction l’une des maisons d’été de Katy et Jacques, mes idoles. Villa romaine incluant les visites guidées pour partir à la découverte de la Ville éternelle et en apprendre un rayon dans les musées ? Mas catalan au pays de Dali avec randos ultra-organisées et tapas à l’arrivée ? Pause bucolique entre golf et piscine au Domaine de Châteauneuf en Provence? Ou ferme lombarde au bord d’un lac avec coucher de soleil à dos de cheval? Je les adore toutes….Reste à savoir laquelle choisir!
Je ne vous dirai rien pour mieux savourer mes vacances incognito. Mais si vous apercevez des ados épanouis, des Petits-Enfants aussi bronzés que reposés, et que résonnent partout leurs rires enfantins, c’est que je ne suis pas loin ! Pour réserver, contactez directement les maisons de Katy et Jacques juste ICI

3. Vacances sportives à Biarritz
Là, c’est une habituée qui vous parle. Au début, je me contentais d’y réserver des chambres, parfois même pour mes week-ends entre amies. Depuis que je suis Grand-Mère, c’est la version appartement qui l’emporte (avec pension complète, je précise).
Dans les deux cas, il faut imaginer une belle bâtisse de style anglo-normand posée au milieu d’un immense parc. Et, tout près, la plage pour mes petits-enfants et des golfs pour Paul (qui les a tous essayés !), des balades haut perchées, une vraie douceur de vivre, zéro stress et le calme.
Le lieu le plus indiqué pour se fabriquer sans chichis de vrais beaux souvenirs et, à l’image de mes Petits-Enfants, nouer des amitiés autour des châteaux de sable ou d’une course d’escargots. Et si vous indiquez le nom de code MERCREDI lors de votre réservation, l’équipe vous réserve des surprises ainsi qu’à vos petits-enfants… A réserver ICI.

 

 

PS/ Promis, je vais m’atteler illico à la récolte de bonnes adresses « zéro stress ». Mais le mieux reste encore de vous demander les vôtres, non ? Et vous, vous les emmenez où vos Petits-Enfants ? Envoyez-moi vos adresses à courrier@grand-mercredi.com et je me chargerai de vous les partager !

Ce qui se passe entre les Grand-Mères reste entre les Grand-Mères…

L’équipe de Grand-Mercredi livrera gratuitement à toutes celles qui auraient la bonne idée de réserver dans l’un de ces établissements un petit kit de vacances comprenant deux badges adorables à accrocher aux bagages de vos Petits-Enfants + un mini-guide de 10 Petits extras (idées malines et décalées pour s’occuper en famille ou entre cousins), pour affronter l’été dans les meilleures conditions. Ils sont sympas, ces jeunes !
Inscription à la lettre de Granny

D’autres lieux comme celui-ci, ça n’existe pas. C’est bien simple : à chaque fois que mes enfants y déposent les leurs, je me dis qu’ils ne vont plus vouloir en partir. A ceci près qu’ils n’ont pas, en tant qu’adultes, le droit de rester !

Ce lieu magique s’appelle la Ferme Européenne des Enfants : elle existe depuis 1990 et vos petits-enfants vont adorer.

Où ? En Haute-Normandie , 30 hectares autour d’un manoir du XVIIIe siècle.

Âge? : Entre 5 et 12 ans.

Qu’est ce qu’il y a à faire ? On y découvre les petites et grandes choses de la vie : la vie de la nature, la musique, le potager (bio, cela va de soi !), un poulailler dans lequel aller chercher les œufs, le dessin . .. Mais aussi le théâtre, sur la scène duquel ils apprennent à monter … Il y a même un cours d’initiation à l’architecture du patrimoine local (les fameux colombages) et aux énergiee renouvelables !
L’école de la vie, quoi !

A qui cette ferme est ouverte ?  Habituellement, vos petits-enfants y vont seuls, l’été le plus souvent et pour 6 ou 12 jours. Mais si vraiment vous y tenez, figurez-vous que vous pourrez vous aussi y faire un tour : la Ferme acceuille des familles entières.

Pour plus de renseignements, cliquez ici ou appelez Allô Grand-Mercredi au 01 41 38 92 52.

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Ma fille Alice l’appelle « Minou » ; mais pour moi, c’est Bruno. J’aime bien, Bruno. C’est joli.

La vie est pleine de surprises, quand même : moi qui imaginais pour elle, comédienne en herbe et (jeune) mère célibataire, un amoureux preneur de son ou caméraman, voici qu’elle me présente « officiellement » un vaillant menuisier. Vive l’artisanat !

N’importe quelle belle-mère aurait aussitôt pensé à son dressing bancal et aux volets usagés de sa maison. Bon…je ne dis pas que cela ne m’a pas traversé l’esprit, MAIS…Bruno est encore mieux que ça.

Bien plus que la perspective de travaux d’embellissement, il incarne à mes yeux la quasi-perfection : à peine arrivé dans notre maison de bord de mer, il a pris le pli.
Retenant que je prenais mon café matinal sans sucre, ne rechignant pas à prendre un digestif à la belle étoile avec ma grande amie Sybille (une bavarde qui a la main sur le coeur), riant aux spectacles de mes petits-enfants, allumant le barbecue tel un Rahan des temps modernes, se resservant de tian de légumes à grands renforts de compliments (ça aussi, j’aime bien !). Des choses toutes bêtes mais qui font tout.

Et quand bien même je ne lui trouverais que des défauts, aurais-je vraiment mon mot à dire ? Hein ?

Et voilà ! Mon été de Grand-Mère touche à sa fin et les derniers pensionnaires de la saison regagneront bientôt leurs pénates.
J’espère que vous aurez apprécié ce défilé estival et vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour une rentrée haute en couleurs !

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Quand mes enfants étaient petits, personne ne savait vraiment qui était ce jeune homme au béret noir qui passait invariablement à mobylette sur le petit chemin devant chez nous, chaque matin à 11h et chaque soir à 20h.

Trente ans plus tard, on n’en sait pas beaucoup plus. On connaît juste son prénom – Hippolyte, parce qu’on a enfin osé poser la question à la crémière – mais, encore et toujours, les spéculations vont bon train lors de chaque dîner en famille lorsqu’il s’agit d’évoquer sa profession de ce « local » désormais âgé de 43 ans.

« Je l’ai vu l’autre jour biner les plates-bandes du rond-point, soutient mon fils Bertrand. J’vous dis qu’il est cantonnier ! ». Oui, mais il passe sa vie à la boulangerie. « Peut-être en apprentissage ? », soulève Capucine, toujours la première pour aller chercher les croissants. La grande question étant : « Hippolyte est-il marié ? ». On dit que « oui », on soutient que « non », tout ça parce qu’au feu d’artifices du 14 juillet il était « tout seul ».

Toujours blagueur, le marchand de journaux du village veut nous faire croire qu’Hippolyte aurait tenté sa chance à l’émission « L’Amour est dans le pré »…avant de se faire retoquer au casting. Et puisqu’il passe sa vie chez les voisins depuis que ceux-ci ont inauguré leur piscine, on lui prédit une carrière de maître-nageur.

C’est terrible à dire mais, à la fin août, plus personne dans la famille ne parlera d’Hippolyte. Jusqu’à l’été prochain…

Pour finir l’été en beauté, place à l’Amour avec un grand « A » : je vous présenterai mon futur gendre ! Mais pour cela, il va falloir patienter jusqu’au 23 août…

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Olivier a toujours été d’une fidélité sans borne avec sa marraine adorée, j’ai nommé: moi.
Un SMS pour mon anniversaire, une carte de voeux à Noël, quelques dépannages informatiques et une navette maison/aéroport deux ou trois fois l’an: y’a pas à dire, ça crée des liens. Cet été, mon filleul n’est pas venu seul. Il a « un truc à {me} demander ».
A défaut de conquête, donc, une requête: ses 40 ans approchant, Olivier aimerait savoir si mon humble demeure pourrait éventuellement servir de décor à « une petite fête entre amis ». Comprendre : bamboula d’anthologie entre quadras désinhibés. Le tout « si ça ne {me} dérange pas, bien sûr ».
En échange, il promet de tailler mes lauriers, de tondre le carré de pelouse qui me sert de jardin, de me faire faire le tour des brocantes avec kilométrage illimité et de raccompagner ma mère à la gare. Un marché plutôt honnête, à mon sens. Reste à savoir si je suis fin prête à faire mes adieux à mon canapé en lin immaculé et à mes photophores géants…
C’est bien là tout le problème quand, depuis des années et par  crainte de s’y sentir trop seule, vous répétez à tout le monde que « la maison est grande ouverte »…!
On a beau parler de lui chaque été depuis trente ans, personne ne sait vraiment qui est Hippolyte. Je tenterai, dans ma prochaine lettre, d’élucider une partie du mystère…! 

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

« Chuis crevée ! C’est trop long, le train, pour venir chez toi ! ». Bienvenue, Adèle !
Son père m’avait prévenue: à 12 ans, mon ado de petite-fille a très vite des états d’âme. Du choix du maillot de bain à l’inscription au club de voile, tout s’apparente à l’ascension de l’Everest.
L’autre soir, au restaurant, j’ai rongé mon frein en la voyant hésiter longuement entre salade niçoise et salade grecque. Ça s’est soldé par une formule moules-frites, Adèle regrettant haut et fort qu’il n’y ait pas de pizza à la carte…Pour lui faire lever le nez et ses tâches de rousseur de son téléphone portable, j’ai mentalement fait la liste des activités salvatrices.
Les plantations, ça marche pas mal (mais pas longtemps); la cuisine fait un carton (si elle en a le courage…); la couture aussi… à condition qu’elle puisse choisir le tissu elle-même sur le marché (temps d’attente estimé: 18 minutes).
Inutile de préciser que j’ai renoncé aux seaux et aux pelles, aux puzzles et à la chasse aux vers luisants après dîner; par contre, si mes notions en mode, rock et maquillage sont à jour, alors là c’est le carton assuré. Avec elle, j’ai appris à emprunter d’autres chemins. J’espère juste que ce sont les bons…!

Ne passez pas à côté du portrait de la prochaine newsletter, qui vous racontera comment mon filleul tente de se transformer en bernard-l’hermite…

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Ô joie ! Ô bonheur infini ! La deuxième quinzaine d’août, toute la smala rempile pour quelques jours supplémentaires chez moi. Une nouvelle couche de félicité absolue, là où – me dis-je, presque coupable – « l’autre » grand-mère, Monique n’aura pas vu l’ombre d’une paire de brassards de tout l’été.

En préparant mon mini-tournoi olympique, mon pique-nique flottant au clair de lune et mon critérium à vélo avec cérémonie de clôture dans la meilleure crêperie du coin, je m’en voudrais presque de la savoir privée de tant de joies estivales. Certes, Monique et moi ne sommes pas copines comme cochons ; certes, elle affectionne le point de croix et moi le poker, se pique de vouloir organiser un goûter géant quand tout le monde est déjà casé. Pour autant, nous n’en sommes pas moins grand-mère elle et moi !

Et, si je devais un jour décrocher le gros lot, c’est bien volontiers que je luis offrirais la petite bicoque avec pergola et volets vert d’eau dont elle rêve pour accueillir sa jeune tribu. Peut-être même serions-nous voisines, tiens… ! Lors de la tombola, je n’ai malheureusement remporté qu’un ballon gonflable, ce qui fait bien peu pour des vacances en famille et les souvenirs qui vont avec.

Je me console donc – et je le lui concède même au téléphone quand elle m’appelle ! – en me disant que l’essentiel est que nous puissions, elle comme moi, connaître cette chance inouïe qu’est celle, avant tout, d’être grand-mère.

Ici ou ailleurs. Avec ou sans parasol pour abriter tout l’amour qu’on porte à nos petits-enfants.

Signature Granny

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Les dates des grandes vacances ? A peu près le seul point commun entre mes petits-enfants et ceux des voisins. Pour le reste (dress code, look capillaire et langage), disons que nos habitudes…diffèrent.

Cela étant, je m’applique généralement à disperser la gêne des retrouvailles annuelles autour d’un petit goûter informel spécialement pour eux. Puis, très vite, les uns s’échappent tels des étourneaux, les autres font la navette entre nos deux maisons, viennent se chercher mutuellement pour aller sur la plage ou disputer un match de foot.

Ne me demandez pas leurs prénoms : je les oublie systématiquement ! Ce que je sais, c’est que les « bonnes » vieilles habitudes ne tardent pas à refaire surface.

Ce matin, à 8h pétantes, le trio d’enfer sonnait ainsi le clairon sous mes fenêtres pour proposer une sortie pêche aux crabes à mes jeunes protégés… Mon goût pour le relationnel ayant ses limites (horaires), j’ai précisé au gang des survêts qu’il était un poil tôt pour s’armer d’un seau et d’une épuisette.

Encore quelques jours sur ce mode-là et je sais, au fond de moi, que je finirai par éteindre toutes les lumières le soir sur la terrasse, rien que pour faire croire qu’on n’est pas là. Un truc de grand-mère..!

On ne le comprend pas toujours mais l’avant-dernier de la tribu a aussi des choses à raconter. Je vous en dis plus dans trois jours… 

COQUE-TELEPHONE

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Vous aimerez aussi...