Archives des film - Grand-Mercredi

Article

COCO, une histoire de famille incroyable

L’histoire que vos Petits-Enfants et vous allez adorer.

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.

Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le monde des ancêtres, où il se lie d’amitié avec le sympathique arnaqueur Hector. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révélera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…
COCO est réalisé par Lee Unkrich (Toy Story 3), coréalisé par Adrian Molina (Monstres Academy) et produit par Darla K. Anderson (Toy Story 3).

 

Les Informations pratiques dont vous pourriez avoir besoin :
– Le film est conseillé à partir de 6 ans, mais il peut convenir pour des Enfants un peu plus jeunes aussi (à partir de 5 ans).
– Il dure 1H40 pile poil.
– La musique est joyeuse et entraînante, retenez les paroles pour les chanter avec vos Petits-Enfants dès la sortie !
– Vous pouvez emmener le Grand-Père, les Parents et les Petits-Enfants car toute la famille va adorer.

L’astuce de Grand-Mercredi :
Attendez vous à avoir un tas de questions de la part de vos Petits-Enfants sur l’histoire de votre famille !
Et prévenez le père Noël, vous risquez d’avoir des Petits-Enfants qui demandent une guitare pour Noel.

L’avis de Grand-Mercredi :
Ce film est plus qu’une histoire, c’est un devoir de Grands-Parents que de le montrer à ses Petits-Enfants.
Réservez votre place de cinéma avec nos équipes d’Allo Grand-Mercredi, choisissez votre date et nous nous occupons du reste !

Certaines Grand-Mères ont eu la gentillesse de donner leur avis sur le film, un grand merci à elles !

Longtemps, je me suis demandée si les dessins-animés de Walt Disney étaient vraiment faits pour toutes les générations.
Et puis, il y a quelques jours, j’ai comme certaines d’entre vous, eu la chance inespérée d’assister avec deux de mes Petits-Enfants à l’avant-première de « Coco ». Quel grand moment ! Se décarcasser pour Grand-Mercredi a aussi ses avantages, mine de rien !
Une histoire de famille avec un grand « F », où même les Arrière-Grands-Parents font partie du casting. Une perle, vous dis-je !

 

« Coco » est un must pour les jolies tribus qui sont les nôtres. Car derrière l’histoire du petit Miguel se rêvant musicien, se cache une vraie leçon de vie sur l’importance de l’héritage familial, les valeurs chères aux membres d’une même lignée et le rôle déterminant qu’ont pu jouer nos ancêtres.

 

Pour être tout à fait honnête, je n’avais pas encore fini le paquet de pop-corn de mes Petits-Enfants que, déjà, je m’interrogeais :  « Suis-je vraiment à la hauteur dans mon rôle de Grand-Mère ? » ; « Mes Petits-Enfants en savent-ils suffisamment sur mes propres parents ? » ; « Ai-je su leur transmettre l’essentiel ? ».
« Coco » a ce mérite : remettre les pendules à l’heure de toutes les générations.

Celles des Grands-Parents, qui tiennent le rôle principal en matière de transmission.
Celles des Parents, dont les passions peuvent aussi inspirer leurs enfants.
Celles des Petits-Enfants, qui ont tout à gagner en s’accrochant à leurs rêves, sans jamais oublier de suivre les conseils avisés de leurs aînés.
Un film à aller voir d’URGENCE, avant de partager en famille une séance de rattrapage spéciale « transmission ».

Je file : j’ai le Goncourt qui m’attend grâce au livre de famille que j’ai commencé à écrire !

Ps : Certaines d’entre vous ont eu la gentillesse de donner leur avis sur le film. Je profite de cette lettre pour les en remercier.
A regarder ici :

Informations pratiques : Coco, film d’animation Disney/Pixar de Lee Unkrich et Adrian Molina (1 h 40). Le 29 novembre au cinéma.

En voilà une bonne idée car il n’est pas toujours évident de trouver un bon dessin-animé pour vos petits-enfants ! Ce site vous propose 150 courts métrages à voir dès l’âge de 3 ans, gratuitement et en toute légalité. « Les courts-métrages permettent de maintenir l’attention des enfants et ils sont particulièrement appropriés à l’éducation des plus petits car leurs messages sont variés et leurs univers visuels sont originaux.  »

Créé par des enseignants de l’école primaire et des producteurs de films d’animation, le site a deux buts principaux : « l’éveil artistique et l’accompagnement pédagogique ».

Cette véritable mine d’or propose de sélectionner les films soit par âges, soit par thèmes (écologie, instruction morale et civique, amitié, danse et chorégraphie…).

N’attendez plus pour découvrir cette filmothèque formidable des grands-parents, pour proposer des œuvres créatives et intelligentes et surtout choisies pour vos petits-enfants ! Rendez-vous sur Films-pour-enfants.com

 

Inscription à la lettre de Granny

4 schtroumpfs décident de partir suivre une carte vers un village mystérieux. Mais le chemin étant semé d’embuches, comment vont-ils y arriver ? Vont-ils réussir à échapper à Gargamel qui va tout faire pour les arrêter ?

Durée : 1h30. Dès 6 ans.

Un ouragan de joie de vivre et de sensibilité, ça vous dit ? Alors rendez-vous mercredi dans le cinéma le plus proche de chez vous pour voir « Et les mistral gagnants », un film dans lequel se dessinent – entre éclats de rire et émotions – le portrait de 5 jeunes enfants malades mais à l’optimisme désarmant. A travers leur histoire, c’est à la fois l’insouciance et la lucidité qui viennent se mêler à la candeur.

Préparez vos zygomatiques…et aussi un peu vos mouchoirs, pour cette très belle leçon de vie qui remet les idées en place à chacun…même celles de vos petits-enfants (dès 8 ans).

Je sais : rien ne dit qu’il pleuvra. Rien ne dit, non plus, que vous aurez éclusé toutes vos bonnes idées de visites, balades et ateliers trois jours après l’arrivée de vos petits-enfants. Il n’empêche ! Moi, j’aime bien sortir de mon chapeau LE film qui décoiffe au moment où ils s’y attendent le moins. Certes, Monsieur Cinéma n’est plus (R.I.P. Pierre Tchernia), mais moi je suis là.

Cigognes & compagnie. Dès 3 ans. Une fausse manip’ de la part d’un petit garçon sur la Machine à fabriquer des bébés et c’est toute la routine des cigognes qui s’en trouve perturbée… !
Une belle approche des travers du monde moderne et du sens de la famille.

Ma vie de Courgette. Dès 5 ans. Courgette n’a plus ni maman, ni papa, mais des amis, une amoureuse et même des rêves. Primé dans moult festivals, ce film d’animation met en scène des marionnettes en résine et tissu aux émotions plus vraies que nature.

Les Trolls. Dès 4 ans. Les gentils ont les cheveux hirsutes et nagent dans le bonheur ; les méchants sont laids comme des poux et ont le cœur aussi sec qu’une biscotte. Pourtant, les  Burgen finiront par apprendre beaucoup de ces Trolls à l’optimisme contagieux.

Miss Peregrine et les enfants particuliers. Dès 5 ans. Une plongée dans l’univers fantastique et mystérieux de Tim Burton, qui suit ici les aventures de Jacob, dont le grand-père avait pour habitude de raconter de folles histoires…finalement bien réelles.

Promis : avec ces quatre bonnes pioches, vos petits-enfants seront conquis !

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Steven Spielberg s’est inspiré du célèbre roman de Roald Dahl pour mettre en images le pouvoir magique de cet immense personnage qui, une nuit, embarque avec lui la petite Sophie. Leur mission : transformer les nuits des enfants endormis en voyages idylliques dans l’imaginaire.

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Dans « Nemo », Dory le poisson bleu avait plus d’un trou de mémoire dans ses branchies. Bien décidée à en finir avec son amnésie, elle part accompagnée de son ami le poisson clown à la recherche de ses parents. Et de l’histoire de sa famille.
Durée : 1h43. Dès 5 ans.

 

En compétition lors du dernier festival Les Toiles Filantes, cette série de six courts-métrages venue de Slovaquie évoque avec autant de poésie que d’enthousiasme les pérégrinations de deux petites voisines. L’une voit, l’autre non. Mais toutes les deux ressentent, éprouvent, entendent. Une jolie fable colorée sur la différence.

Sortie en salle le 6 avril. Durée : 45 min. Dès 5 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sacré meilleur film d’animation aux Oscars, « Vice-Versa » fait parler les émotions d’une petite fille de 10 ans, obligée de quitter la campagne pour la ville avec ses parents. Drôle et sensible, ce dessin-animé n’a pas fini d’émouvoir toute la famille.

C’est un si grand classique que ce n’est pas à vous que l’on va faire le « pitch » des aventures d’Heidi. Qui plus est, l’orpheline effrontée la plus célèbre de la littérature jeunesse est, depuis cette semaine, à l’affiche de tous les cinémas de France.
Alors si vraiment vos petits-enfants insistent pour en savoir plus sur la vie dans les alpages, le meilleur ami Peter, le grand-père bourru comme un ours mais aimant comme un chevreau et le courage de la jeune Klara, alors réservez vos places sans tarder.

En guise d’avant-goût pour ce film vecteur de valeurs authentiques telles que le respect, la transmission, l’amitié et la générosité, Grand-Mercredi vous offre la bande-annonce. Bonne toile en famille !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Décidément, 2015 a passé trop vite ! Vous leur aviez promis une toile au printemps et finalement manqué les séances d’automne. Puis, quand l’hiver est arrivé, il était déjà trop tard. Petite séance de rattrapage en cinq dessins animés à stocker chez soi : les meilleurs de l’année, à voir dès 3 ans.

Vice-versa
Les enfants n’imaginent pas tout ce qui se passe dans leur tête! Celle de la petite Riley, 11 ans, fille unique et fan de hockey sur glace, « héberge » Peur, Colère, Tristesse, Joie et Dégoût, qui tous veillent à stocker scrupuleusement ses souvenirs. Jusqu’au jour où les parents de la petite fille déménagent… Aussi sensible qu’hilarant, un must des studios Disney-Pixar.

 

 

 

Gus, petit oiseau, grand voyage
Pas téméraire pour deux plumes, Gus a tout sauf l’âme d’un meneur. Pourtant, c’est bien lui qui va devoir aider les siens à migrer jusqu’en Afrique, bravant l’hostilité de contrées inconnues et une météo parfois redoutable. L’occasion parfaite pour révéler ses talents cachés et faire ses preuves…à lui-même. Une épopée sur la confiance en soi, tendance « sauvons la planète ».

 

 

 

Shaun le Mouton, le film
Nommée dans la catégorie « Films d’animation » lors de la dernière cérémonie des Golden Globes, la version longue des aventures du mouton le plus dingue du petit écran n’est pas réservée aux enfants. Un poil d’humour british, quelques brins de burlesque et une volée de gags en pâture : il n’en faut pas plus pour une après-midi de fous rires en famille. Le tout sans aucun dialogue.

 

 

 

Le Petit Prince
« L’essentiel est invisible pour les yeux » n’est pas la phrase la plus simple à leur expliquer, on vous l’accorde. Ce film d’animation y répond avec humour et poésie, s’inspirant fidèlement du chef-d’oeuvre de Saint-Exupéry. On y fait la connaissance de la Petite Fille, de la Rose, du Renard, de l’Aviateur et bien sûr du Petit Prince.

 

 

 

Gros pois petit point
Tout droits tirés des aventures éponymes nées chez un éditeur suédois, ces quelques épisodes de la vie de deux lapins que tout oppose sont à picorer les jours de mauvais temps. On y dort à la belle étoile comme on s’improvise tatoueur, on se lance dans de grands travaux, on abuse des bonbons et puis, un jour, on finit chez le dentiste. Il était temps de sortir un double DVD pour compiler les facéties de ces drôles de bestioles.

 

 

 

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Faire son contrôle de dictée sous les platanes, en apprendre une peu plus sur les fleurs sauvages en marchant sur les sentiers plutôt qu’à travers une leçon connue par coeur, découvrir que le soleil est une étoile en glissant un mot dans la « boîte à questions » : vos petits-enfants l’ont sans doute perdu de vue, mais c’est aussi ça l’école. Celle dans laquelle officie Jean-Michel Burel depuis 40 ans se trouve sur la place de la mairie d’un minuscule village du Gard. La boulangère y passe en camionnette pour vendre son pain et le maître y tient une classe unique mêlant CP et CE1, filles et garçons. Ils sont « ses petits »; il est leur guide, après avoir été celui – jadis – de leurs parents. Durant sa dernière année d’exercice avant la retraite, l’instituteur s’est laissé filmer par une ancienne élève devenue grande.
Il en ressort un film où la tolérance, le respect, la patience et l’apprentissage de la confiance en soi se mêlent habilement à celui de la conjugaison et des additions. Une leçon, oui, mais de vie. A voir d’urgence avec « vos petits » à vous.

« Mon maître d’école », d’Emilie Thérond. Sortie le 13 janvier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...