Covid-19 : quand la culpabilité s’invite au menu des fêtes

Article

COVID-19 : quand la culpabilité s’invite au menu des fêtes

Cette année, pour Noël, les familles semblent partagées entre le risque de contaminer leurs proches, la culpabilité et le besoin viscéral de les retrouver, pour terminer 2020 en beauté.

Le lourd dilemme de Noël

Laisser une partie de la famille réveillonner sans nous, ou se réunir coûte que coûte, car l’année à déjà été bien difficile et lourde de solitude et de sacrifice. Voilà le lourd dilemme de cette fin d’année. Et vous, qu’avez-vous décidé ?

La famille envers et contre tout

Il y a ceux, comme Nicole, pour qui il est impossible d’imaginer les fêtes de fin d’année à six, sans les Parents et les Grands-Parents à leurs côtés. Que serait Noël sans eux d’ailleurs ? Ce rituel magique devenu essentiel à l’équilibre familial, sera cette année un peu différent, mais il sera bien là, gestes barrières en plus.

Noël en plusieurs fois

D’autres, comme la grande famille de Catherine, ont trouvé LA solution pour diminuer le nombre de convives, réduire les risques de contamination et faire durer le plaisir ! Plutôt que de se réunir le 24 et/ou le 25 décembre, c’est en réalité sur plusieurs dates, jusqu’à janvier, qu’ils ont choisi de fêter Noël, par petits groupes, test Covid avec.

La stratégie du risque zéro

Et puis, il y a ceux, comme Juliette, son mari et ses 2 enfants, pour qui le risque zéro est une priorité absolue et la culpabilité trop forte. Cette année, fêter Noël sans leurs aînés et sans leurs proches sera de mise, pour ne faire courir aucun risque. Heureusement, le rendez-vous en visio-conférence a déjà été booké par l’ensemble de la famille, pour leur plus grand bonheur.