Interview : “Si on s’y met tous ensemble, nous pouvons changer le monde !” - Grand-Mercredi

Article

Interview : “Si on s’y met tous ensemble, nous pouvons changer le monde !”

Agnès Dutour est Directrice de la communication et de la générosité du Secours Catholique.

Pouvez-vous nous présenter le Secours Catholique ?

L’association a été créée en 1946 par Jean Rodhain pour lutter contre la pauvreté.

La singularité de l’association réside dans l’accompagnement sur le long terme des personnes en difficultés pour qu’elles puissent reprendre leur vie en main. Nous leur apportons de l’écoute, une aide financière et des moyens d’action pour qu’ils aient accès à leurs droits. La fraternité est au cœur de notre dispositif.

Depuis 5 ans Le Secours Catholique, en plus d’agir sur les conséquences de la précarité, agit aussi sur ses causes. Nous apportons aux pouvoirs publics notre connaissance du terrain, de ce que vivent concrètement les personnes en situation de précarité et nous agissons ensemble pour faire évoluer les lois, la réglementation qui y sont liées.

Quelles sont les actions du Secours Catholique au quotidien ?

Parmi nos actions d’accompagnement il y a notamment l’aide alimentaire, le soutien scolaire, les cours de français, l’aide au départ en vacances, l’écoute et le partage en groupes conviviaux. Tout ce qui permet de maintenir le lien social est très demandé par les gens en situation de grande précarité.

La crise sanitaire et le confinement ont-ils impacté vos moyens d’action ?

Nous avons tout de suite créé une cellule de crise nationale pour répondre aux besoins identifiés auxquels nous pouvions répondre immédiatement comme la distribution de chèques services qui permettent aux personnes d’aller dans les magasins ouverts pour s’habiller et se nourrir. Cette cellule était aussi en lien avec l’Etat pour lui remonter les réalités du terrain et les actions à mettre en place. L’Etat a coordonné toutes les actions des associations pour répondre aux besoins spécifiques des personnes en situation de précarité.

Peu à peu nous avons organisé la réouverture des maraudes et des centres d’accueil de jour avec un protocole sanitaire strict. Cela a été possible dans les délégations qui le pouvaient et où des bénévoles non vulnérables pouvaient se rendre disponibles. Beaucoup de jeunes nous ont apporté leur aide !

La mise en sécurité de nos bénévoles était notre priorité. Mais nombre de nos bénévoles fragiles, vulnérables voulaient vraiment continuer à agir donc nous avons créé des chaines d’appels solidaires et fraternelles. Depuis chez eux, les bénévoles appelaient les personnes accompagnées par l’association mais aussi des donateurs pour prendre de leurs nouvelles. Ces appels ont beaucoup aidé les personnes inquiètes.

A l’approche de Noël et dans ce contexte de crise sanitaire, le Secours Catholique prévoit-il des actions ciblées auprès des personnes isolées ?

Tous les ans, nous organisons des réveillons solidaires les 24 et 31 décembre. Cette année encore, malgré la crise sanitaire, nous ferons le maximum pour que ce soit maintenu. Cet évènement réunit en principe environ 600 personnes à Paris et partout en France dans les délégations.

Si on ne peut l’organiser, des actions seront menées quoi qu’il arrive comme des chaines d’appels pour que des personnes ne restent pas isolées et qu’elles puissent partager ce moment de joie avec d’autres.

Comment le Secours Catholique a-t-il conçu cette année sa crèche et son calendrier de l’avent ?

La crèche est proposée en kit et peut être envoyée partout, elle tient dans une enveloppe ! Noël peut arriver dans tous les foyers grâce à elle. Nous avons conçu cette crèche avec l’idée qu’elle puisse être montée à plusieurs : en famille, avec des proches. Que cette création soit un moment de partage pour préparer Noël.

Avec le calendrier de l’avent, notre objectif est de donner du sens à cette période. A travers les jeux et défis dans ses petites fenêtres, l’occasion est donnée aux enfants, Petits-Enfants de réfléchir au « Vivre ensemble » aussi bien dans leur famille qu’en dehors. Des actions de solidarité à mener vers les autres sont proposées et je crois que nous avons tous besoin de solidarité en ce moment.

Parmi ce que nous retenons de cette crise il y a cette fraternité et cette grande vague de solidarité. Beaucoup de jeunes sont venus rejoindre Le Secours Catholique et les français ont aussi été très généreux en dons depuis le début de la crise.

Quelles actions simples les Grands-Parents peuvent-ils faire avec leurs Petits-Enfants pour aider les personnes fragiles (isolées, en situation de précarité), si les mesures gouvernementales le permettent ?

Offrir un calendrier de l’avent Secours Catholique c’est déjà agir pour les personnes fragiles puisque le produit de cette vente servira à les aider.

Ensuite à la manière de celles proposées dans ce même calendrier, beaucoup de petites attentions peuvent être prêtées aux autres de manière simple et accessible par les Petit-Enfants comme par exemple : le soir de Noël, faire un gâteau pour son voisin seul, sourire et dire bonjour à une personne qui vit dans la rue, s’occuper des courses d’une personne âgée avec ses Petits-Enfants ou encore faire un dessin pour un voisin isolé.

Ensuite, les Grands-Parents ont la possibilité de s’engager bénévolement. L’accueil Famille-Vacances par exemple est une expérience merveilleuse à vivre avec ses Petits-Enfants : un enfant, dont la famille vit dans une situation de grande précarité, est accueilli par une famille pendant 15 jours pour y passer des vacances. C’est une action très riche à la fois pour l’enfant mais aussi pour la famille qui le reçoit !

Quel message avez-vous envie d’adresser aux Grands-Parents à transmettre à leurs Petits-Enfants ?

Si vous pensez que la fraternité ne va rien changer, on vous propose un truc : et si on essayait ?

La générosité et la solidarité n’appartiennent pas aux associations, elles appartiennent à chacun qui à son niveau peut agir. Si on s’y met tous ensemble, croyez-moi nous pouvons changer le monde !

Pour aider le secours catholique, procurez-vous sa crèche ici