Le dernier premier jour du reste de ma vie… - Grand-Mercredi
BOUTIQUE

Le dernier premier jour du reste de ma vie…

32 ans que j’habitais au même endroit, et moi qui suis une jeune arrière-grand-mère, jamais je n’aurai pensé déménager. Depuis le plus longtemps que je puisse me souvenir, j’ai toujours imaginé profiter de mes derniers jours dans cette maison. Une maison dans laquelle j’ai tellement de souvenirs…

Mais avec le temps, j’ai du me rendre à l’évidence. Je ne pouvais plus y rester seule. Ma maison était devenue trop lourde à gérer. Ma seule joie dans cette maison, c’est de savoir Hector heureux dans la maison.

Hector, c’est le chat persan que j’ai recueilli il y a des années. Mon compagnon du quotidien. Vous le verriez monter les marches de l’escalier, aller sur le toit et se prélasser dans le canapé. L’observer s’approprier ma maison m’a toujours procuré beaucoup de joie.

Il y a un an, jour pour jour, lors d’une de ses visites hebdomadaires, ma fille m’a parlé d’un sujet délicat. Je sais qu’elle était préoccupée de me savoir toute seule avec Hector dans cette grande maison. Cela faisait plusieurs fois qu’elle me parlait de déménager dans un endroit plus adapté à mon âge. Cette fois-ci, elle a choisi des mots forts mais vrais. Alors, j’ai fini par accepter de réfléchir et ensemble nous avons passé une sorte de pacte. Si elle parvenait à trouver un endroit capable de nous accueillir mon chat et moi, alors je serai prête à quitter ma maison.

Sur le moment, j’étais assez tranquille ! Je savais déjà qu’aucune résidence services ne voudrait accueillir un chat. Mais force est de reconnaitre que les temps ont bien changé. Quelques mois plus tard, je déménageais, enfin, nous emménagions mon chat et moi dans une résidence où j’allais, sans le savoir, passer des moments merveilleux.

Très vite, j’ai pu voir que, comme moi, Hector s’adaptait très vite à sa nouvelle maison. Certes l’appartement était plus petit mais il a vite trouvé ses marques. J’ai pu aussi constater que je n’étais pas la seule à être accompagnée de mon fidèle compagnon. Chiens et chats se comptent par dizaines dans la résidence … Et bien souvent, nos meilleurs amis se retrouvent au centre de nos sujets de conversations dans le salon et pendant les repas ! 

Comme quoi, même à mon âge, il n’est jamais trop tard pour prendre des décisions et opter pour un changement de vie… Dans le fond, le plus heureux c’est bien Hector qui ne pensait par faire autant de nouvelles rencontres !

À LIRE AUSSI