Mon Petit-Enfant est atteint d'un handicap - Grand-Mercredi
BOUTIQUE

Mon Petit-Enfant est atteint d’un handicap

3 minutes

Comment gérer le handicap de son Petit-Enfant ? Voici le témoignage d’un Grand-Père, et ses astuces pour gérer au mieux ce bouleversement.

Quand notre fils nous a annoncé que nous allions à nouveau être grand-parent, en mai 2013, j’ai cru que mon coeur allait exploser de joie. Un troisième Petit-Enfant, c’était encore plus de bonheur à mettre dans nos vies. A la naissance de Julien, tout allait parfaitement bien. Notre Petit-Fils était en pleine forme. Vers ses 1 an, Julien ne rampait toujours pas, ou très peu, et nous avons commencé à nous poser des questions. Notre fils et notre belle-fille l’ont rapidement emmené voir des spécialistes, et c’est à ce moment là que le verdict est tombé. Julien est atteint d’un retard intellectuel important. Concrètement, notre Petit-Fils est plus lent que les autres enfants, met plus de temps à assimiler les nouvelles informations et à grandir.
La nouvelle a été un véritable choc pour ses parents, qui avaient déjà 2 autres enfants. Pour nous aussi, cela a été dur.
Aujourd’hui, Julien est certainement le plus beau don que nous ayons reçu de la vie. Mais il nous a fallu du temps pour nous adapter. Comment trouver notre place ? Comment épauler notre fils et notre belle-fille ? Nous avons tatonné, longtemps, et maintenant que nous avons trouvé notre équilibre, nous avons décidé de vous livrer nos conseils.

1 – Trouver sa place
Pour un parent, la nouvelle d’un handicap est toujours difficile. On raconte moins souvent la position du Grand-Parent. Notre plus grand défi a été d’épauler notre fils et sa femme. Les épauler, sans oublier notre propre ressenti face au handicap. Les peurs s’installent, les doutes, les inquiétudes. Afin d’agir au mieux, nous avons tout de suite décidé d’organiser un “conseil de guerre”. Nous avons pris le temps, avec les parents de Julien, de discuter des rôles de chacun. Surtout, nous leur avons demandé ce qu’ils attendaient de nous. Le temps de cette discussion a été salvateur : ainsi, nous n’avons jamais eu l’impression de marcher sur leurs plates-bandes, et ils ne se sont jamais sentis abandonnés.

2 – Prendre soin des autres Petits-Enfants
Un enfant handicapé demande souvent plus d’attention que ses frères et soeurs, c’est la vie qui veut cela. Notre solution à nous pour que Matthieu et Margot ne se sentent pas délaissés ? Les Petits Rendez-Vous des Grands-Parents. Une fois par mois, nous organisons un moment en tête à tête avec l’un de nos Petits-Enfants. Nous emmenons Matthieu au restaurant, Margot au musée et gardons Julien le temps d’un après-midi, chez nous.

3 – Ne pas s’oublier
Après l’annonce du handicap de Julien, nous avons consacrés la quasi totalité de notre temps à lui, à ses parents et à ses frère et soeur. Nous ne vivions que pour lui, pour eux. Même si nous étions emplis de joie d’aider notre famille, nous étions fatigués. Nous nous en sommes rendus compte en partant en vacances, au bout d’un an d’aide acharnée. Quand nous nous sommes retrouvés à deux, avec mon épouse, nous avons réalisé que nous avions aussi besoin de temps pour nous. Aujourd’hui, nous en faisons moins en terme de quantité, mais chaque moment passé avec notre famille est un pur bonheur.

Ces quelques astuces ont changé ma vie, mais rien ne la boulversera autant que la naissance de Julien. Un rayon de soleil pour toute notre famille.

À LIRE AUSSI