Questions qu'une grand-mère se pose à propos de ses petits-enfants
BOUTIQUE

La liste de vos questions

Questions d'une grand-mère
 C’est pas que je redoute de passer pour un lapin de six semaines mais, parfois, je me retiens de poser à ma fille des questions dites « bêtes ». Oh, je ne suis sans doute pas la seule Grand-Mère à me balader avec un point d’interrogation dans la tête en attendant le mercredi ou le week-end d’après. Il m’arrive même de dissiper le doute en me tournant l’air de rien vers ma belle-fille (pas forcément plus clémente, d’ailleurs, avec mon ignorance…).

Du coup, histoire de faire gagner du temps à tout le monde et de nous éviter des regards interloqués – à mi-chemin entre le merlan frit et l’oeil de pigeon – j’ai mâché le travail à tout le monde.

Ci-dessous, les 12 choses que vous êtes définitivement censées savoir au sujet de vos petits-enfants.

1. Quand peut-on passer à la poussette-canne ?
Une fois que votre petit-fils/petite-fille tient à peu près bien assis. « Officiellement » 6 mois, donc. Ce qui coïncide généralement avec le moment où vous avez enfin compris comment se pliait la « grosse » poussette…

2. A partir de quel âge peut-il/elle dormir dans un grand lit ?
Un indice: quand il/elle réussit à sortir seul(e) de son lit à barreaux ! Et si ce changement peut s’accompagner de l’entrée à la maternelle ou de l’arrivée du petit-frère(soeur), alors c’est encore mieux: diversion garantie.

3. Et pouvoir « manger de tout », c’est pour bientôt ?
Tout dépend des habitudes que ses parents et vous lui avez données (goûter à différents légumes/ s’initier à des textures différentes). Plus vous commencez tôt, plus la diversification alimentaire se fera dans la douceur. Haché au début, puis coupé en menus morceaux, votre boeuf aux carottes passera tout seul dès 2 ans…voire avant !

4. Est-il/elle vraiment prêt(e) pour l’école ?
La sacro-sainte trilogie est de rigueur : votre petit-enfant doit être propre, capable de supporter la séparation et un minimum autonome (savoir enfiler son manteau, par exemple). Mais n’ayez crainte: il y aura toujours quelqu’un, à l’école, pour l’aider à grandir.

5. Peut-il/elle déjà apprendre à jouer d’un instrument de musique ?
Si votre petite-fille ou petit-fils est en mesure de focaliser son attention trente minutes d’affilée et montre un début d’intérêt pour la musique, n’hésitez plus. Et si vous le jugez encore un peu petit pour suivre des leçons, passez par la case des mini-concerts et des spectacles, toujours bons pour l’oreille musicale. Depuis le temps, je connais Berlioz sur le bout des doigts !

6. Faut-il encore attendre pour le stage de poney ?
Si c’est en groupe, mieux vaut qu’il/elle soit sociable. Et patient (ne vous en déplaise, le moniteur ne peut s’occuper de tous en même temps). De mon côté, Boris n’a pas tenu une matinée, alors qu’Adèle, à 5 ans, aurait dormi dans le box si elle avait pu! Tentez une approche et vous verrez.

7. A quel âge peuvent-ils apprécier un « grand » dessin-animé au cinéma ?
Comme pour la musique: tout dépend de sa faculté de concentration. Un grand écran avec du noir autour, ce n’est pas comme votre télévision et le moelleux de votre canapé. Mais si vous choisissez un film adapté et pas trop long, vous avez toutes les chances de marquer des points ! Grosso modo, pour Disney, moi je table sur 4 ans.

8. Saurait-il/elle faire du vélo sans les petites roues ?
A vous de voir si son équilibre est encore fragile ou pas. Mais disons qu’à 5 ou 6 ans, on a la tête plus dure qu’à 3 ou 4.
PS/ être à deux adultes quand on décide de lui faire passer le cap, c’est plus simple. Parole de Granny !

9. A quel âge lui apprendre à nager ?
L’école, elle, ne s’en inquiète pas avant l’âge de 6 ans. Ce n’est pas une raison pour rester les bras croisés. Les professionnels considèrent que tout est possible dès 4 ans, après quelques leçons et un peu de bonne volonté.

10. Il/elle me demande de monter devant en voiture. Je dis « oui » ou je dis « non » ?
Pas avant 10 ans, désolée. Seule exception, ai-je appris l’autre jour: si tous les sièges arrières sont occupés par vos petits-enfants de moins de 10 ans, « l’aîné(e) » – même s’il/elle n’a pas encore atteint l’âge de raison – a la permission d’occuper le siège passager.

11. A partir de quand pourrai-je avoir une « vraie » conversation téléphonique avec elle/lui ?
J’ai testé pour vous: le téléphone impressionne autant qu’il amuse. Avant 5 ou 6 ans, donc, les timides resteront peu diserts et les moulins à paroles en abuseront presque. Patience, donc.

12. Quand pourrai-je lui offrir son premier téléphone portable ?
Ce n’est ni à vous, ni à moi de décider…mais bel et bien aux parents! Si vous êtes fine négociatrice, vous pourrez profiter de l’entrée au collège de votre petite-fille/petit-fils pour les convaincre!

Est-ce que tout est plus clair, désormais ? Et n’oubliez pas : si d’autres questions vous viennent à l’esprit, écrivez-moi ! Mon adresse: courrier@grand-mercredi.com Je vous répondrai, promis !

 

Tous les grands-parents lisent cette newsletter,
et vous ?

(et c'est gratuit !)



À LIRE AUSSI


Fermer et retourner à l'article