A quoi reconnaît-on un vrai grand-père ? - Grand-Mercredi
BOUTIQUE

A quoi reconnaît-on un vrai grand-père ?

Reconnaître un vrai grand-père

Y’a pas à dire : les grands-pères, c’est quand même un monde à part. Des maris de mes amies jusqu’aux inconnus surpris au parc en pleine corvée de bac à sable, j’adore les observer (c’est même, je l’avoue, l’un de mes passe-temps préférés… après les mots croisés). Des heures de dissection visuelle, sonore et psychologique qui me permettent aujourd’hui d’établir le profil type du vrai grand-père, qui – quoiqu’il fasse – ne sera plus jamais un homme tout à fait comme les autres.

  • Le vrai grand-père a un vrai nom de Grand-Père. Il ne se fait pas appeler Christian, Jean-Claude ou Pierre. Il est Papou, Daddy ou Bon-Papa. Et il aime ça.
  • Il ne se démonte pas quand son petit-fils lui demande de lui construire un avion en papier. Mais se tourne vers sa femme, les bras ballants, quand sa petite-fille lui demande de dessiner une princesse.
  • Alors même que le Brexit met la Grande-Bretagne sens dessus dessous, il ne voit soudain plus aucun inconvénient à remplacer BFM Business par un épisode de Zorro.
  • Sa patience est d’or : là où moi, par exemple, je jette l’éponge après sept essais infructueux de ricochets, il retourne la plage galet après galet jusqu’à trouver celui qui rebondira par-fai-te-ment.
  • Il n’a besoin de personne en cuisine Ariston : pour ses petits-enfants, il a appris à faire cuire un œuf.
  • Je l’ai vu de mes yeux vu : il sait faire marcher Skype. Même dans un lieu sans wifi. Respect.
  • Il connaît l’intégralité des paroles de Cadet Roussel (là où moi je bloque au bout de la deuxième strophe, refrain compris). Idem pour les noms des sept nains de Blanche-Neige.
  • Lui qui ne jurait jadis que par les jouets en bois connaît aujourd’hui parfaitement la différence entre Lego et Playmobil, Polly Pockets et Ninjago. Mieux : les magasins de jouets ne lui provoquent plus de crise de tétanie.
  • Il a extirpé de la cave le matériel de pêche dans lequel sa femme butait systématiquement en allant chercher un pack d’eau. On sait jamais : ça peut toujours servir.
  • Son récent statut lui confère un nouvel alibi en béton en cas d’invitation improbable. « Je peux pas, j’ai mes petits-enfants ».

Pour finir, permettez-moi d’aiguiller ceux qui « n’en sont pas » (ou qui voudraient bien l’être) vers trois bons tuyaux susceptibles d’accélérer leur promotion au rang de « vrai grand-père » :

  • S’offrir le livre « Grand-père débutant » pour mieux se fondre dans son nouveau rôle.
  • Jouer la carte de la transmission et de la nostalgie à la fois en faisant découvrir à ses petits-enfants les tubes de sa jeunesse sur une platine vinyle rétro.
  • Voir loin en réservant sans tarder des places pour ses petits-enfants et soi au Salon Rétro-Mobile de l’an prochain.

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

À LIRE AUSSI


Fermer et retourner à l'article