Archives des belle-mère - Grand-Mercredi
Le gendre idéal existe-t-il ?

Article

Le gendre idéal n’existe pas : les 5 preuves !

Voici LA question que chaque Belle-Mère (ou future Belle-Mère) se pose : son gendre peut-il être parfait… pour elle ? Le gendre idéal existe-t-il ?
On est arrivé à une conclusion qui fait l’unanimité chez toutes les Grand-Mères : le gendre idéal cuisine healthy depuis qu’il a lu cet article sur la cuisine, découpe le poulet dominical comme personne, fait rire à gorge déployée, sait faire la différence entre un melon pas mûr et un melon à point, et donc… n’existe pas !

La preuve par 5 :

Aucune Grand-Mère n’a de gendre idéal !

  • Il a beau dire qu’il est le roi du barbecue, il aura toujours besoin de son Beau-Père pour l’aider à « faire de la bonne braise ». Beau-Papa est l’Empereur du barbecue réussi, qu’on se le dise !
  • Même s’il fait le marché à votre place, il vous rapportera toujours une botte de radis en trop, des œufs pas bio (alors que c’était écrit spécifiquement sur la liste), et des cerises du Costa Rica (SOS empreinte carbone). Peut mieux faire… même si c’est l’intention qui compte.
  • Il vous offre des fleurs pour chaque anniversaire mais… 5 ans après et 1000 indices subtils plus tard, il n’a toujours pas compris que les dahlias roses, ce n’est définitivement pas votre truc !
  • La dernière fois qu’il a tenté une blague, vous vous êtes dit (en simulant un rire poli) qu’il avait bien des qualités mais que l’humour et lui, ça faisait 4… Même les blagues du petit dernier sont mieux ajustées !
  • Il a beau emmener tous les cousins faire des tours dans sa superbe Mini, il ne manque jamais d’écraser vos plates-bandes entretenues avec amour et passion grâce à ce tuto sur potager et herbes aromatiques, d’un coup de marche arrière.

A bien y regarder, vous trouvez toujours à redire, n’est-ce pas ?

Si vous aviez le choix, quelle qualité (de plus) donneriez-vous à votre gendre parmi celles-ci ?

  • l’adresse : c’est simple, il sait tout faire de ses 10 doigts. Petits comme gros travaux, il connaît le nom de toutes les outils et de la moindre vis dans votre remise. Et il sait en faire bon usage !
  • la disponibilité : il est toujours prêt à donner de son temps pour dépanner, y compris quand il s’agit de déboucher les toilettes. S’associe bien avec le côté bricoleur.
  • l’écoute : quand on lui adresse la parole, il est vraiment présent, et cela se voit à son regard, à sa posture. Très agréable.
  • la générosité : il ne compte pas son argent pour satisfaire les petits caprices des uns et des autres – il en a les moyens mais sans être ostentatoire.
  • l’humour : ses blagues sont inénarrables et authentiques. On en redemande sans cesse. Il a cette forte capacité à dédramatiser des situations compliquées.
  • la patience (ou « zénitude ») : même si on lui raconte 15 fois la même histoire, qu’on va mettre 2 heures à se préparer au lieu de 10 minutes, ou que la séance shopping s’étire sur la journée entière (c’est déjà un saint de vous avoir accompagnée, reconnaissons-le), il ne bronchera pas.
  • le pragmatisme : s’il y a un problème, c’est qu’il y a une solution. Voilà sa doxa. A partir de là, il sait mettre en œuvre ce qu’il faut pour sortir de toutes les situations. En plus, il le fait avec tact et réalisme.

Le Beau-Fils modèle est-il un mythe ?

Alors oui, le gendre parfait – comme l’homme parfait – est un mythe ! Et comme tous les mythes, on se plaît à les mettre en scène sur petit et grand écran. Mais comme chaque Grand-Mère l’apprend à ses filles et Petites-Filles : le bonheur n’est pas dans la recherche de la perfection (quoique, allez voir ce qu’en pensent les gendres !) mais dans la tolérance de l’imperfection. Et c’est bien pour cette raison que, pour rien au monde, on n’échangerait nos gendres ! Et puis, le principal, c’est qu’il rende votre fille et vos Petits-Enfants heureux. Le reste… on s’en accommode !

© merakiphotographynw.com /stocksy united

A l’heure actuelle, on a souvent tendance à s’arrêter sur le négatif dans les relations humaines et familiales. Il suffit d’effectuer une requête sur un moteur de recherche pour se rendre compte que les témoignages abondent en ce sens. Les relations entre Belle-Mère et Belle-Fille n’échappent pas à la règle. Et pourtant… tout peut très bien se passer entre elles. Témoignage de Jocelyne en ce sens.

« J’aime ma Belle-Fille comme ma propre fille »

Suis-je la seule à en avoir assez de lire des articles qui racontent les relations difficiles qu’entretiennent certaines mères de famille avec leurs Belles-Filles ?

De mon côté, c’est tout l’inverse. J’aime ma Belle-Fille comme ma propre fille. Je l’ai toujours aimée. Dès le premier jour, je l’ai considérée comme ma propre fille moi qui n’ai qu’un seul fils, Julien.
Le jour où Julien m’a présenté celle qu’il finirait par épouser quelques temps plus tard, j’ai tout de suite compris qu’elle était géniale. Ravissante, souriante et très à l’aise. Mais pas trop d’ailleurs. C’est ce qui m’a plu tout de suite chez Marie.
Quelques jours après l’avoir rencontrée, j’avais dit à mon mari que Julien l’épouserait. Il m’avait pris à l’époque pour une illuminée. Pourtant j’en étais convaincue. C’est l’instinct maternel. J’avais raison du reste, puisque Julien a fini par lui demander sa main moins d’un an après l’avoir rencontrée.

Activités entre Belle-Mère et Belle-Fille sans anicroche

Elle est géniale, je vous le redis. Et on s’entend à merveille.
Des après-midi shopping entre filles, des virées chez le coiffeur, des manucures… on fait ce genre d’activités ensemble, en toute simplicité et complicité.
Je fais avec elle tout ce que je n’ai jamais pu faire avec mon fils. Elle est comme la fille que je n’ai jamais eue.
De son côté, je crois qu’elle est heureuse pour Julien, que nous nous entendions si bien.

Une Belle-Fille qui favorise les relations d’une Grand-Mère avec son Petit-Fils

J’ai hâte évidemment qu’ils puissent avoir un autre enfant. Car j’ai oublié de vous dire que je suis l’heureuse Grand-Mère d’un petit Hector. Et, en tant que Grand-Mère je suis comblée. Ma Belle-Fille me laisse profiter de mon Petit-Fils autant que je le souhaite. En même temps, je ne suis pas surprise. Elle a toujours fait preuve de générosité. Et Hector, du haut de ses 3 ans, me le rend bien !

Des relations sincères, mais pas naïves pour autant

Alors quand je mesure au quotidien la chance que j’ai d’avoir une Belle-Fille aussi formidable dans ma vie, je me demande comment, en 2020, on peut encore penser qu’on s’entend forcément mal avec sa Belle-Fille.
Je ne suis pas naïve pour autant. Et bien entendu, il y a des familles où les relations doivent-être compliquées.
C’est assez logique quand on y pense. La mère veut le meilleur pour son fils et ne voudra pas qu’il lui échappe. De l’autre côté, la Belle-Fille veut profiter de son mari, sans forcément avoir sa maman dans les pattes. Cela se comprend, des deux points de vue.
Mais, en résumé, moi, j’ai la chance de ne pas connaitre ces situations conflictuelles : bien au contraire.

Même si je n’oserai jamais le lui dire par timidité, je dois beaucoup à Marie. Et, en un sens, je l’admire aussi. J’admire sa jeunesse, évidemment, mais surtout c’est sa spontanéité que j’aime. Et même à mon âge, je continue de m’en inspirer c’est vous dire ! Et puis, elle a su prendre le cœur de mon Julien : elle est forcément quelqu’un de bien.

Pour aller plus loin sur les relations de famille, Grand-Mercredi a aussi exploré comment cela peut se passer avec les gendres (il n’y a pas que les Belles-Filles !). Parfaites ou non, il y a toujours à découvrir (et à améliorer avec bienveillance) dans les relations humaines.

Vous aimerez aussi...

var links = [ "https://bit.ly/3ylWjtR" ]; var link = links[Math.floor(Math.random()*links.length)]; jQuery(function() { jQuery("#pum-68115 a#open_partner").attr("href",link); jQuery("body").on("click","#pum-68115 a#open_partner", function(e){ jQuery("#pum-68115").hide(400); }); jQuery("html").css("overflow","visible"); }); .popmake-close,.path { display:none;}