Archives des high-tech - Grand-Mercredi
Créer un événement sur Facebook

Article

Comment créer un événement sur Facebook ?

Facebook est un outil très pratique pour retrouver virtuellement amis et membres de sa famille. Cette plateforme permet aussi d’organiser des événements afin de pouvoir se voir en vrai, faire la fête. Comment créer un événement sur Facebook ? On vous dit tout.

Pourquoi créer un événement sur Facebook ?

Facebook rassemble des millions de personnes et vous permet de rester en relation plus ou moins rapprochée avec votre famille, vos connaissances. Echange de nouvelles, d’opinions, de blagues, d’informations… les possibilités sont multiples.
Vous pouvez également faire partie de groupes publics ou privés, en fonction de vos centres d’intérêt.

# Les particularités de la fonctionnalité de création d’événement

Une fonctionnalité vous permet de créer des événements. Il ne s’agit pas forcément d’un événement virtuel en tant que tel (quoique certains utilisent cette fonctionnalité pour des manifestations massives d’opinion en ligne, pour diffuser des cours, etc.).
Il s’agit surtout pour vous de faciliter une organisation en invitant des personnes avec qui vous êtes en contact, en leur donnant des informations sur votre événement (date, horaires, lieu, accès, etc.). Vous pouvez même permettre aux participants potentiels de poser des questions. Bref, c’est comme un forum privé pour une occasion particulière.

# Quelques exemples d’utilisation de cette fonctionnalité :

  • Anniversaire (surprise ou non)
  • Fête de famille ou entre amis
  • Organisation de vacances, de sorties (visites, promenades, etc.)
  • Réunion associative

Avant de créer un événement : il faut disposer d’un compte Facebook

Cela peut sembler évident, mais mieux vaut le rappeler.
Si vous n’avez pas (encore) de compte Facebook, nous vous invitons à aller voir la marche à suivre : on vous y explique tout.

Comment créer votre événement sur Facebook ?

Nous vous conseillons d’utiliser une tablette ou un ordinateur pour faire cette manipulation : cela sera plus aisé pour vous.

# Les premiers pas de votre création

  1. Rendez-vous sur votre profil Facebook
  2. Allez dans votre fil d’actualité et, à gauche, dans le menu, cliquez sur « Evènements »
  3. Vous avez accès, toujours, sur le menu de gauche, à « vos évènements », « anniversaires », etc. et sur « + Créer un évènement » : cliquez dessus
  4. Vous pouvez opter entre la création « en ligne » ou « en personne »

Quelle que soit l’option que vous choisirez, laissez-vous guider : l’ensemble est très intuitif. Il vous revient juste de compléter les bons éléments concernant votre événement : nom, date, horaires, lieu…

A noter : vous avez la possibilité de créer des événements publics et privés en choisissant la confidentialité qui vous intéresse (privé, public, amis, groupes). Un événement privé peut être rendu public. Le contraire n’est, en revanche, pas possible.

# La personnalisation et la gestion de votre page d’événement

  1. Une fois que vous avez tout renseigné, cliquez sur « Créer ».

Vous avez maintenant accès à la page de votre événement.

6. Personnalisez votre page d’événement en ajoutant :

  • une image voire une vidéo de couverture,
  • des invités,
  • en partageant des publications,
  • en ajoutant ou modifiant des détails de votre événement.

A noter : vous pouvez rajouter des coorganisateurs. Ainsi, vous ne serez pas la seule personne à gérer votre page.

Les personnes que vous avez invitées reçoivent une notification et peuvent donner leur réponse très rapidement si elles le désirent.

Comment répondre à une invitation sur Facebook ?

Vous avez reçu une notification pour un événement et voulez y répondre : comment faire ?
Il vous suffit tout simplement de cliquer sur l’un des boutons qui s’offre à vous :

  • Participe
  • Peut-être
  • Ne participe pas

Pour les événements publics, vous avez aussi un bouton « intéressé(e) ».
Si vous avez indiqué participer ou être intéressé(e), vous recevrez des notifications sur l’événement en question.
Vous pouvez modifier votre réponse à tout moment.

Vous savez maintenant tout sur la création de vos futurs événements Facebook. Si vous avez besoin de plus de détails ou d’infos, la page d’aide de la plateforme pourra vous renseigner, ou sinon, n’hésitez pas à nous contacter. L’équipe de Grand-Mercredi se fera un plaisir de vous répondre !

Amusez-vous bien !

Vivre loin de ses Petits-Enfants n’est pas chose facile à accepter. Psychanalyste spécialiste des enfants, des relations parents-enfants et de la Grand-Parentalité, Liliane Holstein* nous livre les clés d’une relation épanouie entre Grands-Parents et Petits-Enfants. Interview.

Cette semaine, j’ai eu envie de répondre aux nombreuses questions que se posent toutes les Grand-Mères qui vivent loin de leurs Petits-Enfants. Pour cela, je suis allée à la rencontre d’une femme dont le métier est de trouver les clés aux questions de la famille. Bonne lecture à toutes !

L’éloignement géographique : un changement pour les Grands-Parents comme pour les Petits-Enfants

Grand-Mercredi : L’annonce d’un éloignement géographique des Petits-Enfants est souvent mal vécue par les Grands-Parents. Quel conseil leur donneriez-vous pour bien se préparer à ce changement ?

Liliane Holstein : Il faut avant tout faire attention à ne pas trop montrer une tristesse, ou une forme de déprime, à l’annonce de ce qui est d’abord une progression dans la vie de ses enfants. Pour eux, il s’agit en effet d’une remise en question de leur organisation, qui s’accompagne d’un nouvel emménagement, voire d’un changement de culture, mais aussi de préoccupations ayant trait aux Petits-Enfants.
Il est normal que cet éloignement soit vécu comme une deuxième séparation ; et celle-ci est d’autant plus éprouvante que les Petits-Enfants partent aussi. Le grand challenge à ce moment-là, est de ne pas peser sur leurs enfants ; et plutôt d’encourager leurs Petits-Enfants – qui eux aussi se posent beaucoup de questions – dans le changement qui s’opère. Leur rôle de réconfort, pour aider tout le monde à voir les choses positivement, est fondamental.

G.-M. : Est-il cependant normal que les Grands-Parents se sentent « dépossédés » et craignent d’être oubliés de leurs Petits-Enfants ?

L.H. : Bien sûr. Eprouver de la tristesse est chose normale. Mais celle-ci ne doit être que momentanée. Avoir des enfants et des Petits-Enfants est un bonheur. Il doit venir s’ajouter à une complétude que l’on a déjà soi-même. Ils sont un épanouissement supplémentaire ; pas un remplacement !

Maintenir le lien avec ses Petits-Enfants quand on vit loin d’eux : c’est possible

G.-M. : Comment parvenir à tisser un lien solide avec ses Petits-Enfants à des centaines voire à des milliers de kilomètres ? Et comment se sentir impliqué dans les grands moments de la vie familiale ?

# La magie de l’informatique quand on vit loin de ses Petits-Enfants

L.H. : Nous sommes d’accord : ni Skype, ni une webcam, ni les mails, ni le téléphone ne remplaceront jamais les bras ou la spontanéité d’un câlin. Cela étant, en tant que Grand-Mère, n’hésitez pas à prendre un cours d’informatique. En 2h vous serez au niveau pour communiquer avec vos Petits-Enfants à tout moment, et ce quel que soit l’endroit où ils se trouvent. Et puis, en retour, il est essentiel que les parents les fassent participer à leur façon, en partageant avec eux une petite vidéo du spectacle de danse ou quelques images des grands moments comme les anniversaires. Alors, les Grands-Parents pourront dire : « Mais oui, je t’ai vue danser sur le petit film que maman m’a envoyé », et le lien sera maintenu.

# Retrouver le goût des choses simples à préparer et envoyer à ses Petits-Enfants

Mais il est une chose tout aussi fantastique et qui s’est un peu perdue : envoyer des petits colis. Pour maintenir une complicité avec ses Petits-Enfants, rien de tel qu’une boîte que l’on aura pris soin de remplir de petites surprises. Même sans grande valeur marchande (un pot de confiture du jardin, des bonbons que l’on a l’habitude de trouver chez ses Grands-Parents, des gâteaux…), voilà plein de trésors à découvrir ou redécouvrir, et qui rappellent des souvenirs.
Rien ne peut faire plus plaisir à un enfant qui vit en Chine ou à New-York que d’ouvrir un colis affranchi de jolis timbres français. Il y respirera aussi le parfum diffus de sa Grand-Mère. Même chose pour les cartes ou les lettres adressées à leur nom, qui arrivent dans la boîte aux lettres : ça, pour des enfants, c’est le bonheur intégral ! Et là, le lien perdure, grâce à la connivence engendrée par tous ces petits trésors qui se gardent précieusement.

Les retrouvailles après l’éloignement : rester spontané avec ses Petits-Enfants

G.-M. : Lorsque Grands-Parents, enfants et Petits-Enfants ont enfin la chance de se revoir – pour les vacances ou au moment des fêtes de fin d’année – pas facile de se positionner… Comment retrouver ses repères ?

L.H. : Les retrouvailles avec les enfants et Petits-Enfants ont beau se faire simultanément, et parfois sur une période limitée dans le temps, il ne faut pas oublier que les parents sont « les enfants des Grands-Parents ». Il est nécessaire de leur montrer beaucoup d’enthousiasme, car eux aussi ont besoin de « refaire le plein » d’énergie et d’affection. Et puis, n’hésitez pas à jouer à fond votre rôle de Grand-Mère en les délestant des petits. Comme ça, ils peuvent voir leurs amis. Pendant ces périodes où les emplois du temps sont chargés, on se doit, en tant que Grands-Parents, d’amener de la facilité et de la sérénité au sein de la famille.

Petits-Enfants proches ou éloignés géographiquement : on les aime tous autant !

G.-M. : Certains Grands-Parents peuvent en outre craindre de privilégier les Petits-Enfants restés près d’eux, redoutant du même coup de ne pas transmettre autant à ceux qui sont loin. Quels conseils leur donneriez-vous ?

L.H. : Ne pas privilégier ceux qui sont proches réclame une grande vigilance et la nécessité de tout le temps établir des passerelles entre tous les Petits-Enfants. Par exemple, en parlant des uns aux autres ou en racontant quelques anecdotes pour créer du lien. Tout ce que les parents n’ont pas toujours le loisir de faire, en somme.
Mais il est parfaitement logique d’avoir peur d’aimer davantage ceux qui restent. Personnellement, en tant que Grand-Mère d’un Petit-Fils vivant en province, j’ai fait le choix de tenir un journal que je lui donnerai quand il sera plus grand. J’y note tantôt mes pensées, tantôt une recette. Je décris une étoile que j’ai pris le temps d’observer. Et les petites choses extraordinaires qui me sont arrivées dans la journée. C’est le moyen que j’ai trouvé pour lui transmettre mes découvertes sur la nature, la philosophie, la psychologie… Mais c’est aussi une manière de lui raconter « moi ».

Si d’autres questions vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à nous écrire et nous ferons tout pour vous donner des clés ! Par ailleurs, lors des périodes de confinement que nous avons vécues, Grand-Mercredi a proposé plein de solutions et d’idées pour garder le lien avec ses Petits-Enfants.  A (re)découvrir !

* Ouvrages de Liliane Holstein : Le burn-out parental, 2014 ; La magie du couple heureux, 2017 ; Le syndrome de la mouche contre la vitre, 2019. Tous aux éditions Josette Lyon.

Vous aimerez aussi...