Grands-Parents et toujours dans la vie active - Grand Mercredi
BOUTIQUE

Grands-Parents et toujours dans la vie active

En France, on devient Grand-Parent pour la première fois à l’âge de 54 ans en moyenne. Un âge auquel la grande majorité d‘entre eux est encore dans la vie active. Dès lors, la question des Grands-Parents au sein de l’entreprise – et de leur départ à la retraite à 62 ans – se pose naturellement. Mais quels sont les enjeux et les droits pour les Grands-Parents salariés ? Qu’en est-t-il à l’étranger? Grand-Mercredi vous propose cette semaine un dossier complet sur les droits et la place des Grands-Parents dans l’entreprise. Une enquête, des témoignages et des conseils pour préparer au mieux ce passage de cap.
Les droits des Grands-Parents dans l’entreprise : rien n’est officiellement reconnu… Si les parents ont bien entendu des droits – congés maternité ou paternité, congés pour un baptême ou une communion – le droit du travail ne comporte aucune règle concernant les Grands-Parents. Ainsi, en tant que Grands-Parents, les droits seront définis par la convention collective de l’entreprise.
Des droits au cas par cas… Dans les faits, des événements familiaux tels que la naissance d’un Petit-Enfant ne permettent pas aux Grands-Parents salariés de prendre un congé. Mais cela reste donc à la libre appréciation de l’employeur et peut également être prévu par les conventions collectives des entreprises, lesquelles peuvent envisager des aménagements du temps de travail pour les Grands-Parents.
La « Grand-Parentalité active » signifie être toujours dans la vie active tout en étant Grand-Parent. Ce n’est qu’ainsi que ce statut particulier semble être reconnu. C’est d’ailleurs l’objectif de plusieurs structures qui visent à mettre davantage en lumière cette problématique afin que des solutions y soient apportées au niveau juridique. Temps partiel, congés pendant les vacances scolaires et tout autre événement qui concernerait les Petits-Enfants…
Ainsi, il conviendra de rappeler le lien avec la loi de 2003 sur la retraite et le temps partiel.
Le but étant d’ajouter ici une disposition à cette loi qui consisterait à mettre en place un « congé grand-parental ».
Certaines entreprises ont déjà intégré cette Grand-Parentalité active dans leur culture. Notamment le groupe Rhodia (Papeterie), qui fût le premier à implémenter un « congé grand-parental » dans sa politique de Ressources Humaines.
En effet, beaucoup d’entreprises considèrent que les salariés sont plus compétents durant les dernières années de leur carrière (expérience et formation), sachant que la première cause de départ à la retraite est… l’envie de s’occuper de ses Petits-Enfants !
Pour les Grands-Parents, c’est en effet un bon moyen pour eux d’accorder du temps à leurs Petits-Enfants tout en se consacrant à leurs responsabilités professionnelles. C’est donc également un gage d’efficacité car, en équilibrant la vie de ces salariés Grands-Parents, tout le monde est gagnant.
Mais qu’en est-il des modèles étrangers ? À l’échelle internationale, la Grand-Parentalité active est beaucoup plus d’actualité. En Allemagne, par exemple, les parents peuvent dans certains cas transférer leurs congés parentaux à un Grand-Parent afin que celui-ci s’occupe des Petits-Enfants. De plus, dans des situations d’urgence, les entreprises peuvent octroyer un congé payé d’une durée maximale de 10 jours aux Grands-Parents afin qu’ils s’occupent de leurs Petits-Enfants.
Même en Angleterre, le rôle joué par les Grands-Parents apparaît comme indispensable dans la vie familiale. Ainsi, constatant qu’un nombre trop important de Grands-Parents quittaient leur emploi pour s’occuper de leurs Petits-Enfants, le gouvernement britannique envisage désormais de mettre en place un système de congés partagés entre parents et Grands-Parents.
En somme, être Grand-Parent et salarié n’est donc pas, pour l’instant, un droit reconnu, mais il y a fort à parier que les choses changeront d’ici peu et notamment sous l’impulsion de nos voisins européens.
Grand-Mère et salariée ! Chronique d’une vie bien remplie…
Des propos recueillis le Jeudi 26 Avril 2018
Catherine, 56 ans, Grand-Mère et salariée. Je suis Grand-Mère et, comme beaucoup d’autres Grand-Mères, je travaille encore. Arrêtons avec le cliché de la Grand-Mère à la retraite ! Me concernant, ce n’est pas pour tout de suite. Pourtant, ce n’est pas parce que je suis salariée que je compte me priver de mes trois adorables Petites-Filles !
Alors, il est vrai que je culpabilise de temps en temps à force de travailler, surtout quand mes semaines au bureau sont très chargées… Mais, en réalité, je n’ai pas le choix. Et puis je me rassure aussi en me disant que j’ai la chance d’adorer mon travail. Ce qui m’attriste, en revanche, c’est que mes Petites-Filles aimeraient me voir davantage ; si vous les entendiez lorsqu’elles me demandent pourquoi je ne suis pas venue les chercher à l’école depuis des semaines ou pourquoi je ne peux pas m’occuper d’elles pendant les vacances… ! C’est parfois difficile à vivre, mais c’est aussi le prix à payer.
Heureusement, j’ai la chance d’avoir une fille géniale, qui leur explique toujours pourquoi je suis absente. C’est grâce à elle si, au quotidien, je me sens moins coupable. Détail amusant : au cours des dernières vacances de Pâques, les rôles se sont inversés. Un soir, j’ai eu la surprise de retrouver mes trois Petites-Filles et leur maman au pied de mon bureau ! J’étais si contente et si fière de présenter mes merveilles à mes collaborateurs. Ma fille ne m’a jamais culpabilisée concernant mon travail, elle ne m’a jamais fait le moindre reproche et elle m’a toujours soutenue.
Même le jour où elle a accouché de son dernier enfant, je me souviens bien d’avoir dû quitter la maternité quelques heures seulement après la venue au monde de Clémence, ma dernière Petite-Fille. Cela fait partie des moments difficiles, des instants où on se dirait volontiers que réussir à concilier travail et vie de famille n’est pas si simple. Pour me rassurer, je me dis simplement que mes Petites-Filles vont grandir et qu’elles comprendront un jour pourquoi j’ai parfois été contrainte de privilégier mon travail. Enfin, si je devais donner un conseil à toutes celles qui, comme moi, sont Grand-Mère et salariée, je leur dirais de profiter au maximum de leurs Petits-Enfants les week-ends, et de garder à l’esprit que la retraite est aussi faite pour passer davantage de temps en famille !
La rencontre : Grands-Parents et toujours dans la vie active
Devenant Grand-Parent à l’âge de 54 ans en moyenne, il est assez logique de constater que plus d’un Grand-Parent sur deux est toujours dans la vie active. Auto-entrepreneurs, salariés ou chefs d’entreprise : pour la majorité des Grands-Parents, la retraite, ce n’est pas pour tout de suite.
Devant un tel constat, Grand-Mercredi a mené l’enquête au travers du récit de 3 Grands-Parents qui travaillent. Comment font-t-ils pour concilier Petits-Enfants et vie professionnelle ? Y parviennent -ils vraiment? Enfin : sont-ils heureux dans leur vie professionnelle ou, au contraire, impatients de pouvoir consacrer plus de temps à leurs Petits-Enfants… ?
Intéressons-nous à l’histoire de Véronique, assistante administrative en mairie… et heureuse Grand-Mère de 3 Petites-Filles en bas âge. Pour concilier sa vie professionnelle et profiter d’elles, elle les reçoit une fois par semaine à dormir… Pour rien au monde elle ne manquerait ce rituel immuable. « Le mardi matin, je me rends à la mairie en sifflotant, moi qui sais que je vais profiter de mes petites merveilles toute la soirée… Au programme, ateliers en cuisine et spectacles… de danse évidemment ». Pour Véronique, instaurer pareils rendez-vous est un moment de plaisir et un moyen de se fabriquer des souvenirs avec ses Petits-Enfants : « Travailler, OUI ! Mais passer à côté de ma vie de Grand-Mère, sûrement pas ! », résume-t-elle.
Nous avons aussi pu rencontrer un Grand-Père pas comme les autres. Après une longue carrière dans le secteur de l’automobile, il s’est reconverti en tant qu’auto-entrepreneur. Un choix qui lui est vite apparu évident. « Ces quelques mois où j’ai été retraité, je les ai détestés. Certes, j’ai pu profiter un peu plus de mes Petits-Enfants. Mais dans le fond… Vous savez, je veux que mes Petits-Enfants soient fiers de moi et c’est par le travail que cela passera. Qu’ils gardent l’image d’un Grand-Père travailleur est essentiel ! ». Rappelons ainsi que la transmission et l’envie de transmettre – y compris son savoir professionnel – est l’une des priorités pour la majorité des Grands-Parents.
Difficile d’aborder le sujet du salariat chez les Grands-Parents sans obtenir le témoignage d’une Grand-Mère qui travaille tous les jours aux côtés d’enfants… C’est chose faite avec l’histoire étonnante de Marie, enseignante retraitée devenue … la nourrice de ses Petits-Enfants !
En rencontrant Marie, nous pensions avoir affaire à une enseignante en maternelle, fraîchement retraitée. C’est le cas. Mais le manque du contact au quotidien avec les enfants, de la transmission de son savoir, de son expérience…, Marie ne l’a pas supporté. A peine retraitée, elle s’est donc mise en quête d’une nouvelle activité professionnelle.
Par hasard, elle a alors entendu parler d’un phénomène de plus en plus répandu Outre-Manche : celui qui consiste à être rémunéré par ses propres enfants pour garder officiellement ses Petits-Enfants. Il faut dire que la proposition a de quoi séduire : qui de plus indiqué que leur Grand-Mère pour garder des enfants ? Qui de plus rassurant pour les parents ? Quant aux Grand-Mères, n’est-ce pas là la solution ultime pour concilier une activité professionnelle épanouissante tout en passant du temps avec ses Petits-Enfants ?
Salariés et Grands-Parents… Des conseils pour réussir à concilier les deux rôles de votre vie.
Devenir Grand-Parent est, certes, une chance inouïe. Mais quand l’heure de la retraite n’a pas encore sonné, il n’est jamais évident de concilier Petits-Enfants et vie de bureau. Alors Grand-Mercredi vous propose des conseils et des astuces afin de vous organiser au mieux et de continuer à profiter de vos Petits-Enfants.
Récupérer ses Petits-Enfants à l’école… (ou les y déposer, s’il vous est impossible de faire le déplacement en plein après-midi). Conduire ses Petits-Enfants à l’école, c’est l’assurance de passer un moment inoubliable pour vous comme pour eux.
Instaurer des rituels… que ce soit le soir en rentrant d’une journée de travail, ou le matin avant de vous y rendre, programmez des moments immuables avec vos Petits-Enfants : passez-leur un coup de téléphone, par exemple, partagez un petit-déjeuner avec eux si vous avez la chance d’être à proximité, ou encore accueillez-les à dormir aussi souvent que vous le pouvez ! En substance : tentez d’instaurer des rendez-vous réguliers pour que tout le monde se fabrique des souvenirs.
Et s’ils venaient vous chercher en bas de votre bureau… ? Il n’y a pas que vous qui pouvez aller les chercher à la sortie de l’école. Vos Petits-Enfants aussi, pendant les périodes de vacances scolaires, pourraient venir vous retrouver devant votre lieu de travail. Demandez à vos enfants d’organiser cette sortie : ils seront fiers de découvrir l’endroit où vous exercez ce métier dont ils entendent si souvent parler.
Invitez vos Petits-Enfants à déjeuner… à la cantine de votre bureau ! Vous avez la chance d’avoir un restaurant d’entreprise, et selon les conventions en vigueur, vous aurez peut-être le droit et la possibilité de leur faire découvrir votre cantine ! Au programme : un déjeuner plein de bonne humeur ! Votre entreprise organise le Noël des enfants…
Et si vous en profitiez pour organiser le Noël de vos Petits-Enfants… Il n’y a priori aucune raison pour que votre employeur s’y oppose ! Là encore, vos Petits-Enfants seront enchantés de découvrir les coulisses de votre travail. L’astuce Grand-Mercredi : un joli cadre, une photo de vos Petits-Enfants, le tout délicatement posé sur votre bureau… Et vous aurez l’impression de les avoir avec vous !
Etre Grand-Parent et salarié est un statut de plus en plus répandu dans la société actuelle. En s’organisant, il n’y aucune raison de devoir délaisser ses Petits-Enfants au profit de son travail, et vice-versa. Les deux sont parfaitement compatibles à condition de préserver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie de Grands-Parents. Enfin, si le droit des Grands-Parents au sein de l’entreprise n’est pas officiellement reconnu, il y a fort à parier qu’il le sera prochainement et notamment sous l’impulsion de nos voisins européens.
Si vous aussi vous êtes Grands-Parents et toujours dans la vie active, partagez avec nous votre expérience en nous écrivant à cette adresse : courrier@grand-mercredi.com. Nous serons ravis de recueillir votre témoignage et d’échanger avec vous.
Partagez cet article avec vos ami(e)s
       

Dear Grands-Parents, devenez parfaits en vous inscrivant ici !


Fermer et retourner à l'article

Des idées de cadeaux