Archives des jeux - Grand-Mercredi
Cousinade

Article

Cousinade, mode d’emploi pour de belles retrouvailles

Depuis quelque temps, la cousinade est tendance. Renforcer l’esprit de famille, volonté de se retrouver de se connaître, de faire clan, occasion particulière… les motifs ne manquent pas pour ce rassemblement atypique. Alors, habitué ou novice de la cousinade, on vous dit tout, à travers quelques pistes et témoignages.

Sommaire :

La cousinade, kezako ?

Comme son nom l’indique, la cousinade désigne un rassemblement de… cousins. Au sens large, on peut dire qu’il s’agit d’une grande réunion de famille pour le plaisir de se retrouver tous ensemble, de tisser ou retisser du lien.

Si parfois, la cousinade est comprise comme les retrouvailles autour de Grands-Parents de leurs enfants et Petits-Enfants, le plus souvent, elle rassemble les descendants d’un ancêtre commun. Et on peut ainsi être très nombreux. Donc, la cousinade va bien au-delà de la traditionnelle réunion de famille de Noël, du nouvel an ou de Pâques.

Pour Jean-Claude et Véronique, il s’agit d’un rituel estival qu’ils ne manqueraient pour rien au monde :

# Un lieu de retrouvailles en cousins facilitateur

« Dans notre famille, la tradition des cousinades remonte au début du XXe, voire même à la fin du XIXe siècle. On a la chance d’avoir un village familial en Haute-Marne où de nombreuses maisons se trouvent encore appartenir à des membres de la famille. Alors, tous les étés, c’est déjà une cousinade à ciel ouvert avec des apéros chez les uns et les autres de façon spontanée, et des sorties entre cousins, y compris ceux aux 3e, 4e degré, voire plus ! Pour certains, l’ancêtre commun remonte à… la révolution française ! Cousins germains et cousins issu d’issu d’issu, etc. germains se côtoient ainsi. »

# Astrid, leur fille, a un petit truc infaillible dans ce contexte particulier

« Pour être sûr de ne pas se tromper quand on rencontre quelqu’un qu’on ne connaît pas dans le village d’où est originaire ma famille, mieux vaut dire « mon oncle » ou « ma tante ». On évite ainsi certains incidents « diplomatiques » pour ceux qui sont à cheval sur certaines convenances entre générations. »

# Dans la famille de Gaëtan, la cousinade est une tradition familiale très ancrée

« Depuis presque un siècle, on a une habitude quasi rituelle très importante : faire se retrouver tous les 10 ans un maximum de descendants de l’ancêtre commun mort sur le champ de bataille en septembre 1914. Comme il avait 6 enfants, plus d’un siècle après, ça fait pas mal de monde. Avec quelques cousins, on a progressivement pris le relais de nos parents pour l’organisation. En septembre 2014, nous nous sommes retrouvés à plus de 150 dans le village où notre aïeul commun, Maurice, est enterré. Ça met de l’animation dans ce petit coin de la Somme ! »

Qui convier à une cousinade et comment ?

Quand le cercle familial est relativement restreint, en général, on réussit sans trop de mal à retrouver les coordonnées de tout le monde. Mais, avec le nombre, cela peut se compliquer, et trouver les bonnes infos peut être un vrai défi.

# Des canaux de communication multiples et plus ou moins modernes

Quand on veut élargir le cercle, voilà quelques astuces :

  • le vieil annuaire familial oublié dans un tiroir depuis des mois voire des années ;
  • le tableur bien tenu par l’oncle Jules ou la cousine Berthe avec les noms, dates de naissance (et de décès), adresse, téléphone, courriel, etc. ;
  • les réseaux sociaux (Facebook, Copains d’avant, etc.) ;
  • les sites de férus de généalogie

Tous ces outils permettent de faire des miracles et de retrouver la trace et/ou les coordonnées de cousins perdus de vue.

On peut, si cela s’y prête, s’organiser par branche de la famille pour activer son réseau et lancer les invitations.

# Des invitations au feeling, en fonction aussi des profils des oncles, tantes, etc.

Pour ces dernières, il n’y a pas de limites dans l’imagination. Du simple coup de téléphone à l’invitation sur papier à en-tête formelle, en passant par la page Facebook dédiée à l’événement ou au courriel, tout est possible. A vous de voir ce qui correspond le mieux à votre esprit de famille. Parfois, on peut même faire un mix de l’ensemble de ces idées : si les plus anciens seront sensibles au format papier, les plus jeunes, ultra connectés, se référeront plus facilement à ce qu’ils trouvent au bout de leurs doigts sur leur smartphone.

# Penser à prévenir bien en avance

Quel que soit le moment choisi pour votre cousinade, mieux vaut bloquer la date très en amont. Plus on est nombreux, plus c’est compliqué d’avoir une date en commun qui « matche » avec le plus grand nombre.

On ne saurait que trop vous conseiller de privilégier les beaux jours pour les festivités : une période de vacances scolaires ou un week-end prolongé. En effet, les familles avec enfants seront plus « zens » à l’idée de passer un bon moment, si elles sont libérées des contraintes des devoirs et autres activités périscolaires.

# Chez Marie-Dominique, on prend date très en avance

« Chez nous, on est très nombreux. Mes parents ont eu 8 enfants, qui chacun ont eu au moins 3 enfants. Et la jeune génération commence elle-même à se marier et à avoir des enfants. Je vous laisse faire le calcul du nombre qu’on peut être avec les « valeur-ajoutées » (on préfère cette expression à celle de « pièce rapportée », moins sympathique)… Donc pour tous se retrouver dans la grande maison familiale et pouvoir louer des gîtes autour, on a pris le parti de caler dans nos agendas le dernier week-end du mois d’août, tous les 2 ans, les années impaires. Comme ça, personne ne peut dire qu’il ne savait pas. Les plus jeunes campent sous la tente dans le vaste jardin. On est à mi-chemin entre le camp scout, la kermesse et la fête de famille un peu guindée. Mais c’est très sympa et tout le monde en redemande ! »

Quelles sont les modalités pratiques indispensables à avoir en tête pour ces retrouvailles entre oncles, tantes, nièces, neveux ?

Outre trouver les participants, les contacter pour les inviter, il y a beaucoup de choses à penser. Voici notre petit vade-mecum pour une cousinade réussie.

# Anticiper sur le lieu

Toutes les familles n’ont pas la chance ni la possibilité de pouvoir disposer d’un château, d’un domaine ou d’une grande ferme hérité des ancêtres, et permettant d’accueillir 50, 100 personnes, voire plus de convives.

Se retrouver sur le lieu d’origine de la famille, ou un espace reconnu comme un marqueur familial est l’idéal. Voici quelques exemples de lieux, payant ou non, que vous pouvez envisager pour vous réunir, sur cette base (ou pas). A adapter en fonction du nombre que vous prévoyez d’être :

  • chez vous, si vous êtes peu nombreux
  • en louant un gîte : vous trouvez des gîtes ou groupes de gîtes pouvant accueillir un nombre important de personnes sur des sites sûrs comme Gîtes de France ou Clévacances
  • dans un village vacances : l’avantage est que chacun ou presque peut avoir son propre logement indépendant et que les espaces communs permettent de se retrouver, avec des facilités sur le matériel mis à disposition (sono, chaises, tables…)
  • au camping (idem)
  • en louant une salle des fêtes municipale, comme par exemple celle du lieu souche de la famille
  • dans un parc, une forêt, sur une plage : l’espace ne manque pas et, si c’est pour le temps d’un repas et d’un après-midi partagé, pourquoi pas ?

Bref, les idées ne manquent pas et notre liste est loin d’être exhaustive. Pour certains lieux, comme les gîtes de grande capacité ou les campings, mieux vaut s’y prendre en avance afin d’être assuré d’avoir l’endroit souhaité et le nombre de place requis. En matière d’hébergement, on ne rigole pas, surtout quand certains viennent de loin.

Une précaution à prendre tout de même : si les festivités sont prévues dehors, mieux vaut avoir tout de même un endroit où se replier en cas de caprices de ciel (mais on croise les doigts).

# Penser aux finances : les bons comptes font les bons… cousins !

C’est le nerf de la guerre. Dès le départ, il faut annoncer la couleur pour qu’il n’y ait pas de « mauvaise » surprise. Si certains oncles et tantes tiennent à tout prendre en charge, la bourse de chacun n’est pas forcément assez ronde pour supporter l’ensemble des frais (hébergement, location éventuelle de salle, de matériel, de nourriture, de déco, etc.). Car oui, se réunir, c’est très sympa, mais cela a (souvent) un coût, ne serait-ce que la location de la salle, quand bien même le repas est tiré du sac.

Avoir donc un budget prévisionnel et le répartir dès le départ vous permet de savoir où vous allez. En fonction de vos choix, de la durée, des lieux et des activités prévus, cet aspect ne doit pas être négligé.

On peut ainsi :

  • adapter le prix demandé en fonction de la situation de chacun. Au nom de la solidarité familiale, pourquoi pas proposer à ceux qui ont plus de moyens de verser une contribution un peu plus élevée. Cela permettra ainsi à ceux qui en ont moins de venir quand même sans se retrouver dans l’embarras.
  • demander un acompte via une cagnotte en ligne ou en donnant les coordonnées bancaires du responsable en chef des opérations
  • avoir une boîte avec une libre participation aux frais. Un conseil : ne pas omettre d’indiquer le coût par personne de la cousinade. Cela oriente plus facilement les participants sur le montant de leur chèque ou de leur enveloppe.

Envisager des activités et animations pour tous

En la matière, 1000 et 1 choses sont possibles et à inventer. Encore une fois, le facteur du nombre et des générations en présence peut jouer. Pêle-mêle d’exemple d’activités ou animations déjà testées et validées dans des cousinades.

1.      Faire des photos de groupe

Indispensable. Photo avec tout le monde, par branche de la famille, par génération… Certains personnalisent même leur branche de la famille en venant avec un signe distinctif (tee-shirt, casquette, etc.). Bref, la séance de photos de groupe est à anticiper et à penser : où la fait-on ? Qui s’en charge ? Comment transmet-on ensuite les photos prises aux participants ?

Et puis, cela fait des souvenirs. Le jeu consistera plus tard, et pour les cousinades à venir, à mettre un nom sur chaque visage…

2.      Des jeux pour les plus jeunes neveux et nièces

Qu’ils soient petits ou ados, les enfants doivent être absolument intégrés aux festivités. Après tout, ils forment la nouvelle garde qui perpétuera le cycle des cousinades.

# Matthieu se rappelle des parties de cache-cache endiablées lors de ses cousinades d’enfance

« On était une bonne bande d’une dizaine de garçons tous entre 8 et 12 ans. Autant dire que ça swinguait pas mal lors de nos traditionnelles réunions de famille. Quand on était trop remuants, nos parents nous envoyaient jouer dehors. Le terrain était grand et propice aux parties de cache-cache. De la grange au potager en passant par les caves, je me rappelle m’être bien amusé lors de tous ces étés à grimper dans les arbres pour mieux me camoufler des plus grands. Ce qu’on pouvait rigoler, avec les cousins en voyant Grand-Père nous chercher partout dans le jardin ! »

# Anita garde un souvenir ému des premiers pas de son petit cousin et filleul

« Il y a 3 ans, lors de notre cousinade estivale, je m’étais proposée pour m’occuper des plus jeunes afin de délester un peu les parents. Avec une cousine, on s’occupait donc des bébés et des enfants jusqu’à 3-4 ans. J’avais choisi cette tranche d’âge car j’y retrouvais mon filleul Antoine. Alors qu’on lisait tranquillement une histoire, tout à coup, il s’est levé sur ses deux jambes et a fait quelques pas pour aller chercher une balle. J’ai  bondi sur mes pieds et l’ai applaudi à tout rompre. Que d’émotions ce jour-là ! »

3.      Un « qui est-ce » géant

Sur la base de photos, de caractéristiques de différents personnages de la famille, on peut imaginer des panneaux, ou bien un jeu de piste à faire en équipes. L’objectif est ainsi de mieux apprendre à connaître les cousins plus ou moins éloignés qui sont présents et ceux qui nous ont quittés.

« Sais-tu qui est cette dame avec ses 4 enfants en 1941 ? » « Comment s’appelait déjà la tante spécialiste en généalogie de la famille et décédée il y a 5 ou 6 ans ? » « Le Grand-Oncle Thomas a eu 2 enfants, lesquels est-ce sur cette photo ? » « C’est le mariage de quel couple, ici, en 1953 ? »…

4.      Des jeux conviviaux pour tous

Tournois de Molkky, de foot, de pétanque, jeux de cartes, Loup-garou, dessinez c’est gagné, blind test ou karaoké, concours de chansons, de dessins, etc. peuvent rendre les choses extrêmement conviviales. Cela permettra en outre de briser la glace et de se créer des souvenirs inoubliables de cette belle fête de famille. Pas besoin de tonnes de matériels : juste un peu d’anticipation.

La tante Claudine, du haut de ses 4 fois 20 printemps est fan de Claude François et ses talents de chanteuses sont insoupçonnés ; que l’oncle Geoffrey est un grand fan de Johnny. Les petites cousines Clara et Annabelle feront un super duo sur Les Frangines pendant que leur grand-frère, qui est un as des tours de magie, usera et abusera de son talent pour le plus grand plaisir de tous. Parier sur les aptitudes des uns et des autres ne peut être que gagnant.

5.      Visiter les environs

Si votre réunion de famille se prolonge, pourquoi pas faire une visite du coin afin de mieux se l’approprier ou se le réapproprier. Certains, parmi les participants, auront un souvenir juste du village, d’autres, erroné. Faire une visite de groupe d’un site remarquable proche (château, site naturel…) peut être une façon de nouer d’autres sortes de liens, ancrés dans le patrimoine local. Si en plus, la visite est assurée par un membre de la famille, c’est encore mieux !

Enfin, un petit passage par le cimetière s’imposera peut-être pour honorer les ancêtres qui ne sont plus de ce monde et, quelque part, pour les remercier d’avoir permis des moments si fraternels et conviviaux en famille.

Bien répartir les tâches lors de la cousinade : savoir qui fait quoi

Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses, nous vous conseillons fortement de vous assurer que, lors de la fête, les tâches sont bien réparties. Petite check-list à compléter :

  • L’accueil : qui s’en occupe ?
  • Comment se passe l’intendance et qui s’en occupe ? Pique-nique tiré du sac, repas partagé, service de traiteur ?
  • Qui se charge de mettre la table et de débarrasser si besoin ?
  • Les boissons, qui gère ?
  • Qui sera le grand manitou des photos ? Du son ? Des lumières ?
  • Les plus petits auront-ils un espace pour faire la sieste ?
  • Qui se chargera des animations pour les enfants ?
  • Qui lancera les activités pour tous ?

Etc., etc.

Vous l’aurez donc compris, à la lecture de ce bel article sur les cousinades, qu’on en est fans à Grand-Mercredi. Certains membres de la rédaction sont de grands habitués, d’autres sont en train de se lancer. Quoi qu’il en soit, ce genre de rassemblement se prépare, s’anticipe, afin que chaque participant trouve sa place et en garde un souvenir impérissable. A l’instar d’un anniversaire, d’un mariage ou de toute autre occasion de se retrouver, la cousinade, depuis l’invitation jusqu’à l’envoi des photos à tous après, réclame une organisation et la participation de toutes les bonnes volontés.

Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs de grands événements familiaux ?

Vous prenez la route des vacances avec vos Petits-Enfants, et le temps peut leur sembler souvent très long… ? Une seule solution : les distraire ! Fini les « c’est quand qu’on arrive ? » ou les « c’est encore loin ? ». Le trajet en voiture devient un moment de distraction et de détente grâce à nos idées de jeux pour la route. Suivez le guide, c’est tout droit ! Vous saurez tout sur comment occuper vos enfants ou Petits-Enfants en voiture !

Comment occuper vos Petits-Enfants sans aucun matériel pendant un trajet ?

Chanter : une bonne occupation

C’est LA solution imparable qui mettra de la bonne humeur dans votre voiture ! Pour les plus petits, les comptines font toujours leur effet. Et avec la playlist qui va bien en plus, c’est gagné !

Compter : les enfants adorent ça !

Que ce soit les voitures rouges, les camions ou les vaches, les enfants adorent compter. Chacun de vos Petits-Enfants devra donner son chiffre final au bout d’un temps donné.

Jouer à «devinez qui je suis !»

Pensez à une personne ou à un animal et vos Petits-Enfants devront deviner à qui ou à quoi vous faites référence. Vous pouvez corser le jeu en organisant un « ni oui, ni non » : rires assurés !

Jouer au jeu des couleurs

Le premier de vos Petits-Enfants qui trouve quelque chose d’une couleur donnée a gagné ! Pour les plus petits, nommez les couleurs des voitures.

Jouer au roi ou à la reine du silence

Oui, c’est facile, mais terriblement efficace. Pendant quelques minutes. Le temps nécessaire à votre Grand-Père de mari, de trouver un nouveau jeu… ou de tout simplement se reposer un peu.

Programmer le séjour et ses activités

Demandez à vos Petits-Enfants de vous concocter un super emploi du temps pour les vacances. Et qui sait : ça vous donnera peut-être aussi des idées d’activités à faire avec eux !

Comment occuper vos Petits-Enfants sur la route en ayant un peu anticipé

Dessiner c’est gagné !

On ne s’en lassera jamais…Plutôt que des crayons qui tâchent, prévoyez une ardoise magique. Et chercher l’inspiration dans le paysage qui défile !

Jouer à une histoire avec trois mots (pour les plus de 8 ans)

Dans un petit sac, glissez des morceaux de papier comportant un mot chacun. Noms, verbes, adjectifs, tout ce qui vous passe par la tête. En voiture, demandez à l’un de vos Petits-Enfants de tirer au sort trois mots, comme « fleur », « plage » et « grand-père ». Et maintenant, avec ces 3 mots, sa mission est d’inventer une histoire. Laissez-lui quelques minutes de réflexion, au bout desquelles il devra raconter son histoire. On peut même corser le jeu en combinant des séries de mots pour qu’un autre des passagers continue l’histoire !

Lire ou écouter une histoire

Lire une belle histoire est une merveilleuse occupation pour faire passer le temps à vos Petits-Enfants ! Si vous ne pouvez pas lire en voiture, il existe des CD de contes ou histoires pour enfants. Pour les plus branchés, les podcast « Une histoire et Oli » sont bien adaptés aux enfants de 4 à 7 ans, et pour les passionnés de connaissance du monde, de nombreuses ressources sont à votre disposition. Calme et écoute garantis !

Préparer un kit de voyage surprise

Préparez à l’avance un petit sac rempli de surprises pour vos Petits-Enfants. A découvrir petit à petit, au fil du voyage et des kilomètres, ces derniers seront ravis de leurs trésors ! Vous y glisserez un coloriage, un sachet de bonbons, un jeu de société facile à emporter, un paquet de gâteaux secs, un livre, des figurines… bref tout un tas de surprises ! Et puis, pourquoi pas commencer avec eux leur carnet de voyage ? Que de beaux souvenirs en perspective !

Prévoir des collations saines et faciles à grignoter pour des enfants

Elles feront, malgré tout, aussi passer un peu le temps si le trajet semble s’éterniser pour vos petits protégés (biscuits secs, quartiers de pomme…).

Proposer des mini-jeux facilement transportables en voyage

Pensez à apporter des mini-jeux de société de poche (cartes, échecs, puissance 4, dames…). Ils occupent toujours un bon moment. Les « Défis nature » de BioViva font actuellement fureur dans les cours de récréation.

Aussi, n’oubliez pas de faire une pause toutes les deux heures au minimum. Votre joyeuse tribu doit pouvoir se dégourdir les jambes, aller au petit coin, s’hydrater, s’aérer… et vous aussi, d’ailleurs !

Bref, Grand-Mercredi espère que vos trajets plus ou moins longs de cet été se passeront dans la joie et les rires, maintenant que vous savez comment occuper des enfants en voiture !

Une accalmie sur le front de la météo ? Une petite envie de changement pour distraire vos jeunes troupes ? Voici pour vous comme pour eux deux petites activités printanières à programmer illico.

Leur faire imaginer un livre de printemps
Une jonquille par-ci, un bourgeon par là, une plume perdue ou un caillou en forme de coeur: plutôt que de laisser dans leurs poches tout ce qu’ils y glissent, dédiez à leur imaginaire un « livre de printemps » recouvert d’un joli papier de saison, dans lequel collages et petites enveloppes secrètes renfermeront toutes leurs trouvailles. A commencer par les premières feuilles vertes qu’ils ont arrachées au jardin. PS: ouvrage précieux à dater et signer par le récoltant au long cours.

 L’histoire en méli-mélo
Au moment de l’histoire du soir, difficile de choisir entre Les Trois messes basses, La petite fille aux allumettes et Les trois Petits cochons. Pour départager votre gang en pyjama, démarrez les hostilités en racontant le début de l’un de ces contes. A tour de rôle, chacun devra emprunter la suite à une autre histoire. Mélange des genres – et des rires – assuré au soleil couchant !

Deux ans de traque é-per-due.
C’est le temps qu’il m’aura fallu pour vous trouver, à toutes et à tous, un magasin de jouets digne ce nom.
Celui dans lequel vous ne vous arracherez pas les cheveux trois jours avant Noël, serrant entre vos mains fébriles la sacro-sainte liste de vos Petits-Enfants.
Foi de Granny, cette année, tout sera différent. Tout près de chez vous, il y a forcément un Oxybul qui a tout compris : sélectionner des jouets qui durent et qui ont le don de révéler les talents cachés de vos Petits-Enfants. Fini la camelote bonne à jeter après trois utilisations ! Bonjour les jeux de qualité à prix accessible !
Ce n’est pas pour rien que les vendeurs sont formés comme des experts, incollables quelle que soit la tranche d’âge de leurs jeunes clients, du nourrisson qui a « déjà tout » à l’ado qui martèle n’avoir « besoin de rien » (c’est du vécu). La bienveillance des équipes compte aussi beaucoup à mes yeux, moi qui crains toujours de passer pour une hystérique indécise sitôt la porte franchie, tellement j’ai envie de gâter ma petite tribu. Heureusement qu’ils savent me « décoder » !

Dans la boutique située en bas de la maison, je leur ai donc lancé un petit défi : choisir un cadeau pour mes Petites-Filles et Petits-Fils, en fonction de leur âge, et en s’aidant de la liste de prénoms que je leur avais laissée. Je les connais : organisés comme ils sont, dans leur magasin impeccablement agencé, ils seront forcément à la hauteur. Et pour moi qui passe mon temps à courir les magasins pour gâter les miens ou seconder mes enfants, je vous confirme qu’Oxybul est une vraie découverte ! Mieux : un soulagement, surtout quand on sait que tous les jouets sont testés au préalable par de « vrais parents ».Alors, quand j’ai eu l’occasion de rencontrer – en chair, en os et dans leurs bureaux – les têtes pensantes d’Oxybul, je me suis dit que je devais impérativement vous en faire profiter. Et quand, dans quelques jours, vous recevrez comme moi la lettre au Père Noël de vos Petits-Enfants (tous les deux, on s’arrange toujours niveau courrier…), vous saurez enfin sur qui compter ! Et croyez-moi, ça n’a pas de prix !

Une dernière chose : pour vous faciliter la vie, vous trouverez en cliquant juste ICI la Lettre du Père Noël à télécharger. Il ne vous restera plus qu’à récupérer votre catalogue de jouets chez Oxybul et de faire découper les cadeaux de leurs rêves à vos Petits-Enfants en les équipant de ciseaux (à bouts ronds !). On colle et, hop !, dans la boîte aux lettres direction le Pôle Nord !

Granny Noël

À partir de quel âge ? à partir de 4 ans

Combien de temps ? environ 1h

Vedette des goûters d’anniversaire, la pêche à la ligne est un jeu d’adresse très amusant et toujours apprécié des enfants car il y a des petits cadeaux surprises à gagner.

Créer et personnaliser son jeu de pêche à la ligne magnétique : c’est un rêve et surtout un jeu d’enfant ! Alors, passez à l’action et proposez à vos petits-enfants de fabriquer leur propre jeu avec des décopatch. A déléguer au grand-père qui s’amusera autant qu’eux !

Principe de l’atelier :
– Faire marcher l’imagination et la créativité de vos petits-enfants
– Passer un bon moment avec leur grand-père

Grand-Mercredi a trouvé la boîte créative pour créer sa propre pêche à la ligne. Le principe est de décorer les 8 poissons magnétiques grâce au système de décopatch.

Une fois l’atelier terminé, proposez à vos petits-enfants de jouer grâce aux deux cannes inclues dans la boîte: ils devront essayer de pêcher les poissons qu’ils ont fait !

Pêche à la ligne personnalisé

Le grand départ ! Pour la première fois – ou la seconde, ou la dixième…! – vous partez en vacances avec vos petits-enfants.
Quelle que soit la façon dont vous voyagez, il y a 5 incontournables que vos petits-enfants doivent avoir dans leur sac. Suivez le guide!

1. Un petit bloc-notes et un crayon (pas trop pointu) 

Les plus petits gribouilleront ou colleront des gommettes (élues « meilleur moyen de leur faire passer le temps » en 2016).
Les plus grands s’en serviront pour dessiner le paysage et vos « presque ados » pour le transformer en carnet de bord !
Vous êtes bien placées pour le savoir : vacances = souvenirs ! Ce carnet de notes pourrait bien leur permettre d’immortaliser leurs vacances.

Le petit plus : quand ça chahute trop, tout le monde se met en « mode silence’ et chacun, dans son coin, écrit ou dessine quelque chose dans son carnet. Aux autres cousins de deviner ce qui s’y trouve.

2. Un goûter à déguster à toute heure ! 

Des petits biscuits secs qui ne font pas de tâches et qui ne donnent pas mal au cœur.

3. Leur livre préféré

Quand on part avec sa Grand-Mère en week-end ou en vacances, on « devient grand ». Dîtes-leur bien de glisser dans leur sac, avant de partir, leur livre préféré. Les plus petits choisiront, avec l’aide de leurs parents, un livre sonore (restant à espérer que leur choix se porte sur des extraits de Mozart plutôt que sur les cris des animaux de la ferme !) Les moyens un livre d’images. Et, les plus grands, leur roman préféré. Ainsi, dans le train ou en voiture, vous pourrez demander à chacun d’entre eux pourquoi ils ont choisi ce livre, et s’ils peuvent le raconter aux autres.
Mieux encore : pendant les vacances, ils en liront un extrait pour tous à la veillée (et les petits appuieront sur les touches de leur livre musical).

4. Un jeu intelligent qui met tout le monde d’accord (il existe et va changer vos vacances)

Le dictionnaire des bonnes manières pour les enfants (…et les autres). Profitez du trajet pour réviser tous ensemble vos bonnes manières : ce n’est pas un luxe ! Si vous conduisez, relisez-le avant de partir (10 minutes à peine) et interrogez-les comme sur le ton de la maîtresse d’école : hilarant et tout indiqué pour une remise à niveau des notions du Grand-Père (s’il est dans les parages). Disponible ici

5. De la musique ! Je ne vous apprends rien : quel que soit l’âge, quelle que soit la génération, le chant ne connaît pas de frontières.

– A 2 ans, les comptines
– A 4 ans, des chansons
– A 10 ans, des grands classiques
– Au delà… généralement, ça se corse! Laissez-les faire.

Avant chaque grand départ, voiture ou train, munissez-vous :

– D’écouteurs à brancher à votre téléphone
– De titres préalablement chargés sur votre téléphone
Si vous n’êtes pas à l’aise avec ces manipulations techniques, appelez Allô Grand-Mercredi au 01 41 38 92 52 ou demandez à vos enfants de vous donner un coup de pouce.

Notre petit conseil :

– Avoir une playlist de comptines pour les plus petits
– Avoir une liste de chansons françaises pour chanter tous ensemble
– Et pour plaire aux ados, téléchargez la musique que vous voulez leur faire découvrir : The Beattles, David Bowie ou Eagles…
Fermez les yeux et imaginez tout ce petit monde entonner en chœur « Hotel California » !

En voiture Simone !

À partir de quel âge ? à partir de 5 ans

Combien de temps ? environ 30 min

Vous avez envie d’offrir un cadeau intemporel à vos Petits-Enfants ? Optez pour le puzzle, c’est un jeu parfait pour se retrouver en famille dans un salon, lors d’un après-midi pluvieux ! Des puzzles, il en existe par milliers, avec de belles images représentant des paysages, des animaux, des peintures ou des dessins amusants.

Avec le Planisphère, vous avez l’avantage de joindre l’utile à l’agréable. Instructif, il va permettre à vos Petits-Enfants de découvrir le globe terrestre en parcourant des yeux les jolies illustrations.

Au fur et à mesure qu’il va rassembler les pièces, il découvrira de quoi le monde est fait. Le puzzle comporte 76 pièces, les dimensions du puzzle sont 40 x 56 cm et vous avez même un poster intégré.

Cadeau puzzle Planisphère

 

Autant Noël = la déco du sapin, Pâques = la chasse aux œufs et la Chandeleur = crêpes, autant la Toussaint me met toujours un peu dans l’embarras en tant que Grand-Mère.

J’avoue : il fut un temps où j’avais encore la foi (et la patience… et l’inspiration !) pour charrier un plein cageot de citrouilles dans mon appartement afin de les faire découper à mes Petits-Enfants façon Pumpkin Jack.

Longtemps, aussi, je me suis jetée corps et âme dans les loisirs créatifs, m’improvisant reine de la pâte à sel ou du scrapbooking pour parer in-te-lli-ge-mment aux premiers frimas.
Las ! Cette année, j’ai décidé de ressortir mes bonnes vieilles astuces d’antan.

En effet, « à mon époque… », comme ai-je coutume de le dire à mes jeunes troupes, on jouait aux mimes avec une partie d’Ambassadeurs, aux devinettes post-it en se collant un morceau de papier sur le front, au quiz grâce au petit bac, et l’on disputait des parties enflammées de Kem’s avec un simple jeu de cartes.
« Pourquoi ne pas remettre ces petits jeux conviviaux au goût du jour ? », ai-je pensé. Rien de tel qu’une série de morpion ou de pendu pour réveiller l’ambiance d’une maisonnée, se serrer les coudes en famille et rire de tout, même de nous. Des classiques, certes, mais au milieu desquels je glisse une heure par jour d’atelier en cuisine pour peindre des feuilles mortes et rhabiller de paillettes une corbeille entière de clémentines. Si je puis me permettre auprès des parents : heureusement que nous sommes là, toutes !

Livraison-jeux Grand-Mercredi

A la rentrée, vos petits-enfants n’ont qu’une envie : jouer à la maitresse ! Janod et Grand-Mercredi vous ont concocté pour tous les âges, les jouets qui font grandir !

1. Table Musicale Confetti (à partir de 1 ans)

2. J’apprends les Formes (à partir de 2 ans

3. Ardoise murale Splash (à partir de 3 ans)

4. Puzzle Géant de sol « ABC » (à partir de 4 ans)

 6. Magnetibook Alphabet (à partir de 5 ans)


7. Puzzle Géant « Carte du Monde » (à partir de 6 ans)

« Dans la famille Fée je voudrais….la fille ! ». « Et moi, dans la famille Extra-terrestre, je voudrais…la Grand-Mère ! » Indémodable, traditionnel et facile à transporter : le jeu des 7 familles est sans conteste l’une de mes distractions préférées.

Mais celui que je viens de découvrir a un truc en plus : c’est le premier que l’on peut personnaliser. Avec des photos ou des dessins, j’ai mis mes petits-enfants à contribution. A eux de décider des traits et de l’allure de chaque personnage ! A raison de 42 cartes, ça en fait des proches à caser… !

Seconde bonne nouvelle : j’ai fait mettre de côté 20 exemplaires – et seulement 20 ! – de ces jolies boîtes signées Supereditions. Pour les commander, c’est juste ICI. Mais vite, vite, vite, surtout.

 

 

PS/ J’ai prévenu la bande de Grand-Mercredi mais je le dis aussi à toutes celles qui prennent souvent leur plume pour m’écrire : la semaine prochaine, moi, je débranche tout ! Je serai sur les chemins de Compostelle avec Paul. Objectif marche et détox. Ne vous inquiétez donc pas si je mets un peu de temps à vous répondre… !

 

Inscription à la lettre de Granny

« Les petits détectives à Versailles » est une application ludique de parcours de découverte du patrimoine pour les enfants dès l’âge de 6 ans. Une activité qui se fait en famille avec vos petits-enfants et à travers laquelle tout le monde se prendra au jeu : un moment très convivial pour tous !

Le principe :
A l’aide d’un support dédié (livret illustré ou application numérique à télécharger sur iPhone ou sur Android ), vos petits-enfants sont plongés dans une véritable aventure au sein d’un site du patrimoine. Au fil de l’histoire et des mini-jeux, ils visitent le site et apprennent des tas d’informations culturelles, tout en s’amusant avec leurs cousins.

Une fois l’application installée sur votre téléphone, vous devez télécharger le parcours « Versailles ». Vous pourrez alors commencer à découvrir Pierre et Lucie, deux jeunes détectives amateurs. Leur oncle est jardinier au potager du roi et il vient de les alerter : des légumes disparaissent ! Sans doute un vaste complot dans le quartier… Il vous donne alors rendez-vous à la Cour des Senteurs et c’est à partir de là que l’enquête commence.
Il faut suivre les rues indiquées, répondre aux questions proposées pour poursuivre le jeu…

Les parcours :
Aujourd’hui, 2  parcours-enquêtes sont disponibles dans la collection «les petits détectives» : le Quartier Saint-Louis à Versailles et le Petit Trianon dans le parc du Château de Versailles.

N’attendez plus pour emmener vos petits-enfants découvrir Versailles et toute l’Histoire de France tout en s’amusant, en prenant l’air et en partageant un moment unique et ludique avec eux !

 

Infos pratiques :
– Départ : devant la grille du Petit Trianon. Fin : Devant le Pavillon Français dans les jardins du Petit Trianon. Durée du parcours : 1h environ.
– Frais d’entrée au Petit Trianon : gratuit pour les enfants, pour les adultes 10€ tarif plein / 6€ tarif réduit.
– Prix application: 4,99€

 

Inscription à la lettre de Granny

Découvrez ma sélection de jeux par âge de la marque Petit-Savant !


 

               1. Dès 1 an : La crèche chez ma grand-mère

PETIT-SAVANT LA CRECHE

 

             2. Dès 3 ans : L’école maternelle chez ma grand-mère

PETIT-SAVANT La Maternelle

 

           Les mamans et leur Petit sous la forme d’un Mémo :

PETIT-SAVANT LES MAMANS ET LEUR PETIT

 

           3. Dès 4 ans : Découvrir le corps humain avec eux

PETIT-SAVANT LE CORPS

 

          4. Dès 5 ans : Apprendre à écrire avec ses petits-enfants

PETIT-SAVANT ECRIRE

          Et leur apprendre l’heure :

PETIT-SAVANT HEURE

 

          6. Dès 7 ans et à faire tous ensemble

PETIT-SAVANT MASTER

 

         A faire tous ensemble pendant les vacances :

PETIT-SAVANT LOTO

 

        MUST HAVE de Grand-Parents :

PETIT-SAVANT GLOBE

 

Inscription à la lettre de Granny

Must Have de Grand-Parent : Un produit génial qui rassemble toutes les générations autour d’un sujet.

Et qui permet d’apprendre les petites et grandes choses de la vie.
Découvrez chez Petit-Savant un globe interactif : ici

Convient aux enfants de 0 à 12 ans. Recommandé par Grand-Mercredi

 

Inscription à la lettre de Granny

« Il pleut ? Ah oui… »
« Comment ça le Trivial Pursuit a perdu un camembert ? Bon, on n’a qu’à le remplacer par un petit cheval ».

Vous voyez de quoi je parle ? Vision de cauchemar d’un après-midi ludique qui s’annonce mal. Non, ne vous jetez pas tout de suite sur votre jeu de 52 cartes pour savoir si celui-ci est complet, frais et dispos pour la venue prochaine de vos petits-enfants.

Tablez plutôt sur ces trois jeux indémodables, inaltérables et mémorables, choisis pour vous par une Grand-Mère qui ne peut plus voir le plastique et le made in China en peinture, j’ai nommé : moi !

Pour les petits (dès 3 ans) : Le jeu du corbeau
En Allemagne, les familles ne jurent que par ce plateau coloré sur lequel se plante un cerisier bien garni. Le premier à remplir son joli panier en osier avant que le corbeau ait tout dévoré, a gagné !

Pour les moyens (dès 5 ans) : Le jeu des sardines
Une version revisitée du célèbre « Memory », version piscicole. Ses qualités principales ? Il fait travailler la mémoire, la rapidité, l’observation, et une partie ne dure que 15 minutes.

Pour les grands (dès 6 ans) : Un vrai jeu de l’oie
Celui-là, normalement, il devrait vous durer toute la vie. Car il n’y a pas que le plateau qui est en bois : les oies, peintes en des couleurs vives, s’y promènent aussi.
Traditionnel et efficace : idéal pour tenir toute une après-midi.

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Vous aimerez aussi...