Archives des lecture - Grand-Mercredi

Article

5 idées pour faire aimer le jardinage à vos Petits-Enfants

En tant que Grand-Parent, initier vos Petit-Enfants à l’amour de la terre est presque un devoir. Ils ne l’approchent le plus souvent qu’à travers les nids de poule de la cour de récré. Grand-Mercredi vous propose 5 idées pour les mettre « d’humeur humus ». Place au jardinage !

Avant toute chose, la mise en scène compte. Que vous disposiez d’un balcon ou d’un immense terrain, peu importe. Le principal est de faire en sorte que tout devienne un jeu pour vos Petits-Enfants. Laisser place à l’observation des transformations et des petites bêtes, et à l’émerveillement vous donnerons l’occasion de bien des partages. Et puis… s’occuper de plantes, c’est aussi apprendre à les respecter et à bien les entretenir.

1- Le matériel de jardinage pour vos Petits-Enfants

Dans n’importe quelle jardinerie, voire grande surface, vous pourrez vous procurer l’essentiel afin que vos Petits-Enfants s’approprient de leur mieux le travail que vous allez réaliser ensemble. Pas besoin forcément de se procurer du neuf : des objets ayant déjà vécu ont une certaine patine, une histoire… Ce qu’on trouve en brocante, ressourcerie ou Emmaüs peut très bien faire l’affaire ! Pourquoi pas, d’ailleurs, en fonction de leur âge, réaliser un petit jeu de piste à la recherche des outils indispensables du jardinier ?

# Le matériel de jardinage indispensable pour un enfant

Voici notre sélection – non exhaustive – du petit matériel pour les jardiniers en herbe :

  • des gants adaptés à la taille des mains de votre Petit-Enfant : si patouiller dans la terre est bien sympathique, protéger les petits doigts des épines ou des orties est une précaution utile
  • une brouette pour tout transporter, y compris les polissons qui jouerons au voyageurs clandestins
  • un arrosoir : en plus on peut faire des batailles d’eau avec
  • une transplantoir : outil indispensable (on peut le remplacer pour les tout-petits par une simple pelle de bac à sable)
  • éventuellement un plantoir pour être sûr de planter, repiquer ou transplanter correctement les semis

Pour les Petits-Enfants un peu plus âgés, on n’hésitera pas à prendre du matériel pour « grand ». A partir de 8-10 ans, un enfant peut tout à fait se servir – sous surveillance d’un adulte, et en fonction de son degré de maturité :

  • d’un sécateur
  • d’une pelle-bêche (pelle à bras à tête carrée)
  • d’un râteau
  • d’un balais à feuilles (pour faire des tas à l’automne et, quand les feuilles sont bien sèches, pouvoir se jeter, voire se cacher dedans !)

# La tenue du petit jardinier

Inutile de mettre les beaux habits du dimanche. On fait simple, confortable, et surtout, pas neuf : un pantalon qui protège les jambes, une vieille chemise ou un tee-shirt qui ne craignent rien. Ajouter à cela une bonne paire de bottes pour aller où l’on veut dans la terre et écarter, si besoin, les herbes hautes sans se blesser les jambes. Si le pantalon est déjà troué, ce n’est pas grave ! Et en cas de jardinage au soleil, on n’oublie pas le chapeau ou la casquette !

2- Nos 5 idées pour mettre vos Petits-Enfants en douceur au jardinage

#  Jardiner à hauteur d’enfant

Initiez-les à l’art subtil et – parfois – gratifiant du jardinage en vous mettant à leur hauteur. Une des clés pour que vos Petits-Enfants se sentent vraiment concernés, si vous vous lancez dans un petit potager de balcon : investir dans une table potagère sur pieds. Accessoirement, votre dos vous en saura gré. Si vous avez votre propre carré de terrain, vous pouvez opter pour un buttage ou des carrés potagers en bois.

Ensuite, choisissez avec vos Petits-Enfants ce qu’ils voudront semer, transplanter et surtout, récolter. Plantes aromatiques, radis, plans de tomates et concombres sont les essentiels du jardinier en herbe. Faciles à planter, à entretenir et… à déguster.

Et pour améliorer le tout, pourquoi pas se lancer dans du compostage afin de récupérer du terreau de qualité, 100% fait maison, et ainsi améliorer vos futures récoltes ? Les enfants savent se montrer très sensibles à toutes les petites attentions en faveur de la réduction et valorisation de nos déchets.

# Se renseigner un peu sur le jardinage : idées de livres pour enfants

Avant de plonger la main dans la terre, commencez par le commencement : la théorie. Avec ces livres de qualité, vous devriez pouvoir intéresser les petits comme les plus grands. Objectif : leur donner envie de passer à la pratique, forts de leur savoir tout neuf. Votre atout : on gage que vous serez bien meilleurs sur le sujet que leurs parents, qui prennent peu le temps de regarder pousser la nature (nous compatissons sans juger…).

  • A partir de 5 ans : Le livre de mon jardin au naturel. Accessible, foisonnant, concret, ce petit manuel est parfaitement adapté aux enfants – ils y apprendront comment faire un ‘lombri-compost’ (vous serez ravis) et vous-même y puiserez des infos insoupçonnées.
  • Plus ludique et délicieusement illustrés, Le grand livre de jardinage des enfants chez l’éditeur Thierry Magnier ou encore Le Super livre Silence, ça pousse chez Les Deux Coqs d’Or.
  • Pour les ados : Hyacinthe et Rose, de François Morel avec les splendides illustrations-peintures de Martin Jarrie. François Morel se souvient de ses Grands-Parents qui aimaient tant leur jardin. Et il le raconte bien. Un livre très poétique et pas du tout pratiquo-pratique. Mais on compte sur vous pour trouver une transition jusqu’à la terre. La simple envie d’admirer un « jardin de curé » après la lecture peut-être ?

# Une sortie initiatique : à la ferme avec des enfants

Saviez-vous que la Ferme de Gally était le fournisseur officiel d’une bonne partie des denrées consommées au château de Versailles ? Sur la commune de Bailly, mais aussi dans d’autres antennes ayant ouvert dans les Yvelines et en Seine-Saint-Denis, vous avez de très nombreuses possibilités qui s’offrent à vous, avec vos Petits-Enfants : cueillette, visite, ateliers autour du jardinage (mais pas seulement). On patouille, on met les mains dans la terre, et on repart avec sa plantation. Vous pourrez aussi en profiter pour caresser les animaux en liberté (aucun danger) dont des mignonnes petites chèvres naines. Bref, pour les petits citadins, les vacances à la ferme, c’est aussi possible ! Ne pas oublier de réserver sa place à l’atelier, au préalable.

# Inspirant : l’incontournable Tistou les pouces verts

Pas sûr que le charmant Tistou, de Maurice Druon, figure encore dans les programmes scolaires, mais on nous souffle dans l’oreillette que certains professeurs des écoles l’ont toujours en amour. Si votre Petite-Fille ou votre Petite-Fille n’a pas dévoré ce bel ouvrage, palliez cet oubli. Pourquoi pas en lecture cursive du soir, sous la voûte étoilée d’un ciel de juillet, ou au coin du feu douillettement installé sous une couverture ? Votre descendance découvrira – et vous redécouvrirez – le pouvoir des fleurs et de la bienveillance à travers les aventures du délicat héros. Quant à vous, vous serez projeté 20 à 30 ans en arrière, lorsque vos propres enfants étudiaient cette histoire singulière en classe.

# Exemple royal : jardinage au château (s’il vous plaît !)

Faites découvrir à vos Petits-Enfants le mythique Potager du roi à Versailles. Si le lieu vaut la visite à lui seul, une très riche programmation existe pour tous les âges tout au long de l’année, et en particulier l’été. Voilà de quoi s’initier au potager par le haut en prouvant à vos petits trésors que la terre, c’est très noble.

Crédit photo : (c) ChildLife Essentials

Mes Petits-Enfants trouvent que l’expression date un peu mais je persiste et je signe : l’espoir fait vivre.
La preuve avec ce livre, écrit par une auteure à laquelle une adolescente de 15 ans a un jour demandé d’écrire « une histoire de cancer qui finit bien, avec de l’amour à la fin ».
Non seulement le vœu de cette jeune fille a été exaucé à travers cet ouvrage à la fois drôle et bouleversant, mais en plus son inspiratrice est aujourd’hui guérie ! Moi, j’y ai vu une très jolie façon de parler d’Octobre Rose à mes jeunes troupes, qui me demandent depuis dix jours pourquoi la boulangère, la caissière et même la maîtresse se parent de rose quotidiennement ! Et toc !

A se procurer sans tarder (je l’ai reçu un peu en avance mais il arrivera pour vous le 19 octobre) 

Regardez bien votre thermomètre. Bientôt, le feu de cheminée fera place à l’ombre du tilleul et ce n’est plus sur le canapé que vos petits-enfants s’agglutineront mais bien autour de votre transat. A lire seule ou avec eux, voici notre sélection de livres à l’esprit très « famille, je vous aime »….

Dès 4 ans
Toute une vie pour apprendre (de Gabriele Rebagliati et Michio Watanabe, éd. Les Fourmis Rouges).
Premier plongeon dans la baignoire, premier dîner avec des baguettes, premier tour à vélo, premier concert de cymbales… Il n’y a pas d’âge pour apprendre! La preuve au fil des pages de cet album très rose et jaune, dont l’héroïne est…une grand-mère intrépide !

Dès 5 ans
Louison Mignon contre le bandit aux feuilles mortes (d’Alex Cousseau et Charles Dutertre, éd. Du Rouergue)
Il n’y a qu’à la campagne que l’on peut tout à la fois regarder un bon western avec un chiot à ses pieds, transformer un tracteur abandonné en tipi et jouer aux cowboys et aux indiens avec son grand-père. En vacances chez Albertine et Gaston, ses grands-parents, Louison Mignon a une vie de rêve. Mais échappera-t-elle à la corvée d’épluchage des pommes en prévision de la tarte prévue au goûter ? La réponse dans ce petit livre au graphisme aussi simple que le sont les petits bonheurs du quotidien.

Dès 6 ans
Tu sais que je t’aime très fort (d’Alain Serge Dzotap et Anne-Catherine De Boel, éd. Pastel)
La douceur et la complicité l’emportent haut la main, au fur et à mesure qu’on lit, sur fond de huttes et de village africain, l’inaltérable complicité liant un petit garçon et sa grand-mère adorée. Elle est la reine des conteuses, la reine du savoir, la reine de beauté. Jusque sous les étoiles et tout près du ciel. Une histoire aussi émouvante pour celle qui la lira que ceux qui l’écouteront.

Dès 8 ans
Comment devenir intelligent en mangeant du porridge ? (d’Archie Kimpton et Kate Hindley, éd. Albin Michel)
Si votre petite-fille ou votre petit-fils cale un peu sur l’épaisseur de ce roman jeunesse hilarant (320 pages), prenez le relais à voix haute pour lui lire les aventures de Milla, hébergée par son grand-père au fin fond de l’Angleterre. Une simple recette de porridge, dénichée dans un petit livre poussiéreux, va venir pimenter son existence…et celle de sa maîtresse, Mademoiselle Cerise.

Dès 12 ans
Au bonheur des dames (d’Emile Zola) et Le Grand Meaulnes (d’Alain Fournier). Deux grands classiques dans lesquels vous pouvez – les yeux fermés – plonger vos petits-enfants pré-adolescents ou adolescents, petite-fille ou petit-fils. Après tout, le premier démarre sur une virée shopping dans un grand magasin et le second parle de rêve, d’amitié et d’aventures.

Et parce que lire doit être un plaisir et non un effort,
Grand-Mercredi vous conseille de prendre soin de votre vue par ici

Et pour vous…
Et pour vous, mesdames, quatre romans tissés de bienveillance, évoquant chacun à sa façon le lien intergénérationnel :

Si vous attachez de l’importance à la transmission du et des souvenir(s), au goût des choses bien faites comme à la persévérance : Les délices de Tokyo (de Durian Sukegawa, éd. Albin Michel).

Si vous avez un faible pour les moustaches d’Erik Orsenna mais aussi sa plume; si vous croyez à l’amour filial et à l’amour tout court, raconté par un académicien : L’origine de nos amours (d’Erik Orsenna, éd. Stock).

Si vous êtes convaincue qu’une femme peut connaître plusieurs vies dans une vie, si vous êtes sensible aux portraits de femme et aux destins chahutés : Moura : La mémoire incendiée (d’Alexandra Lapierre, éd. Flammarion).

Si vous avez à la fois la main verte et une curiosité pour les romans écrits depuis la Chine sur la Côte d’Ivoire, ses tropiques, ses drôles d’hérésies et une vraie tendresse pour les souvenirs d’enfance : Les flamboyants d’Abidjan (de Vincent Hein, éd. Stock).

Et parce que lire doit être un plaisir et non un effort,
Grand-Mercredi vous conseille de prendre soin de votre vue par ici

La lecture est très importante pour les enfants, elle permet de développer chez eux leur imagination et leur vocabulaire, ce pour quoi le rôle de Grand-Parent est essentiel! Retrouvez nos 5 conseils pour faire aimer la lecture à vos Petits-Enfants.

  • N’obligez jamais un enfant à lire, s’il n’a pas envie, aidez le en lisant le livre à haute voix même s’il sait lire tout seul, il n’y a pas d’âge limite pour ça!
  • Instaurez des moments lecture : par exemple avant l’heure du coucher, créez des petits moments spécialement dédiés à la lecture, cela deviendra leur rituel quotidien !
  • Laissez-leur choisir leurs livres, ils prendront celui qui leur convient.
  • Variez les supports de lecture, bandes dessinées ou encore documentaires.
  • Aidez-le à oser ouvrir un roman et lisez le premier chapitre avec lui !

 

À l’issue des ces vacances, s’il y a bien un thème que nos Petits-Enfants ont expérimenté…c’est la Famille!

Quel que soit leur âge, ils découvrent en effet l’importance des relations entre frères et sœurs, le lien incroyable qui les unit à leurs Grands-parents, mais aussi à leurs cousins, pour ceux qui ont la chance d’être réunis.
Je me demande souvent à quel stade de leur vie ils prennent vraiment conscience qu’en réalité, chaque famille est différente et chaque membre qui la compose est unique.
Pour les guider – et ce qu’ils aient 2 ou 12 ans – je me suis pliée à un exercice : trouver pour chacun de ces Petits-Enfants un livre qui leur explique combien leur tribu est une famille à part.

Caroline

++ Familles ++

Dès 2 ans et jusqu’à 5 ans: le fameux album FAMILLES de Patricia Hegardy (éd. Flamarion) m’a permis d’expliquer à mes Petits-Enfants les notions de différence et de couleurs de peau. Un livre joliment illustré et facile à raconter aux plus petits.

++ Émilie et ses cousins ++

Dès 3 ans : Émilie et ses cousins, de Domitille de Pressensé  (éd. Casterman). À cet âge où il s’agit d’apprendre à vivre ensemble tout en affirmant son propre caractère, l’histoire d’Émilie recevant ses cousins est à n’en pas douter un parallèle efficace avec les propres expériences de celui ou celle qui la lira. 

++ Lettres à mon cher grand-père ++

Dès 5 ans : Lettres à mon cher grand-père qui n’est plus de ce monde, de Fréderic Kessler (éd. Grasset Jeunesse)
Deux ans après avoir écrit à son petit-frère pas encore né, Thomas adresse cette fois des courriers à son grand-père qui vient de mourir.
Un album bouleversant pour nous, Grands-parents, et qui permet aux enfants d’aborder le thème de la mort avec tendresse et humour.
Mon préféré, certainement !

++ Charlie et la Chocolaterie ++

Dès 7 ans : Charlie et la Chocolaterie de Roald Dahl (éd. Folio Junior)
Ne serait-ce que parce que ce personnage qu’on a tous connu vit dans un tout petit appartement avec son Papa et ses 4 grands-parents.
Cette histoire est une formidable morale pour vos Petits-Enfants, qui se posent déjà tout un tas de questions sur la vie.

++ Le lundi tout est différent ++

Dès 9 ans : L’histoire d’une grand-mère aussi jeune que nous toutes, qui décide de couper les cheveux de sa petite-fille.
A l’école, à la cantine, la nouvelle coiffure de Kathi va beaucoup faire parler d’elle et provoquer de vives réactions chez ses camarades.
Heureusement, sa grand-mère est là pour apaiser les tensions.
Follement amusant et surtout fabuleux à faire lire à ses Petits-Enfants en guise de clin d’oeil sur la relation qui vous unit à eux.

++ Pension de famille ++

Et pour nous, cette histoire incroyable sur la mémoire d’une famille, « Pension de famille », traduit du polonais par Jean-Yves Erhel (éditions Gallimard).
Croyez-moi, après celui-ci, vous n’aurez qu’une seule envie : transmettre tout ce que vous savez à vos Petits-Enfants.

Les moments où l’on choisit de lire un livre avec ses Petits-Enfants comptent presque tout autant que les livres eux-mêmes.

D’ailleurs, il nous arrive très souvent, à mon mari et moi, de créer des petits rituels lecture réservés à nos Petits-Enfants.
Valables quand il fait mauvais temps ou quand ils ont besoin d’un peu de calme. Et ça marche à tous les âges !

Chacun choisit un livre et l’on définit un temps pendant lequel nous lisons chacun de notre côté.
Suivant leur âge, ce temps de lecture peut être rallongé. Mais disons que 20 minutes suffisent.

Puis, arrive le moment de « la ronde ».
On se met en rond et, à tour de rôle, chacun raconte son livre ou juste un chapitre.
C’est un moment que j’adore car je les écoute se donner du mal pour raconter à leurs cousins ce qu’ils ont lu et ce qu’ils ont aimé chez les personnages.
Les plus grands s’appliquent à donner un maximum de détails, comme s’ils cherchaient à me convaincre que leur livre est meilleur que tous les autres !

C’est un exercice génial que je vous recommande d’instaurer car c’est devenu chez nous un moment qu’ils réclament !

A très vite,
Caroline

Ah, et cette semaine, j’ai découvert que mon petit-fils d’à peine 10 mois découvrait déjà les joies de la lecture grâce aux livres équipés de « petites puces sonores ». Il appuie tout seul dessus et les livres émettent un son.
J’imagine que beaucoup d’entre vous connaissent déjà cette collection mais sachez que si vous démarrez tôt, c’est une garantie supplémentaire de leur faire aimer les livres. Et vous en profiterez, comme moi, pour écouter vos morceaux de musique classique préférés.
Collection que vous pourrez retrouver ici.

Comment donner le goût de la lecture aux enfants ? Voici 5 conseils pour transformer vos petits-enfants en véritables bouquineurs !

CONSEIL N°1 : donner le choix
> proposez-leur de choisir parmi 3 livres

CONSEIL N°2 : cautionner leur sélection
> choisissez les livres préférés de votre fille/fils

CONSEIL N°3 : opter pour l’humour
> sélectionnez des livres amusants

CONSEIL N°4 : jouer en lisant
> faites les voix des personnages

CONSEIL N°5 : et après discuter
> demandez leur quelle page ils ont préféré

L’éducation de vos petits-enfants, vous en pensez quoi ?

Si parfois vous trouvez que leurs parents sont trop durs avec eux,
si parfois c’est au contraire leur laxisme qui vous étonne,
si vous-même ne trouvez pas si évident de gérer les crises et les refus de coopérer de vos enfants,
nous avons trouvé la solution : LE livre indispensable pour aider les parents et les grands-parents de la nouvelle génération à gérer leurs enfants et petits-enfants, sans tomber dans l’autoritarisme ni le laxisme.

Comment réagir avec bienveillance face à un enfant qui tape ou ne respecte pas les règles, sans pour autant le laisser faire ? Est-ce vraiment en obligeant un enfant à partager qu’il va devenir généreux ? Comment maximiser nos chances pour faire naître chez nos enfants et petits-enfants les valeurs qui nous sont chères (l’altruisme, la générosité, le respect, la confiance en soi, etc.) ?

Si vous souhaitez mieux comprendre pourquoi les enfants d’aujourd’hui ne sont pas comme les enfants d’hier, et participer à faire d’eux les adultes heureux de demain, ce livre est pour vous.
Et si avez envie d’aider vos enfants à améliorer leur quotidien de parents, empressez-vous de le leur offrir ! Ce livre, à mille lieues des grandes théories et leçons moralisatrices, est tourné vers la « vraie vie » de tous les jours. Avec de vrais morceaux de bonne humeur et une multitude de solutions pratiques. Pour un même objectif : un quotidien bien plus serein !

Extrait du livre de Charlotte Ducharme « Cool Parents Make Happy Kids » (éditions Marabout):*
« Travaillant à dix minutes à vélo de l’école (un choix mûrement réfléchi), j’en profite pour déjeuner régulièrement en tête à tête avec Joy [ma fille], dans notre café préféré. Les serveurs sont super sympas et l’un d’entre eux a l’habitude de nous offrir à chacune deux nounours en chocolat à la fin du repas. Mais une fois, il ne nous en a donné qu’un seul… Il fallait voir la tête de Joy ! Elle me réclame alors un deuxième nounours. Je lui explique que c’est impossible : « Le monsieur est déjà très gentil de nous donner un nounours. Maintenant, il a rangé la boîte, on ne peut pas le déranger pour lui en réclamer un deuxième. Si tu veux, je peux te donner le reste du mien. » Mais comme j’aurais dû m’y attendre, elle me répond : « Non, j’en veux un entier ! »

Là, j’ai trois solutions à ma portée :
1. La solution laxiste : je dérange le serveur (impossible, j’aurais eu trop honte !).
2. La solution stricte : je reste sur mon refus autoritaire (un non, c’est un non), envisageant un éventuel conflit. Mais cette solution ne l’empêchera pas de refaire des caprices dans le futur, bien au contraire.
3. La solution bienveillante : je suis dans l’empathie. À trois ans et demi, ces deux nounours sont tout ce qu’elle espère depuis le début du déjeuner. Et comme il n’y a jamais de bonbon à la maison, pour elle, c’est une occasion inespérée. J’utilise la fameuse « technique du rêve ».

« La technique du rêve »
« Je comprends que tu veuilles un deuxième nounours, car d’habitude, il t’en donne toujours deux (je manifeste de l’empathie), moi aussi, j’adore ça ! Tu imagines si, à la maison, on pouvait remplir la baignoire de nounours en chocolat ? Ce serait vraiment génial, non ? ! (Là, c’est le rêve…) Tu crois qu’on arriverait à tous les manger d’un coup ? Est-ce que toi, tu les garderais pour en manger un chaque jour, ou tu mangerais tout en une fois ? »

Je poursuis par d’autres distractions et questions, de le faire réflé- chir sur autre chose. D’ailleurs, même si détourner son attention paraît plus pratique qu’éducatif, scientifiquement, cela permet à l’enfant qui était en train d’utiliser son cerveau émotionnel, de switcher pour utiliser son cerveau rationnel, ce qui va justement l’aider, à cet instant, à maîtriser son émotion.

Pour finir, je prends Joy dans mes bras et, tout en continuant à discuter, je me dirige tranquillement vers la sortie : « Au revoir, Monsieur, merci ». Et voilà : une crise désamorcée Une simple pirouette m’a permis de lui donner ce qu’elle souhaitait de façon imaginaire, et de lui donner la possibilité d’y rêver… »

L’enfance, c’est le temps du rêve. Alors pourquoi ne pas sauter sur ce type d’occasion pour rêver ensemble, plutôt que de vouloir raisonner notre enfant à tout prix ?

Ce livre est une occasion unique de perfectionner votre rôle de Grand-Mère cool et bienveillante. Vous pouvez même l’offrir à vos enfants, pour leur plus grand bonheur…et celui de vos amours de Petits-Enfants !

Livre Cool Parents Make Happy Kids

*Reproduction interdite de l’extrait

 

J’ai eu beau faire, impossible de renouveler en un Noël le stock lecture de mes petits-enfants ! Ces quelques repérages devraient toutefois me permettre de tenir l’hiver avec eux, que ce soit à bord d’un TGV ou au coin de la cheminée. Car, à dire vrai, je ne m’en lasse pas !  

Dès 3 ans. Petite taupe, ouvre-moi ta porte ! (éd. Auzou)
Au coeur de l’hiver, tous les animaux de la forêt se sont passé le mot pour aller trouver le gîte et le couvert chez la petite taupe, aussi généreuse que bonne cuisinière. Toc-toc-toc! Qui est là ? Réponse : un petit livre plein de tendresse qui fonctionne aussi très bien en été ! Disponible chez votre libraire préféré.

Dès 3 ans. Trois histoires de frères et soeurs (Gallimard Jeunesse).
Entre « Le grand secret », « Je veux une petite soeur » et « Chut, chut, Charlotte », vos petits-enfants se retrouveront forcément dans cette compilation des trois plus jolies histoires autour de la famille. Un moyen très « compact » d’aider chacun à bien trouver sa place dans la tribu ! Disponible chez votre libraire préféré.

Dès 4 ans. La Véritable histoire du Grand Méchant Mordicus (éd. Sarbacane).
Encore une forêt, mais dans laquelle s’aventure cette fois un petit garçon prénommé Félix, visiblement impatient de rencontrer cette drôle de créature aux yeux jaune. Mais pourquoi diable? Une affaire de famille habilement expliquée aux enfants. Disponible chez votre libraire préféré.

Dès 4 ans. Mog oublie tout (éd. Albin Michel Jeunesse).
Mog n’est décidément pas une chatte comme les autres. Elle fait n’importe quoi…mais ne comprend pas pourquoi tout le monde la gronde. Le réponse se trouve quelque part dans la cuisine…Disponible chez votre libraire préféré.

Dès 6 ans. La galette du roi loup (éd. Lito).
Une version plus « citadine » du Petit chaperon rouge, dans laquelle Juliette n’a aucun scrupule à faire du méchant loup…son roi ! Adorable et décalé. Disponible chez votre libraire préféré.

Dès 8 ans. Au fil des émotions (éd. Gautier-Langereau).
Fierté, admiration, jalousie, mélancolie, satisfaction… Quand on est enfant, cela fait parfois beaucoup à gérer en même temps. Devenu best-seller en Espagne, cet album aide l’enfant à mettre des mots sur ce qu’il ressent, sans toujours comprendre pourquoi. A lire à deux…pour en parler après. Disponible chez votre libraire préféré.

Dès 11 ans. Everything, Everything (éd. Bayard).
L’histoire de cette jeune fille « allergique au monde » en raison d’une maladie rare a déjà séduit plus d’un collégien. En la faisant découvrir à votre petite-fille ou votre petit-fils, soyez certaine qu’il ne verra plus l’Amour – avec un grand A – du même oeil. Un livre qui transporte autant qu’il émeut. Disponible chez votre libraire préféré.

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Quand on aime, on ne compte pas. On ne regarde pas toujours non plus, d’ailleurs. Encore moins à la dépense. On flashe, un point c’est tout.

Dans une librairie, par exemple, c’est tout moi. Je vois – un livre culte, un qui me rappelle ma jeunesse, un ouvrage au look super rétro – et je prends ! Mais l’autre jour, quand même, musardant avec appétit entre les allées de mon repaire littéraire préféré pour gâter mes petits-enfants, j’ai marqué l’arrêt au rayon jeunesse : « Mais cet album, au fait, comment est-il arrivé jusqu’ici ? Qui l’a écrit ? Qui l’a illustré ? Pourquoi sa pile est-elle là et pas ailleurs ? Et qui me dit que c’est vraiment adapté à l’âge de mon petit-fils ? « .

Pour en avoir le cœur net et ne pas offrir idiot, j’ai décroché mon téléphone et pris d’assaut le standard du saint des saints germanopratins : les éditions Gallimard. Et, là, j’ai ENFIN tout compris, grâce à Alice – responsable éditoriale « Petite enfance & Albums ».

1/ Dites moi, Alice, pourquoi ce livre et pas un autre ?
– Mis à part les projets que nous commandons directement à l’auteur et à l’illustrateur, en leur donnant des indications précises (thème, format, …), nous fonctionnons au coup de cœur. Ce fut le cas notamment pour « Polarman », un album pour les 4/8 ans autour de la générosité et du partage, dont le texte et les premiers crayonnés de Gilles Rapaport nous ont convaincus.

2/ Avant moi et mes petits-enfants, qui a déjà lu le livre ?
– Le comité de lectures, les éditeurs…tous se sont mis dans la peau de l’enfant qui découvrira le livre. Autre critère : il faut pouvoir s’imaginer lire et relire un texte à un enfant. Si nous-mêmes on s’ennuie, on ne va pas plus loin. Il y a souvent beaucoup d’humour dans nos albums… On pense aux enfants bien sûr, mais aussi aux adultes ! Notre exigence de qualité est la même pour tous les publics.

3/ Et qui a choisi les dessins ?
– Si un auteur arrive avec un texte seul, nous le « marions » nous-mêmes à un illustrateur ou une illustratrice. On a ainsi vu de très beaux duos se créer, l’auteur laissant l’illustrateur libre de traduire en dessin le héros qu’il s’est figuré par écrit …et dans sa tête. Pour « Embrasse-moi », un recueil de poèmes d’amour de Prévert parfaitement intergénérationnel, il nous fallait un style qui s’adresse à tous les âges, comme celui de Ronan Badel. Parler d’Amour avec un grand A en famille supposait cette approche un peu différente.

4/ Combien de temps s’écoule entre le manuscrit et la sortie en librairie ?
– Si je prends l’exemple de « Moi j’aime Noël », un livre à grands rabats destiné aux enfants à partir de 1 an, avec des matières à toucher et des pages cartonnées très solides, neuf mois.

5/ Tant que ça ?!
– Il y a de nombreuses étapes dans la création d’un album : le choix du format et du papier, le découpage et le déroulé de l’histoire (si celle-ci est trop longue, on peut demander à l’auteur de resserrer son texte), les crayonnés puis la réalisation des illustrations, la mise en page par nos graphistes, le choix de la typo (sans oublier le titre et la couverture, puisque c’est à travers eux que se fera la rencontre avec nos jeunes lecteurs…et vous !), la correction du texte et des épreuves de photogravure (comme un « brouillon » du livre), l’impression définitive et la reliure !

6/ Ouf ! Mais avec tout ça l’album n’est toujours pas en rayon…
– Les milliers d’exemplaires attendent dans un entrepôt avant d’être distribués par camion. En alerte grâce à nos représentants, les libraires – au courant six mois avant vous des futures parutions – les attendent avec impatience …!

Limpides, les explications d’Alice. Quelque chose me dit que je ne choisirai désormais plus mes livres « juste comme ça »…. D’ailleurs, j’y retourne !
Bonne(s) lecture(s) à toutes !

 

 

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Nos parents ont chacun un papa et une maman, ce sont nos grands-parents. On ne les voit pas tout le temps et on peut faire avec eux des choses qu’on ne fait pas avec nos parents. Mine de rien, ce qui se passe avec nos grands-parents, c’est très important.

Les Grands-Parents de Catherine Dolto, à lire dès 2 ans à tous vos petits-enfants.

Un vent nouveau souffle sur les bibliothèques de vos petits-enfants ! A travers ces albums, romans et autre petits livres à lire avec eux, vous verrez qu’un héros de conte peut faire la révolution et qu’on n’a nul besoin de baguette magique pour voir la vie en rose. Bonne lecture !

Dès 3 ans
(d’Emilie Vast – éditions MeMo). Madame Renard ferait-elle des cachoteries à ses amis de la forêt ? Le bouche-à-oreille fonctionne si bien que ni le lapin, ni le pic-vert, ni la libellule et encore moins le cerf ne pourront garder le secret bien longtemps. Sur fond de chardons, de roseaux et de fraise des bois, ce livre évoque avec poésie et simplicité le commencement de la famille.

La petite soeur du petit chaperon rouge (de Didier Lévy – éditions Milan). Le Petit Chaperon Rouge a bien grandi et sa grand-mère a bien vieilli. Déjà célèbres dans le monde entier, elles veulent désormais être riches et transformer la forêt en parc d’attraction. Mais le loup, bien que fatigué, ne l’entend pas de cette oreille ; pas plus que Carlotta, la petite sœur méconnue du Petit Chaperon rouge…

Dès 4 ans
Chez nous (de Carson Ellis – éditions Hélium). Les illustrations tiennent ici plus de place que le texte, mais c’est pour voir de plus près le pigeon voyageur qui passe de maison en maison, de château en tronc d’arbre, de masure en atelier d’artiste. Les familles qui peuplent ce monde n’ont pas toutes le même logis mais y coulent des jours heureux.

Dès 6 ans
La vie magique (de Françoize Boucher – éd. Nathan). Pleine de surprises, la vie est bien plus merveilleuse qu’on ne l’imagine. Sauf que, parfois, on aimerait bien être doté de pouvoirs magiques pour – par exemple – s’endormir du premier coup, changer de coiffure toutes les cinq minutes, effacer ses mauvais souvenirs ou faire disparaître la contravention qui rend maman de mauvaise humeur. L’auteur la plus déjantée mais aussi la plus juste des 6-8 ans récidive avec un album décapant (qui est aussi fluo. Chouette !).

Dès 9 ans
Une Belle Brochette de Bananes (de Jean-Philippe Arrou-Vignod – éd. Gallimard jeunesse). Le tome 6 des aventures de cette « famille aux petits oignons » – comptant six frères mais aussi une grand-mère, un grand-père, et un père qui se pique de raconter tout l’arbre généalogique ou presque en photos – est attendu en librairie début mars. Heureusement pour les fans, on peut le pré-commander en ligne dès maintenant !

Il faut bien s’y résoudre : la saison des bottes et des marrons sonne le glas des aventures de « Trucmuche à la plage » et autres ouvrages tendance maillot de bain. Comme leurs parents n’ont le temps de rien et, vous, une irrépressible envie de dévaliser les rayons des librairies, Grand-Mercredi vous dresse la liste parfaite des ouvrages à leur offrir…avant de leur lire. Vous verrez: vous aussi, ça va vous changer !

Dès 18 mois
Mon grand livre des mots (Gründ). L’imagier comme vous ne l’avez jamais vu: grand, en carton recyclé et imprimé à l’encre végétale. Le combo parfait pour évoquer, avec un soupçon de convictions éco-responsables dans la voix, sept univers chers à l’enfance, du zoo à la vie à la maison.

Dès 3 ans
Dans la maison de ma grand-mère (Albin Michel). Il y a de tout chez la grand-mère de Sally: une poule en porcelaine, des tournesols encadrés ou en pot, du papier peint à fleurs et surtout un généreux goûter servi au jardin. Autant de repères que la petite fille, qui y a ses habitudes chaque jour après l’école, prend plaisir à retrouver.

Barbapapa – Boîte d’éveil – La Famille (Les livres du Dragon d’Or). Barbidou, Barbabelle, Barbidul… On s’y perd parfois entre tous les membres de cette drôle de tribu. Il n’est jamais trop tard pour réviser ses classiques des 70’s et, grâce aux 9 mini-puzzles (à deux morceaux !) fournis dans ce coffret, reconstituer chaque personnage généralement « gros en bas » et « maigre en haut ».

Dès 4 / 5 ans
Le grand livre-jeu des gourmands (Nathan). Tous les moyens sont bons pour apprendre aux petits à différencier un fruit à pépins d’un fruit à noyau ou leur montrer combien la recette du « burger malin » leur est plus profitable qu’un paquet de chips. Dans cet album aux couleurs aussi acidulées qu’une pastèque, on fait appel à une fusée pour causer vitamines et on soulève des volets pour ne pas manquer une miette de la cuisine du monde.

Oh j’ai perdu mon nom ! (lostmy.name). Qu’on s’appelle Sidonie ou Victor, même Charles-Hippolyte ou Marie-Clothilde, un prénom ça ne se perd pas! Et pourtant… Lettre après lettre, le héros/l’héroïne de cette histoire personnalisable part en quête de son identité, croisant sur son chemin d’étonnants personnages (un troll dégotant un « T », un elfe dénichant un « E » etc…). Tant et si bien que Jules n’aura pas la même histoire que Louise… A commander sur https://www.lostmy.name/fr Existe pour fille/garçon, en 9 langues différentes.  Livraison gratuite.

Commandez votre livre en cliquant ici

Oh j'ai perdu mon nom

 

Jusqu’à 7 ans
Je comprends comment ça marche (Dokéo – Nathan). Il y a des jours comme ça, où vos petits-enfants vous déversent des brouettes entières de points d’interrogation. « Et pourquoiiiiii…..????? », « Oui mais comment ça se faiiiiiiiittttt……????? ». 50 de ces questions existentielles – « Pourquoi mon ballon de foot est rond ? », « Comment on fait la farine ? », « D’où vient l’eau du robinet ? » – trouveront leur réponse ici. Ne nous dîtes pas merci.

Dès 8 ans
Les grandes questions d’Archilapin (Autrement). Des questions, encore et toujours, pour aborder avec humour la philosophie enfantine (ça existe), mettre des mots sur ses émotions et mieux comprendre pourquoi on est comme ça…et pas autrement. Archilapin, lui, se demande notamment pourquoi il voue une telle adoration aux chips de carotte. Et votre petit-fils/petite-fille ?

Le livre qui t’explique enfin tout sur les parents (Nathan). Sous-titré « Pourquoi ils te font manger des légumes et tout le reste »), fourni avec un « monstre de porte » détachable afin de ne pas être dérangé dans sa chambre, l’un des plus célèbres opus de Françoize Boucher se rend complice des enfants qui, parfois (souvent), ont du mal à saisir le mode de fonctionnement de leurs parents, ces « créatures complètement exceptionnelles »… Un livre hilarant qui les rassure surtout sur l’amour indéfectible qu’on leur porte (d’où ce côté « super collants »).

Dès 9 ans
Le chat qui ne mangeait pas de souris (Père Castor – Flammarion). Un roman à moustache qui plonge son jeune lecteur dans les entrailles d’une vieille auberge londonienne, où l’on reproche au chat Skilley de n’avoir qu’un seul défaut : le matou préfère de loin le fromage aux souris, ses petites protégées. Ensemble, ils redoubleront de ruse pour faire face à Pinch, un vrai chat de gouttière venu jouer les troube-fête.

Vous aimerez aussi...