Une sélection de livres à lire dès 18 mois - Grand-Mercredi
BOUTIQUE

La valise littéraire de l’automne (dès 18 mois)

Selection-livres-des-18-mois

Il faut bien s’y résoudre : la saison des bottes et des marrons sonne le glas des aventures de « Trucmuche à la plage » et autres ouvrages tendance maillot de bain. Comme leurs parents n’ont le temps de rien et, vous, une irrépressible envie de dévaliser les rayons des librairies, Grand-Mercredi vous dresse la liste parfaite des ouvrages à leur offrir…avant de leur lire. Vous verrez: vous aussi, ça va vous changer !

Dès 18 mois
Mon grand livre des mots (Gründ). L’imagier comme vous ne l’avez jamais vu: grand, en carton recyclé et imprimé à l’encre végétale. Le combo parfait pour évoquer, avec un soupçon de convictions éco-responsables dans la voix, sept univers chers à l’enfance, du zoo à la vie à la maison.

Dès 3 ans
Dans la maison de ma grand-mère (Albin Michel). Il y a de tout chez la grand-mère de Sally: une poule en porcelaine, des tournesols encadrés ou en pot, du papier peint à fleurs et surtout un généreux goûter servi au jardin. Autant de repères que la petite fille, qui y a ses habitudes chaque jour après l’école, prend plaisir à retrouver.

Barbapapa – Boîte d’éveil – La Famille (Les livres du Dragon d’Or). Barbidou, Barbabelle, Barbidul… On s’y perd parfois entre tous les membres de cette drôle de tribu. Il n’est jamais trop tard pour réviser ses classiques des 70’s et, grâce aux 9 mini-puzzles (à deux morceaux !) fournis dans ce coffret, reconstituer chaque personnage généralement « gros en bas » et « maigre en haut ».

Dès 4 / 5 ans
Le grand livre-jeu des gourmands (Nathan). Tous les moyens sont bons pour apprendre aux petits à différencier un fruit à pépins d’un fruit à noyau ou leur montrer combien la recette du « burger malin » leur est plus profitable qu’un paquet de chips. Dans cet album aux couleurs aussi acidulées qu’une pastèque, on fait appel à une fusée pour causer vitamines et on soulève des volets pour ne pas manquer une miette de la cuisine du monde.

Oh j’ai perdu mon nom ! (lostmy.name). Qu’on s’appelle Sidonie ou Victor, même Charles-Hippolyte ou Marie-Clothilde, un prénom ça ne se perd pas! Et pourtant… Lettre après lettre, le héros/l’héroïne de cette histoire personnalisable part en quête de son identité, croisant sur son chemin d’étonnants personnages (un troll dégotant un « T », un elfe dénichant un « E » etc…). Tant et si bien que Jules n’aura pas la même histoire que Louise… A commander sur https://www.lostmy.name/fr Existe pour fille/garçon, en 9 langues différentes.  Livraison gratuite.

Commandez votre livre en cliquant ici

Oh j'ai perdu mon nom

 

Jusqu’à 7 ans
Je comprends comment ça marche (Dokéo – Nathan). Il y a des jours comme ça, où vos petits-enfants vous déversent des brouettes entières de points d’interrogation. « Et pourquoiiiiii…..????? », « Oui mais comment ça se faiiiiiiiittttt……????? ». 50 de ces questions existentielles – « Pourquoi mon ballon de foot est rond ? », « Comment on fait la farine ? », « D’où vient l’eau du robinet ? » – trouveront leur réponse ici. Ne nous dîtes pas merci.

Dès 8 ans
Les grandes questions d’Archilapin (Autrement). Des questions, encore et toujours, pour aborder avec humour la philosophie enfantine (ça existe), mettre des mots sur ses émotions et mieux comprendre pourquoi on est comme ça…et pas autrement. Archilapin, lui, se demande notamment pourquoi il voue une telle adoration aux chips de carotte. Et votre petit-fils/petite-fille ?

Le livre qui t’explique enfin tout sur les parents (Nathan). Sous-titré « Pourquoi ils te font manger des légumes et tout le reste »), fourni avec un « monstre de porte » détachable afin de ne pas être dérangé dans sa chambre, l’un des plus célèbres opus de Françoize Boucher se rend complice des enfants qui, parfois (souvent), ont du mal à saisir le mode de fonctionnement de leurs parents, ces « créatures complètement exceptionnelles »… Un livre hilarant qui les rassure surtout sur l’amour indéfectible qu’on leur porte (d’où ce côté « super collants »).

Dès 9 ans
Le chat qui ne mangeait pas de souris (Père Castor – Flammarion). Un roman à moustache qui plonge son jeune lecteur dans les entrailles d’une vieille auberge londonienne, où l’on reproche au chat Skilley de n’avoir qu’un seul défaut : le matou préfère de loin le fromage aux souris, ses petites protégées. Ensemble, ils redoubleront de ruse pour faire face à Pinch, un vrai chat de gouttière venu jouer les troube-fête.

Fermer et retourner à l'article