Archives des famille - Grand-Mercredi
Sauver vie enfants et petits-enfants

Article

12 trucs qui vont vraiment sauver la vie de vos Enfants (et de vos Petits-Enfants)

1. C’est la fin de l’année. Tout le monde est épuisé et vos petits-enfants ne dorment pas bien ! Prenez-les chez vous une nuit. Vous aurez tout le temps de récupérer les autres jours. Et pour vos enfants c’est l’occasion de faire une bonne nuit réparatrice.

2. Envoyez à vos filles et belles-filles chaque lundi, 5 idées de menus pour la semaine : équilibrés, sains et gourmands. Ce sera toujours 30 minutes de gagnées chaque jour pour elles et c’est une bonne façon de les aider. Un petit SMS et le tour est joué !

3. Trouvez des histoires du soir répondant à ces deux critères : aventures incroyables et en 5 pages maximum. C’est l’assurance que vos Petits-Enfants auront des histoires du soir à l’imaginaire tout-puissant et vos enfants des « heures de coucher 5 min top chrono ».

4. Donnez-leur un tuyau pour des vacances inoubliables en famille : Abritel®-HomeAway™. Un, sur ce site, ils ont le choix dans toutes les régions de France et même ailleurs. Et deux, ils peuvent trouver la maison qui leur ressemble vraiment.

5. Incitez-les à faire une petite cure de vitamines maison : orange pressée chaque matin, et fruits et légumes frais pour tout le monde le soir ! C’est la garantie de tenir jusqu’à la fin de l’année sans tomber malade.

6. Jouer les Grands-Parents sauve-qui-peut en organisant vous-mêmes des vacances en famille. Pour ça rien de plus simple en cliquant ici. Vous rentrez tous les critères importants (région, dates de séjour, nombre d’adultes et d’enfants) et hop des maisons de vacances vous sont proposées ! Et vous pourrez même lire ce que pensent les autres vacanciers de ces maisons pour être bien sûre de votre choix ! C’est ici !

7. Abonnez vos petits-enfants à leur magazine préféré et glissez-leur un petit mot top secret « Mes petits chéris ce magazine est à lire le samedi matin quand maman et papa font dodo ».

8. Emmenez vos petits-enfants voir un spectacle de Noël pendant que vos enfants se reposent et finissez par un bon chocolat chaud tous ensemble.

9. Organisez des déjeuners « S.O.S » avec vos filles et belles-filles en semaine (en bas de leurs bureaux) et demandez-leur de vous mettre à contribution : que puis-je faire pour vous soulager ? Certaines vous demanderont de l’aide à l’heure du bain ou des devoirs, d’autres demanderont un week-end tous ensemble en famille. Dans tous les cas, vous êtes gagnantes car vous verrez encore plus vos Petits-Enfants !

10. Imposez le dicton suivant à tous vos enfants : Partez en famille un week-end par mois et sans les enfants une semaine par an avec des idées ici !

11. Organisez une fois par mois un grand-mercredi en Musique pour faire découvrir à tous vos Petits-Enfants la musique de votre époque (la musique, ça marche à tous les âges, c’est donc la garantie de tous les rassembler). Une fois un concert, une autre fois un CD dans votre salon et pourquoi pas louer un instrument pour un après-midi !

12. Pendant cette période de Noël, proposez évidemment de vous occuper d’une partie de la liste des cadeaux. Envoyez un SMS à tous vos enfants : « Cette année je me transforme en Mère Noël, envoyez-moi les listes de vos enfants, je gère !».

 

La famille c’est Génial ! Grâce à cet « arbre GENIALogique de mes ANCETRES », apprenez à vos Petits-Enfants l’histoire de leur famille.
Retrouver tous vos ancêtres et remontez dans le temps en racontant des tas d’histoires de votre famille à vos Petits-Enfants.
Il suffira ensemble de coller une photo de votre soeur ou de dessiner votre arrière grand-oncle avec la plus grande imagination de vos Petits-Enfants.

Téléchargez l’arbre gratuitement en cliquant ici ou sur le visuel ci-dessous.

Retrouvez plus d’informations sur le nouveau film de Disney Pixar, Coco.

L’esprit de famille. Vaste sujet que je me suis mis en tête de faire perdurer de génération en génération, surtout depuis que l’un de mes amis psychologue pour enfants m’a récemment dit « Pour donner confiance aux jeunes adultes, cultiver l’esprit de famille et rien d’autre ».
Je me suis demandé s’il m’envoyait telle une missionnaire vous dire tout ça, quoi qu’il en soit je me rends compte que c’est bien NOUS, les Grands-Parents, qui sommes responsables de l’esprit de famille.

D’abord parce qu’on en donne le goût à nos propres enfants qui, je l’espère, le reproduiront plus tard avec les leurs. Puis, dans notre quotidien de Grand-Parent à coup de déjeuners et dîners de famille (je les entends souffler quand je leur dit « prenez date » des semaines à l’avance…mais ils sont toujours heureux de se retrouver).

Et puis il faut varier, ne pas toujours faire ça au même endroit.
Alors je lance des week-ends que j’essaie de faire perdurer malgré mon fils qui n’est jamais libre, ma belle-fille qui travaille comme une dingue et les zones de vacances scolaires des uns et des autres. Mais je m’y accroche.
Sans parler des dîners de Noël (vaste sujet que je vous propose de ne pas aborder ici pour cause d’abandon définitif de ma mission).

Mais il y a une occasion qui marche à tous les coups, sans que jamais personne n’ait rien à redire : l’anniversaire des Petits-Enfants en famille. Je les fête chez moi autour d’un goûter pour que tous les petits cousins se retrouvent.

Non seulement personne n’a jamais rien à redire sur la date, mais en plus tout le monde vient avec le sourire et c’est un souvenir pour toutes les générations !

Que vous en soyez conscientes ou non, vos petits-enfants sont au centre de votre vie. Et chez Grand-Mercredi on l’a bien compris.
Découvrez 10 points dans lesquels vous vous retrouverez obligatoirement !

1) Je suis toujours disponible pour mes petits-enfants : qu’ils aient besoin d’aide pour un exercice de mathématiques, d’un conseil, ou simplement d’une oreille à l’écoute.

2) J’ai plein d’histoires à leur raconter (apaisantes ou amusantes) peu importe… je me suis découverte une âme de conteuse.

3) Je joue avec eux… à la marelle, au football, et je me suis même découverte une âme de Judoka !

4) Je prends soin d’eux … mon sac à main est une réelle pharmacie (pansements, désinfectant, sirop…)

5) Je n’oublie jamais une date importante : Anniversaires, fêtes, épiphanie… je l’avoue volontiers, j’ai un super calendrier dans ma cuisine pour être sûre de ne rien oublier.

6) Je respecte toujours la décision de mes enfants et je n’interviens que lorsqu’on me sollicite.

7) Je sais les écouter … en tous cas je fais de mon mieux !

8) Je suis la reine de l’organisation… mais, je suis aussi capable de ne prévoir aucun programme pour laisser libre recours à leur imagination et à leurs envies.

9) Je n’oublie jamais la chance que j’ai, car même si avoir des petits-enfants fait partie de la vie, tous n’auront pas forcément cette chance.

10) Je place toujours la Famille au centre de tout, c’est ma priorité de vie de Grand-Mère … c’est aussi pour ça que j’adore l’arbre génialogique.

Grâce à votre smartphone, organisez de véritables séances photo avec votre Famille !
C’est simple comme Bonjour avec Doro et Grand-Mercredi !

 

Dans ce premier épisode des Grand-Mercredi Connectés avec Doro, découvrez comment utiliser très facilement l’application WhatsApp pour échanger avec toute votre Famille au travers d’un groupe de discussion !

 

Il n’y a pas d’âge pour s’intéresser à ses ancêtres et aux liens qui unissent les membres d’une même famille… Pour savoir où aller, il n’y a en effet rien de plus efficace que de savoir d’où l’on vient.

L’élaboration d’un arbre généalogique trouve tout son sens !

Grand-Mercredi vous propose les 5 raisons essentielles qui vous donneront envie de réaliser, avec vos Petits-Enfants, l’arbre généalogique de votre famille.

1) Connaître ses origines… C’est essentiel, et quoi de mieux qu’un arbre généalogique pour aider ses petits-enfants à se situer parmi les membres de sa famille et ainsi les aider à trouver leur place.

2) Enseigner l’importance des valeurs familiales… C’est le meilleur moyen de resserrer les liens familiaux et de rappeler aux enfants que la famille est au cœur de tout.

3) Faire découvrir la généalogie à ses Petits-Enfants… C’est aussi leur offrir un temps d’avance puisque c’est une activité à laquelle ils seront confrontés tôt ou tard dans le cadre scolaire.

4) Faire une heureuse découverte… Qui sait vous pourriez aussi vous découvrir des origines cachées ou une noblesse que vous ignoriez.

5) Construire leur arbre généalogique… C’est l’occasion de pratiquer une activité ludique dans laquelle vos petits-enfants auront une place centrale.

Découvrez dès à présent l’arbre généalogique Grand-Mercredi.

 

 

Entre le baptême de ma petite-fille Zoé le week-end dernier par 35 degrés à l’ombre (d’ailleurs suivez ici un petit mode d’emploi génial) et les préparatifs des fiançailles (bis) de ma fille Alice avec Bruno (futur nouveau gendre « officiel »), laissez-moi vous dire que j’ai eu tout le loisir d’observer ma famille à la loupe.

Tandis que tout ce petit monde savourait le plaisir d’être ensemble – et moi celui d’être avec eux – j’ai fait ma rebelle. Installée à l’ombre d’un catalpa, j’ai statué sur mon « cas ».
Celui d’une Grand-mère divorcée mais heureuse, à la tête d’une tribu cousue et redécousue par les ans et les aléas de la vie, goûtant la compagnie des pièces rapportées comme celle des « demi quelque chose », un peu perdue parfois entre les beaux-parents des uns et des autres…mais définitivement fière de sa famille.

Dans le lot, certes, j’en trouverai toujours un qui raconte systématiquement la même histoire drôle, une qui se trouve toujours une excuse au moment de débarrasser ou encore un qui ne donne jamais de nouvelles du bout du monde. Mais – car il y a un « mais » – je leur apprends, à tous, à se (et à me !) supporter.

Pour cela, j’avoue que j’ai trois armes secrètes :
1. Partir une fois par an tous ensemble pour un long week-end. Le truc incontournable dans l’agenda de chacun. Cette année, ce sera à la Pentecôte.

2. Glisser dans le sac de mes Petits-Enfants, selon leur âge : une planche de gommettes qui dit tout de la famille (votre libraire a bien en rayon des stickers de pandas petits/grands/moyens ou une armée de chevaliers autocollants tous différents), le fameux petit Dolto « La famille » (pour tout bien comprendre, à commander juste ici, ou encore pour la version « Famille recomposée ».
Pour les plus grands, je ne jure que par le livre ultra-efficace « Quart de frère, quart de soeur » (pour les plus grands, disponible juste ),  et « Je suis ton soleil », le best-seller pour ados qui en dit long sur la relation mère/fille, disponible ici.

Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais je peux vous dire que ça fait son petit effet. Depuis, je n’ai plus jamais entendu quiconque dire du mal de sa famille !

 

Inscription à la lettre de Granny

Christophe et Marina Ducharme sont grands-parents, alors croyez-nous, la vie de famille ils savent ce que c’est !

Le Sénechal est un hôtel familial situé en plein cœur du village d’Ars-en-Ré. Tout y a été fait et pensé avec goût et on s’y sent bien: un hôtel tout à fait charmant, dont on peut facilement tomber amoureux !
22 chambres en tout, avec des vues sur les toits du village, le clocher, la mer ou les champs.
Demandez une chambre communicante avec celle de vos petits-enfants, louez des vélos et hop, en avant pour des souvenirs en or.

Pour les familles nombreuses, il vous est possible de louer des maisons ou appartements à la semaine !

Hôtel Le Sénéchal
6, rue Gambetta – 17590- Ars-en-Ré

Infos et réservations ici http://www.hotel-le-senechal.com/
Ou envoyer un mail à Christophe et Marina : hotellesenechal@orange.fr

Age : petits-enfants à partir de 3 ans
Sécurité : basique
Baby sitter sur place ? : système de nounou à prévoir

 

Inscription à la lettre de Granny

Depuis des années ou presque (en tout cas régulièrement), vous vous endormez le soir dans l’idée qu’une belle photo de vous avec vos enfants et vos petits-enfants, voire un impeccable cliché de votre garde rapprochée avec sourires et regards à l’unisson, ne doit exister que dans un monde parallèle. Grand-Mercredi a pénétré pour vous la 12ème dimension et vous jure la main sur l’obturateur qu’il est temps d’espérer votre photo. Celle de votre famille, pour vous ou ceux que vous aimez. Mon tour de France des meilleurs pros de l’objectif prêts à venir jusqu’à vous pour réaliser l’impossible se trouve ci-dessous.

Attention, le petit oiseau va sortir…

Paris
Olivier Boulet. En voici un qui en avait assez de ne jamais être sur les photos. Alors, il a pensé aux autres. Et décidé de redonner à la photo de famille un coup de pep’s, laissant l’originalité s’approcher de la tradition. Résultat décalé garanti, en adéquation avec la personnalité de chacun.
Site Internet : www.portraitdefamille.com
tél.: 06 52 44 35 92. A partir de 500€.

Andrane de Barry. Bookée des mois à l’avance pour les mariages les plus hype de l’Hexagone, cette jolie blonde est avant tout une spécialiste du portrait. Capter l’instant magique qui fera la différence une fois encadré, c’est son truc.
Site Internet : www.andrane-de-barry.com
Email: andrane@andrane-de-barry.com
Prix : 300€ la prise de vue « portrait de famille« 

Bonus
Et si vous souhaitez vous inspirer de poses originales, courez vite à l’Hôtel de Ville de Paris, sur les grilles duquel les photos de famille monumentales de Katya Legendre sont exposées à partir du 15 janvier, tout droit inspirées de passions aussi différentes que l’art, le cinéma ou…Alice au Pays des merveilles.

Lille
Capucine Lamoitte. Sur Instagram, ceux qui la suivent reconnaîtraient entre mille son oeil tendre et malicieux, qui se pose comme une plume sur les joues rebondies d’un bébé (Capucine travaille aussi pour la mode enfant) ou le sourire des amoureux. La candidate idéale pour faire cadeau à votre bru de la photo dont vous avez toujours rêvé !
Site Internet : http://studio4802.tumblr.com/
Email: capucine.lamoitte@neuf.fr
Prix : Compter environs 240€

Lyon
Queen Charlotte. « Kids », « Family », « A table »… Les rubriques de son site ne trompent pas : avec Loïs la franco-espagnole, les scènes de la vie de tous les jours sont reines. Du bouquet de pâquerettes au câlin volé, elle saura saisir l’incognito, et surtout sans que la famille ait besoin d’en faire des tonnes. Nous, on adore !
Site Internet : http://ilovequeencharlotte.com
Email : hello@ilovequeencharlotte.com
Prix : A partir de 350€ le shooting famille.

Marseille / Aix-en-Provence
Marie-Pacifique Zeltner. Mettez de côté votre hantise du contre-jour ou du manque de lumière : avec un aussi joli prénom, cette mère de deux enfants en fait son affaire. D’une fraîcheur acidulée, ses clichés ont leurs fans un peu partout dans le monde. Son talent est inné; son sens du détail aussi.
Site Internet : www.studiobibemus.com
Instagram : @surmacolline.
Prix : A partir de 80€ selon la prestation et la distance.

C’est un peu comme si Katy avait exaucé l’un de mes rêves les plus fous.
Pouvoir offrir des vacances géniales, belles et faciles à mes Petits-Enfants sans devoir louer une maison pour moi toute seule ou privatiser la moitié d’un hôtel pour ne surtout déranger personne. Ça vous parle, non ?

Grâce à cette blonde maman – elle aussi sur le point de devenir Grand-Mère pour la première fois (bienvenue au club, Katy !) -, il ne vous reste plus qu’à choisir entre une bastide provençale où jouer aux cartes à table n’est pas interdit, une villa romaine où tout est prévu pour que ce ne soit pas vous qui vous occupiez du barbecue géant, un ferme lombarde près de Milan où vous pourrez apprendre les secrets des pâtes et épater vos petits-enfants à la rentrée ou encore un mas espagnol avec 30 hectares de jardin.
Sur place : tout le matériel nécessaire de 0 à 15 ans, des « enchanteurs » pour occuper les journées des jeunes troupes, des chambres communicantes, des horaires de repas à rallonge, un « couple d’hôtes » pour organiser votre programme, et une « nounou » pour préparer en amont votre séjour. Le rêve, je vous dis !

Pour réserver votre prochain séjour en famille, c’est juste ICI.

 

 

PS/ Vous me croirez ou non mais j’ai découvert une maison d’édition qui a fait le pari insensé de lancer une collection de petits bouquins dont une Grand-Mère et ses petits-enfants sont les héros. Pour retrouver Mamie Polar, c’est juste là c’est juste là.

Inscription à la lettre de Granny

On aura beau me conseiller tous les ouvrages du genre sur la zénitude enfantine, je ne jurerai jamais mieux que par mon truc à moi : la marche.

Maman, déjà, j’emmenais mes jeunes troupes avancer le nez au vent dans les bois. Ou, les soirs d’été, chasser le ver luisant sur les chemins de campagne qui fleuraient bon l’herbe coupée et la pierre tiède.

Aujourd’hui, avec mes petits-enfants, je perpétue cette habitude. Et vous garantis que la moindre balade les yeux levés vers le ciel plutôt que rivés sur un écran vaut de l’or. Au début, tout le monde traîne un peu des pieds. Puis, chacun profite du spectacle. Parle. Se confie. Boris sur ses questions existentielles d’ado « incompris »; Zoé sur ce qu’elle a appris à l’école; Adèle sur le métier de ses rêves.

Loin des trottinettes et des smartphones, ils réapprennent tous à marcher. Avec moi. Cette parenthèse m’offre ce privilège. Suivant les conseils de mon amie Sybille, j’ai même réussi à convertir Paul : au printemps, nous partirons tous les deux sur le Chemin de Compostelle. Que j’ai hâte….!

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Plus je vous lis, mieux je comprends. Je ne vais pas tourner autour du pot ni vous la faire à  l’envers: « l’autre » grand-mère est, pour vous, un vrai sujet. Pas tabou (sinon vous n’en parleriez pas, ou si peu) ; juste un sujet. Une petite musique tantôt douce, tantôt exaspérante qui vous taquine nettement, a fortiori si vous n’êtes pas les meilleures amies du monde. Plongée dans le courrier des lectrices de Grand-Mercredi, j’y ai trouvé quelques témoignages, qui vous feront dire que vous n’êtes pas seule à  craindre ou envier la mère de votre belle-fille/gendre ou, au contraire, à  avoir trouvé en elle votre double.

Mon conseil : si tout vous sépare, n’oubliez jamais que vos petits-enfants sont un ciment indéfectible. Et puis d’abord avez-vous au moins vérifié qu’elle était inscrite à Grand-Mercredi ?
Bonne lecture à  toutes !

« J’habite à  800 kilomètres de Paris et suis devenue grand-mère sur le tard (à  65 ans). Lorsque mon premier petit-fils est né, j’ai eu peur de moins le voir que la mère de ma belle-fille, qui vit près d’eux. Elle le gardait le soir, le promenait, le gâtait, l’emmenait même chez le médecin. Pour faire « aussi bien » qu’elle, je multipliais les aller-retours en train, parfois même pour 48h à  peine. J’ai vite compris que ça n’apporterait rien et, aujourd’hui, je m’arrange avec ses parents pour garder leur enfant sur de plus longues périodes. Seule, et chez moi et c’est aussi bien ».
Eliane (Cannes).

« Nous avons beaucoup d’affection pour le mari de notre fille et notre bonheur aujourd’hui est d’être les grands-parents de trois magnifiques petits-enfants. En revanche, leur Grand-Mère paternelle dit « oui » à  tout, cède au moindre caprice et fait d’eux le centre du monde. J’ai essayé d’en parler à  ma fille mais elle pense que j’exagère. Du coup, je continue à  suivre les mêmes principes éducatifs que ceux que nous avons utilisés pour nos propres enfants. Même si j’ai le sentiment que, derrière, « l’autre » grand-mère sabote tout ».
Marie-France (Lille).

« Françoise et moi étions le jour et la nuit. Lorsque nos enfants se sont mariés, elle plaidait pour une cérémonie à  la campagne; moi au bord de la mer. Je disais blanc, elle disait noir. Elle ne jurait que par les mondanités; je préférais l’intimité familiale. La naissance de nos petits-enfants (des jumeaux) a tout changé. Sur le terrain de l’affection et de la générosité, c’est comme si nous nous étions retrouvées. Nous partons même en vacances ensemble et nos maris s’adorent ! ».
Sybille (Paris).

« Je suis la première à  le regretter mais, il y a 1 an, de trop grandes dissensions avec la mère de mon gendre ont donné lieu à  une fâcherie qui n’est toujours pas résolue. Parce que nous avons la chance d’être à  l’aise financièrement, nous pouvons offrir chaque année un grand voyage au soleil à  nos enfants et
petits-enfants réunis. C’est notre plaisir. Pour pouvoir nous accompagner pas facile de s’organiser quand on est 17 , ma fille et son époux avaient dû décaler leur séjour chez les autres grands-parents. Ceux-ci l’ont mal pris, jusqu’à  nous dire que l’on « achetait » l’amour des petits, comme des grands. Je n’ai pas compris et ne comprends toujours pas. Depuis, je l’évite soigneusement, en attendant des excuses qui ne viendront peut-être jamais. C’est surtout dommage pour les petits-enfants».
Elisabeth (Paris).

« Comme j’étais encore dans la vie active lorsque je suis devenue grand-mère, et que l’autre grand-mère était déjà  retraitée avec d’autres petits-enfants, il a fallu que je m’adapte. Elle avait le temps et l’expérience; pas moi. Sans doute en voulant m’aider, elle s’est mise à  m’appeler pour me donner des conseils quand j’avais la joie de jouer la baby-sitter le week-end, m’indiquer des squares  où aller balader ma seule petite-fille. Puis, elle a fait pareil lorsque le petit-frère est né. Son côté « donneuse de leçons » m’agaçait de plus en plus. Il a suffi que j’en parle à  mon fils pour que tout s’arrête. Morale de l’histoire : je reste persuadée que les grand-mères maternelle et paternelle sont complémentaires. Chacune fait à  sa façon et le principal est que les petits-enfants soient heureux avec elles ».
Nadine (Le Blanc-Mesnil).

Si vous voulez en lire plus, « Le livre des grand-mères géniales : Pour être celle que les enfants préfèrent !» est une référence en la matière. Tout un chapitre est consacré à  « l’autre Grand-Mère ». Il se découvre ici, et pour une fois ne se partage pas !
Encore un livre indispensable et jubilatoire en hommage à  toutes les supers Grand-Mères que vous êtes.

Inscription à la lettre de Granny

Je ne crois pas vous en avoir souvent parlé… Mais ma mère, c’est un peu un cas à part. Madeleine, de son prénom, a – depuis toujours – ce je-ne-sais-quoi d’ultra-conventionnel qui donne tout son sens à l’expression « être à cheval sur ».

Autant dire que la cousinade annuelle est, pour elle, le temps fort de ce conformisme. N’allez pas croire que c’est elle qui l’organise (quoique, elle en serait bien capable). Non. Cette année, c’est à moi qu’incombe cette périlleuse mission.

Je dis « périlleuse » car j’ai toujours fait des yeux ronds comme des soucoupes en écoutant mes amies me conter par le menu leurs raouts annuels en famille, au décor de manoir berrichon ou de métairie normande. Cette fois, ce sera sur mes terres. Dans ma maison au bord de la mer.
Mais j’ai prévenu : qu’on n’attende pas de moi la pyramide de macarons pour 130 et les parties de colin-maillard par équipe. Quitte à rentrer dans le moule, la meilleure chose que je puisse encore faire serait d’offrir aux invités un arbre généalogique personnalisable, gai et sympa à faire.

Depuis que j’ai demandé à Grand-Mercredi de m’aider à faire le mien pour y caser toute ma tribu, j’y vois plus clair. Et je me dis qu’entre racines et branches, j’ai vraiment de la chance !

 

PS / Parce que chaque famille est différente, Grand-Mercredi vous propose désormais l’Arbre Généalogique 100% personnalisable ! Ils sont décidément très fort….
Cliquez ici pour vous le procurer !

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Les petits-enfants de Rao Pingru, un grand-père né en Chine dans les années 20, ont reçu un cadeau inouï : un lot d’histoires du soir garanti à vie. Comme nous le raconte « Le Monde des Livres » du 27 janvier, le nonagénaire avait entrepris – à la mort de sa compagne il y a presque dix ans – d’écrire le récit de soixante ans de vie commune.

Petit à petit, le grand-père s’est consolé en écrivant, mais aussi en dessinant : son enfance, sa rencontre avec Meitang (future mère et grand-mère), leur mariage… « Je l’ai fait pour mes petits-enfants. Ce qui est le plus précieux et le plus important, ce ne sont pas les richesses dont ils peuvent hériter, mais le témoignage que je peux leur laisser. Je ne pouvais pas raconter à chacun l’histoire de la famille, c’était plus simple d’écrire et de dessiner. Les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas forcément le temps de lire, c’est pour ça que j’ai également utilisé l’image »…, raconte-t-il au Monde.

Ces vingt cahiers sont depuis devenus un vrai livre. Il raconte le destin d’un « couple ordinaire, qui a traversé un XXe siècle extraordinaire ». Et on peut tous le lire et le regarder, même avec ses petits-enfants.

Notre Histoire. Pingru et Meitang (Seuil). A commander chez votre libraire ou juste ici

Pingru-Meitang livre

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Une Grand-Mère est une Grand-Mère, point. Sachez-le : avant 4 ou 5 ans, c’est un peu de cette façon que vos petits-enfants vous voient. D’où leur difficulté à vous imaginer sur un tricycle ou sur les bancs de l’école, alors même que vous aussi êtes passée par là.

Pourtant, comme l’explique un article de La Croix paru le 13 janvier 2017, l’atténuation progressive de cet étonnement « exprime la prise de conscience de l’enfant face au temps qui passe. C’est pour lui une découverte vertigineuse. L’enfant pressent que lui, grandissant, ses aïeuls vont aussi grandir à leur façon c’est-à-dire vieillir et… mourir. Et derrière cette constatation, la terrifiante révélation que lui aussi va grandir, vieillir et mourir un jour ».

Le bon point, c’est que votre petite-fille ou votre petit-fils intègre enfin qu’avant lui…il y a eu vous. Et donc ses parents. « Il comprend ainsi qu’il n’est pas là tout à fait par hasard, et qu’il est le fruit d’une lignée familiale », précise l’article.

D’où l’intérêt – mais vous le saviez déjà ! – de la transmission. Et l’importance fondamentale de tisser avec votre descendance « de précieux liens en lui racontant l’histoire de sa famille ».

On s’est gardé le mot de la fin : raconter et se raconter un peu, c’est grandir beaucoup.

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Olivier a toujours été d’une fidélité sans borne avec sa marraine adorée, j’ai nommé: moi.
Un SMS pour mon anniversaire, une carte de voeux à Noël, quelques dépannages informatiques et une navette maison/aéroport deux ou trois fois l’an: y’a pas à dire, ça crée des liens. Cet été, mon filleul n’est pas venu seul. Il a « un truc à {me} demander ».
A défaut de conquête, donc, une requête: ses 40 ans approchant, Olivier aimerait savoir si mon humble demeure pourrait éventuellement servir de décor à « une petite fête entre amis ». Comprendre : bamboula d’anthologie entre quadras désinhibés. Le tout « si ça ne {me} dérange pas, bien sûr ».
En échange, il promet de tailler mes lauriers, de tondre le carré de pelouse qui me sert de jardin, de me faire faire le tour des brocantes avec kilométrage illimité et de raccompagner ma mère à la gare. Un marché plutôt honnête, à mon sens. Reste à savoir si je suis fin prête à faire mes adieux à mon canapé en lin immaculé et à mes photophores géants…
C’est bien là tout le problème quand, depuis des années et par  crainte de s’y sentir trop seule, vous répétez à tout le monde que « la maison est grande ouverte »…!
On a beau parler de lui chaque été depuis trente ans, personne ne sait vraiment qui est Hippolyte. Je tenterai, dans ma prochaine lettre, d’élucider une partie du mystère…! 

 

Bouton inscription lettre de Grand-Mercredi

 

Vous aimerez aussi...